20/10/2017

Dernière mise à jour06:52:55 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Okombi Salissa ferait-il le jeu de Sassou Nguesso ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Okombi Salissa ferait-il le jeu de Sassou Nguesso ?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Après une année passée en France, sur fond de pérégrination à travers bon nombre de capitales occidentales, André OKOMBI SALISSA, ancien ministre et ex protégé de Denis SASSOU NGUESSO, est enfin rentré au bercail le 25 Juin dernier.

Mais ce retour, ardemment attendu par les uns et fébrilement redouté par les autres, a commencé à nourrir quelques supputations qui ne peuvent que retenir l’attention des observateurs avertis de la scène politique nationale.
C’est d’ailleurs dans cette atmosphère controversée qu’une nouvelle, telle une traînée de poudre, fait le buzz dans les rues de Brazzaville.
Plus un pas sans entendre qu’André OKOMBI SALISSA serait rentré à Brazzaville par les bonnes grâces du Président Denis SASSOU NGUESSO.
Dans l’entourage de l’homme fort de Mpila, personne n’ose dérouler son latin, pendant que les proches d’OKOMBI SALISSA parlent de pures affabulations. Qui dit vrai ?
En réalité, on peut se perdre en conjectures lorsqu’on se souvient que malgré le pseudonyme de « TOUT – BOUGE » qu’il a si bien porté, aux côtés de Denis SASSOU NGUESSO depuis 1991, OKOMBI SALISSA qui a roulé pendant près de 15 ans sa bosse à la tête de quelques départements ministériels, a été débarqué du Gouvernement, troquant ainsi son entêtement à la survie du CADD-MJ (ancienne jeunesse du Parti au Pouvoir) contre les délices de la mangeoire gouvernementale. Etait ce pour le RAIS de Mpila une manière de témoigner son affection à son protégé ? Il faut être devin pour le savoir.

Plus récemment, avant de prendre la non moins délicate décision de rentrer au Pays, André OKOMBI SALISSA avait sûrement conscience de la menace d’arrestation qui pesait sur lui, mais envers et contre tout, pétri peut – être comme Nelson MANDELA par la certitude que nul ne peut mettre les idées en prison, il est rentré, sur les empreintes de Denis SASSOU NGUESSO qui venait de s’envoler deux heures plus tôt pour MALABO (Guinée Equatoriale).

Tous les observateurs présents à l’aéroport international de Brazzaville ont rapporté que sa sortie de la plate forme aéroportuaire n’était pas une promenade de santé, tant la soldatesque policière déployée ce jour là par le DGPN Jean François NDENGUET à l’aéroport et dans toutes ses emprises était simplement impressionnante. D’aucuns croyaient le Pays sous la menace des mercenaires transportés par Air France. On a même vu des bus «coaster» bourrés de policiers armés jusqu’aux dents, des fourgonnettes de Police peuplées de chiens « bergers allemands » prêts à…l’idée d’arrêter André OKOMBI SALISSA était-elle quelque part dans les cartons ? Nul ne le sait vraiment avec pièces à conviction.

On peut dans le même sillage s’interroger : policiers lourdement armés, engins de police au design guerrier, présence de colonels et généraux au salon VIP de l’aéroport, policiers en civil prêts à en découdre comme des forces spéciales ; ce décor rime t-il avec un pseudo arrangement ?
C’était simplement inédit dans l’histoire du Congo, nous ont avoué plusieurs témoins et sous les regards desquels OKOMBI SALISSA avait quitté l’aéroport pour sa résidence, sous applaudissements, clameur et liesse populaire.
Même le plus naïf des griots du Prince ne peut percevoir là l’ombre d’un deal « SASSOU - OKOMBI ». Si non, le dispositif déployé à Maya-Maya ce jour là par le Colonel ITOUA POTO en violation flagrante de l’article 10 de la
Constitution du 20 Janvier 2002 ne saurait trouver de justification.

Cet article stipule que : « Tout citoyen, tout agent de l’Etat, est délié du devoir d’obéissance lorsque l’ordre reçu constitue une atteinte manifeste au respect des droits humains et des libertés publiques.…L’ordre d’un supérieur ou d’une quelconque autorité ne saurait en aucun cas être invoqué pour justifier ces pratiques… ».

Un officier de police ne peut ignorer ces préceptes basiques de la loi suprême du Pays qu’il est censé servir… quand même.

Mais plus étrange, ce que les rats des journaux congolais observent depuis quelques temps, c’est le fait que toutes les éditions du Journal Afrique Education, voir le Métropolis, qui parlent d’OKOMBI SALISSA sont systématiquement saisies, brûlées par certains « nègres » de service.

Depuis quelques jours des « bouchons » (check points) de police sont érigés sur la Route Nationale n°2 dans le Département des Plateaux et sur le tronçon Ngo-Djambala, donc à quelques encablures du fief de l’ancien Coordonnateur du CADD-MJ, sur instructions directes du fameux et fougueux DGPN qui avait juré d’arrêter André OKOMBI SALISSA à sa descente d’avion.
Plus rocambolesque encore, une information intensément relayée dans les Administrations, les bus, les marchés, les veillées mortuaires… à Brazzaville, insinuant que le Député de LEKANA aurait été invité et reçu à OYO par le Président Denis SASSOU NGUESSO de son retour de MALABO. Après vérification par nos sources, l’information n’a pas été confirmée même par le cercle du Saint des Saints du Président Congolais. L’entourage d’André OKOMBI SALISSA qui a l’air de prendre ses distances avec la rumeur n’est pas apparemment bien pressé de jouer sa partition sur la véracité ou non de cette information qui, à la vérité, ne serait qu’une opération d’Intox et de désinformation orchestrée de bonne guerre par ceux - là qui veulent voir pâlir l’aura d’OKOMBI, qui s’apprête sûrement à porter son scaphandre de conquérant.

Cette campagne sortira t-elle OKOMBI de son mutisme lorsqu’on sait que depuis son retour, l’homme est resté très économe de paroles sur son agenda à court terme car «la parole est d’argent et le silence d’or» dit l’adage populaire. André OKOMBI SALISSA est arrivé dans le silence, il reçoit beaucoup, il écoute beaucoup. …
Mais lorsqu’on sait que le courage et la finesse font partie de l’ADN politique d’OKOMBI SALISSA, les jours à venir peuvent nous réserver une surprenante évolution.

En attendant, les observateurs avertis s’interrogent sur ce qu’une certaine opinion argue comme un “arrangement “entre le «Père» et le «Fils».
Cependant, certains analystes politiques avertis pensent que le retour dans le giron de SASSOU serait une déception pour tous les espoirs portés sur André OKOMBI SALISSA par le Peuple Congolais qui voit en lui l’incarnation même du changement tant attendu.
Débarquement du gouvernement presque à la hussarde, Suspension à durée indéterminée du Bureau Politique du PCT, sans audition préalable de la Commission Nationale d’Evaluation, traque et limogeage de ses partisans dans les administrations publiques, point n’est besoin d’être clerc pour comprendre que même le procureur du saint siège dirait que la coupe est quand même pleine entre les deux hommes.
Un Deal SASSOU OKOMBI paraît donc illusoire au moment où la reconnaissance de celui que la presse appelle «l’enfant terrible de Brazzaville» par la communauté internationale, prend du poil de la bête, de Paris à Washington en passant par Bruxelles.

Il est évident que contrairement à monsieur JOURDAIN qui pratiquait de la prose sans le savoir, OKOMBI SALISSA a désormais conscience qu’il peut incarner un espoir pour ce qu’il appelle lui-même «l’alternance générationnelle» à l’instar de MACKY SALL, Joseph KABILA, Ali BONGO,…pas étonnant que dans certains milieux français, on lui prêterait de grands desseins.

Reviendra ou reviendra pas dans le giron SASSOU, en tout cas André OKOMBI SALISSA ne révèle aucun de ses précieux secrets, peut être ignore t-il cette prodigieuse maxime de la Fontaine « on rencontre sa destinée souvent dans les chemins qu’on prend pour l’éviter. ». C’est probablement la raison pour laquelle depuis son retour, l’homme ne s’épargne aucun effort de se tenir loin de «certains camarades du PCT» au baiser de Judas, et qui n’ont pas encore dit leur dernier mot.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons une vague aveugle d’affectations anarchiques des proches d’OKOMBI SALISSA évoluant à l’ANAC, et peut être bientôt dans d’autres administrations publiques.
Une manœuvre destinée à affaiblir la dynamique autour de ce leader mais qui à terme et à contrario, permettra à OKOMBI d’étendre et consolider ses tentacules sur toute l’étendue du territoire congolais. Finalement, au regard de la campagne entretenue sciemment ou pas par une frange de dignitaires du système de Brazzaville, on est tenté de croire que la peur a changé de camp.
C’est peut être ce qui explique les réunions observées ces derniers temps entre certains généraux et les anciens miliciens cobra de l’étoffe de MOUBENDA, puis, dans la foulée, des yeux de Chimène faits par quelques cadres militaires du régime aux anciens miliciens du front 400 proches d’OKOMBI en 1997.
Les attendris de métaphore parleraient d’un mal qui fait du bien à un homme ordinaire que ses détracteurs rapprochent chaque jour un peu plus d’un destin extraordinaire.

 

Bernardin ITOUA OYOLO


 

Commentaires  

 
0 #2 paintball 18-09-2017 17:38
Magnificent beat ! I would like to apprentice while you amend your
website, how can i subscribe for a blog site? The account helped me a acceptable
deal. I had been tiny bit acquainted of this your broadcast offered bright clear concept
Citer
 
 
0 #1 broderie 17-09-2017 04:26
Hi, this weekend is good in favor of me, since
this occasion i am reading this impressive educational post here
at my home.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir