23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Match des meetings du PCT à Paris : Okombi Salissa 1 – Pierre Ngolo 0

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Match des meetings du PCT à Paris : Okombi Salissa 1 – Pierre Ngolo 0

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Pierre Ngolo, secrétaire général du PCT, le parti congolais du travail était venu à Paris, avec l’intime conviction, la motivation suffisante pour montrer à son chef Sassou qu’il avait la capacité de mobilisation supérieure à celle de son camarade du bureau politique du PCT, André Okombi Salissa qui s’est adonné au même exercice une semaine avant.

Pour y parvenir, Pierre Ngolo a utilisé les mêmes stratagèmes que son mentor Sassou Nguesso, qui a toujours usé de l’achat de conscience afin de rendre « salamable » ce qui est « insalamable ».

En promettant 250 euros à chaque participant, Pierre Ngolo croyait mettre la diaspora congolaise de France à ses pieds. Peine perdu, la mobilisation n’était pas au rendez-vous.

La roue tourne. Fini l’époque où les camarades membres faisaient salle comble, fini les bains de foule.

Le match retour aura certainement lieu à Brazzaville. Wait and see.

Ci-dessous les images des deux meetings :

Meeting de Pierre Ngolo


Meeting de André Okombi Salissa

Observateur,

Source Zenga-Mambu

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARFAIT KOLÉLAS & SASSOU NGUESSO : LA RUPTURE ? (TRANSCRIPTION DU DISCOURS DE PARFAIT KOLÉLAS)

Dans le cadre des rencontres avec les militants du « MCDDI », Parfait kolélas, (fils du Feu Bernard kolélas, fondateur du « MCDDI ») évoque les raisons de sa rupture avec le « PCT » de Sassou et donne son avis sur le changement de la constitution.

(...)

Je suis heureux du plus profond de mon cœur d'être parmi vous. je suis venu ici vous présenter la vérité et la malhonnêteté de ceux qui avaient signé l'alliance avec le défunt Bernard Kolélas.

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes ici parce que nous avons accepté de faire de la politique pour notre pays, le Congo. La politique au Congo demande beaucoup de courage et ça entraîne parfois la mort. Lorsque je suis né des entrailles de ma mère "Mâ Ngoundi" et de mon père Kolélas, nous avons scellé une alliance pour s'intéresser à la politique du Congo. Nous ne pouvons pas vendre notre âme pour trahir le Congo. Il y en a qui ont la mémoire courte, il y' en a qui sont morts brûlés. Malgré tout cela, nous avons tout pardonné, puisqu'on nous a demandé de mettre de l'amour entre toutes ses forfaitures. Et depuis, nous fléchissons nos genoux pour demander pardon en les suggérant de bien construire le Congo.

Le Congo doit être construit dans toute l’honnêteté possible. Les difficultés politiques viennent de loin, ceux qui ont signé les alliances avec le « PCT » sont morts, sans dire ce qu'ils en savaient et ne nous ont pas légué les bases ou les secrets de cette alliance. Nous qui avons cet héritage, nous n'allons pas vendre notre âme.

Ce n'est pas parce que je suis au gouvernement de monsieur Sassou, que je dois me taire : C'est la vérité de notre culture Kongo. Nous ne pouvons pas accepter n’importe quoi ! C'est moi le président du « MCDDI » qui vous parle, c'est pas la peur qui doit vous guider, on vous intimide au cas où vous diriez « NON », Sassou va vous tuer, pourquoi devra-t-il vous tuer ? Nous sommes en démocratie et la démocratie c'est la liberté de parole. Le président Kolélas qui avait crée ce parti avait dit, la grêle du communisme ne tombera jamais au Congo dans ce combat pour la démocratie.

Il y a des hommes qui ont pris des faux habits de démocrate, maintenant que le peuple veut s'exprimer, on menace de frapper le peuple, mais pourquoi les frapper soit-disant vous êtes des démocrates. N'ayez point crainte.

Il y a quelques temps, j'ai voyagé, je suis allé en mission dans la terre où a vécu le seigneur Jésus-christ (Tel-Aviv, Jérusalem, Golgotha, aux jardins des oliviers ...) j'ai prié partout où je suis passé, j'ai également prié devant le tombeau du roi David. Mais qu'est-ce qui ne va pas au Congo, quel est le problème au Congo? Dieu parle-moi, pourquoi veut-on détruire le mouvement laissé par Bernard kolélas ?

Alors, là où il n'y a pas d'amour, qu'est ce qui se passe ? C'est l’ennemi qui s'infiltre pour semer le désordre, le divertissement et on nous accuse, les enfants de Bernard Kolélas sont partis au gouvernement pour s'enrichir. Nous continuons à clamer haut et fort, « que nous nous sommes pas enrichis, nous n'avons pas une fortune illicite. Bernard Kolélas est parti et nous qui sommes restés, pourquoi devrons-nous s'enrichir de l'argent sale ? Mais c'est de l'argent du diable ».

Je vous informe ceci : Lorsque le sage kolélas est mort, Sassou était présent. Et c'est Sassou qui va donner l'argent, est-ce que les enfants de Bernard Kolélas ont volé cet argent ? Et quand les enfants de Bernard Kolélas acceptent de suivre Sassou sans demander de l'argent, car ils le considèrent comme un nouveau père, mais ce nouveau père, curieusement, est très très dur envers nous, difficile pour lui de respecter les valeurs de la Bible.

Voici ce que je vous révèle : Lorsque nous avions scellé une alliance avec Sassou, de nombreuses promesses nous ont été faîtes, ceci fait maintenant 5 ans que ces promesses ne sont pas tenues, nous avons signé des accords et qui n'ont jamais été respectés par la partie adverse. C'est des gros menteurs, ce sont des manipulateurs.

Ils ne sont pas sincères dans leur alliance, l'alliance est scellée sur le sang de nos martyrs. Là où, on vient, il y a eu des morts, aujourd'hui qu'ils ont le pouvoir, ça devient la leur uniquement, ils nous ont oublié, ils nous ont tourné le dos. Quand je veux un rendez-vous, c'est difficile. Quand je me présente au rendez-vous, Sassou esquive pendant que je l'attends. On a signé des accords, mais respectez-les ! Jusqu'ici rien a été respecté. Ce comportement est digne de mensonge et de malhonnêteté.

- Combien de préfet avons-nous (MCDDI) ?
- Combien d'ambassadeur avons-nous (MCDDI) ?
- Et combien de maire avons-nous (MCDDI) ?

C'est difficile mes chers amis, c'est très difficile. On avait signé des accords de gouverner ensemble, mais au gouvernement, nous ne sommes que deux représentants du « MCDDI ». Et pourtant, dès que tu revendiques ou tu parles, il t’intimide et te somme de ne pas en parler au risque qu'ils te tuent.

Mais avant d'aller à la dernière élection présidentielle, la coordination nationale de notre « Comité nationale » était d'accord dans le cadre de l'alliance de gouverner ensemble avec le « PCT », c'est pourquoi, nous avons scellé la stratégie d'un candidat unique, représenter par Sassou.

Mais aujourd'hui, le « PCT » nous accuse de ne pas prendre une position claire, suite au débat sur le changement de la constitution. Le « PCT » nous a-t-il contacté pour nous proposer leur volonté sur « le changement de la constitution ». Lorsque le « PCT » demandera notre avis : Ce jour là ; Nous poserons la question suivante : « Nous avons signé un accord de gouvernance avant l'élection présidentielle passée, où est passé cet accord ? ».

Quand vous me voyez au gouvernement, sachez-le, que c'est difficile pour moi. Par exemple, le « PCT » nous avait demandé de proposer un membre du « MCDDI » pour le sénat, pour le poste du « président à la commission de l'éducation du sénat ». Ensuite, j'ai donné le nom de monsieur Mouanga N'Zaou, un grand militant du « MCDDI ». Mais arrivé à la présidence pour ce poste, le sieur Mouanga N'Zaou a préféré suivre le milliardaire Sassou que d'occuper ce poste. Mais, quand on continue de revendiquer à monsieur Sassou, ce poste de sénat, il nous promet des lendemains sans suite. Est-ce un comportement digne de vérité ?

Un jour j'ai dit à Sassou, Tu es le père de la nation, pouvez-vous m'expliquer, nous avons proposé au gouvernement un grand militant du « MCDDI (Hellot Mampouya) » qui est devenu milliardaire, comment cela se fait-il ? Lui et moi, sommes arrivés au gouvernement avec de petites chaussure mais où a-t-il eu ses grandes chaussures ? Je vous ai livré la vérité.

Lorsque le « PCT » nous posera des question concernant le changement de la constitution, nous allons au préalable nous consentir au comité national autour d'un congrès extraordinaire avant de donner notre réponse, et c'est vous le peuple, sympathisants du « MCDDI » qui nous indiquera la ligne à suivre.

C'est vous qui aurez la dernière parole à suivre, puisque cette constitution a été édifiée pour empêcher le président fondateur de ce parti (MCDDI), le défunt Bernard Kolélas et le président fondateur du « RDPS », le défunt Thistère Tchicaya de ne pas pouvoir être des candidats. Mais aujourd’hui Sassou est pris au piège de sa propre constitution taillée sur mesure, et veux maintenant la réviser ? De qui se moque t-on ? Si on vous demande votre avis, n'en donnez pas un ! Répondez que nous allons siégé autour d'un « Comité national » ou d'un « Congrès extraordinaire » pour avoir une position commune concernant le débat sur la « constitution ».

DE LA FALSIFICATION DES RÉSULTATS DU RECENSEMENT NATIONAL :

Nous avons fait le recensement ensemble, mais à la fin les données ont été falsifiées : Nous avons reconnu, que le recensement est falsifié et certains de mes camarades ont proposé d'opposer notre refus, mais après mûre réflexion, nous avons dit ceci :

« Quand nous avons accepté le recensement national, nous avons participé au recensement afin de vérifier et de prouver la fiabilité du recensement. Le recensement fini, nous avons apposé notre signature sur les résultats. Mais à notre surprise, les résultats du recensement publiés n'étaient plus les mêmes que nous avons signés. Nous étions désolés de comprendre qu'ils nous ont bien eu, qu'ils nous ont bien piégé. Trop tard, ils ont utilisé notre signature pour des faux résultats, que devons-nous faire maintenant ? ».

Au regard du gonflement des listes du Nord et de l'affaiblissement des listes du Sud, nous avons déposé, pour la prochaine élection, une proposition de loi à l'Assemblée pour un bulletin unique dans les bureaux de vote, sur lesquels chaque électeurs mettra ses empruntes au moyen de l'encre indélébile, pour éviter des fraudes (comme le disait l'ancien ministre Alexis Gabou), pour confirmer des résultats : Le processus doit être crédible et transparent.

Je l'ai vu ici à Bacongo et un peu partout dans la république, des personnes ayant des caisses d'argent sur eux pour l'achat des consciences, on te dit tu vas voter, mais arranges-toi de sortir avec le bulletin de « MCCDI ». On a donc, instituer la tricherie avec 10.000 Fcfa.

C'est pourquoi, j'ai proposé, puisque actuellement, les gens ont plus d'argent qu'avant, le montant de la corruption sera plus grande qu'avant, par exemple 1.000.000 Fcfa et de nombreuses personnes succomberont à la corruption pour sortir avec des bulletins du MCDDI.

J'ai dit ceci au « PCT », s'il n'y pas de garde-fous, moi Kolélas, je ne vais pas participé à l'élection. qu'est ce qu'ils veulent faire ? Ils vont mettre beaucoup d'argent pour acheter les bulletins du « MCDDI », j'ai écrit et j'ai donné à qui de droit ma proposition. Cette proposition se trouve à L'Assemblée nationale, elle a été jugée recevable. Je l'ai déposée pour défendre notre parti contre les tricheries, et nous attendons la réponse. S'ils n'acceptent pas ma proposition, c'est qu'ils veulent tricher, c'est qu'il y a une tricherie programmée.

Maintenant pour vous embrouiller les esprits, ils nous parlent du changement de la constitution, alors qu'il y a un véritable débat qui doit intéressé le pays : C'est le débat sur « la fiabilité et la crédibilité » de l'élection présidentielle et non le débat sur « la constitution ». Le débat de la constitution est un leurre pour détourner votre esprit.

Le véritable débat c'est celui de la crédibilité et de la transparence des élections au Congo. ça c'est le vrai débat qu'on devrait mettre sur la scène politique.

Dans ce faux débat, on a même créer des sages par ci par là, même dans le pool, on nous dit qu'il y a des sages, les vrais sages dans le Pool sont déjà morts, mais le gouvernement veut créer des sages dans le pool pour faire dire certaines choses.

Le vrai débat c'est celui de la crédibilité et de la transparence des élections au Congo, qu'on aille sur le débat de l’organisation des élections, on va s'entendre. N'ayez point crainte, s'il faut mourir, je suis prêt à mourir pour vous, je ne fuirai jamais mon pays ... Fin

Moralité :

Grand corps malade disait: "Ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention, ils descendront déçus à la prochaine station."

Aujourd'hui, c'est le clap de fin entre le MCDDI et le PCT. Eh oui, les histoires d'amour finissent mal en général.

Malaise.

Après les déclarations faites par Parfait Kolélas,on peut se demander s'il est normal que le Président de la République qui est en même temps Président du Comité Central du Parti Congolais du Travail, ceci en violation flagrante de l'article 72 de la Constitution,ait pu faire élaborer une mouture d'une constitution et la détenir par devers lui sans consulter ou en informer les partis de la Majorité Présidentielle et les partis alliés?

On peut se demander si ceux-ci ont été consultés pour la prétendue consultation populaire tant évoquée par les tenants du pouvoir qui du reste n'est pas en conformité avec la Constitution du 20 janvier 2002.

Lorsqu'on lit la Constitution sur la base de laquelle Denis Sassou Nguesso a été élu, il n'y a nulle part prévu que le Président de la République peut consulter, on ne sait comment et qui,pour trancher ensuite et organiser un référendum.

Est ce que les membres du parti au pouvoir ne sont pas gênés de constater que le Premier Magistrat du Congo ne soit pas en règle avec la Constitution du 20 janvier 2002?

Alors que l'article 8 de notre loi fondamentale stipule clairement que tous les Congolais sont égaux devant la loi, pourquoi pensent-ils que Denis Sassou Nguesso est au-dessus des lois et règlements de la République particulièrement la Constitution?

Pour être à la fois franc et direct,tout le monde sait que Denis Sassou Nguesso n'a cessé de violer la Constitution conçue et élaborée par lui et pour lui, respectera-t-il une soit disant nouvelle Constitution. Qui peut garantir cela?

Clément Miérassa

Commentaires  

 
0 #4 ikama 27-06-2014 00:03
J'aimerais intégré le parti pct de paris
Citer
 
 
0 #3 Estelle Nkodia 23-06-2014 13:55
Qui sera chargé à la fois de s'atteler à la réalisation de tous les engagements du chemin d'avenir, aussi bien que pour soutenir le référendum portant sur la modification de cette constitution taillée sur mesure pour Sassou !

Il convient que Monsieur Guy parfait Kolélas, à part se rappeler de vous simplement comme le fils à papa ou l’héritier d'un parti dont vous avez usurpé la présidence de droit et de fait !
Personne ne se souviendra de votre passage à ce ministère, caractérisé par votre impéritie !

Et nous vous invitons à être en phase avec vos convictions et être cohérent avec vous-même, sinon à défaut de vouloir encore proroger votre droit à la mangeoire !

Nous vous rappelons, que Sassou il a encore 2 ans de mandat, alors pourquoi attendre la fin ?

Nous vous demandons simplement de démissionner !
Citer
 
 
0 #2 Estelle Nkodia 23-06-2014 13:54
UN MINISTRE SA FERME SA GUEULE OU SA DÉMISSIONNE

Que ce monsieur qui est aussi ministre du gouvernement de Sassou, dise non au changement de la constitution, c'est de son droit le plus légitime !

Mais nous les Sassouiste de la plèbe, nous lui rappelons que dans le cadre de notre demande au sassouiste suprême, d'un remaniement gouvernemental pour un gouvernement de combat !
Citer
 
 
0 #1 DAC 23-06-2014 10:58
Après le meeting de Lyon et les assisses de Paris, on l'a tous compris que les lignes ont bougé et il est clairement acté que l'avenir du Congo se fera sans le PCT, en tout cas pas dans son état actuel.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir