Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Menace de mort à Brazzaville sur MARION MICHEL MADZIMBA EHOUANGO

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Menace de mort à Brazzaville sur MARION MICHEL MADZIMBA EHOUANGO

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Monsieur le Président (Dénis Sassou Nguesso), vos conseillers vous trompent...

Suite à mon discours du 03 août dernier au meeting citoyen opposé au tripatouillage constitutionnel, je suis victime de menaces de toutes sortes de la part de fanatiques au pouvoir ( y compris de la part d'officiers de notre "force publique"). (1)

Faut-il rappeler à ces "compatriotes" que le Président de la République, lui-même, a autorisé un débat citoyen ( donc contradictoire ) sur cette question constitutionnelle ?

Menacer de mort un acteur politique parce qu'il a défendu publiquement un point de vue contraire à celui du Chef de l'Etat ne constitue en aucune façon "un crime passible d'assassinat" ( car je suis menacé de mort ) , ni un motif de bannissement ( car on m'incite à quitter le pays).

Je prends à témoin tous ceux qui lisent ce message et j'attire l'attention des patriotes qui entourent le Président Sassou ( car je sais qu'il y en a !)....

Le Congo a besoin de l'expertise de tous ses enfants....De plus , il est bien facile de prétendre ôter la vie d'un homme dont la posture pourrait menacer quelques intérêts mesquins, mais rien ne garantie les conséquences qui pourraient résulter de l'assassinat crapuleux d'un leader politique.

Le Congo est semble t-il en "paix".... Nous sommes tous comptables de cette situation que , tous nous devons veiller à entretenir.

A bon entendeurs ....Salut !

MARION MICHEL MADZIMBA EHOUANGO

(1) - DISCOURS Du Professeur Marion Michel MADZIMBA EHOUANGO AU MEETING DU 03 AOÛT 2014

***********

INTERDICTION DE RÉUNION AU CONGO

Le Collège des Présidents du Collectif des Partis de l’Opposition Congolaise a commis Guy-Romain Kinfoussia, Président de l’UDR-Mwinda, Membre du Comité Restreint dudit Collège, à conférer avec la presse, les militants et sympathisants des partis membres du groupement politique, résidant à Pointe-Noire.

Cependant, l’espace qui devait abriter cette activité, a été investi par la police nationale, sbire du pouvoir, démotivant ainsi les journalistes et dispersant les militants.

Une démonstration subsidiaire vient d’être faite là du mensonge politique qui illustre le pouvoir en place au Congo. Voilà des gens qui imposent un débat sur le changement de la Constitution du 20 janvier 2002 et qui font obstruction aux réunions d'acteurs de la démocratie congolaise.

Voilà des gens qui arguent que ledit débat s’organise au sein du peuple et qui étalent, de la manière la plus sombre, leur crainte du débat réel, leur peur bleue de la contradiction, leur déficit de démocratie.

Voilà des gens qui vantent leur disposition au dialogue et qui démontrent in fine que pour eux le peuple congolais se résume en la portion congrue des militants du Parti Congolais du Travail et des partis alliés.

Dominique FOUFOUNDOU
Parole-parole

Commentaires  

 
0 #1 Diaf Le Kweta 10-08-2014 19:56
Après les menaces sur le ministre Alain Akouala....Le pouvoir criminel de Brazzaville vient de menacer notre opposant le professeur Marion Michel Madzimba Ehouango.....Cela est inadmissible de faire des intimidations et des menaces de mort à des compatriotes qui donnent leur avis sur la situation politique au Congo et avec ça ils vont danser pour fêter l'indépendance, qu'elle indépendance? ......La vraie indépendance du Congo. ...ça sera le jour où on va se débarrasser de ces cleptomanes au sommet de l'état Congolais. . .Du courage au ministre Alain et au Doyen Marion. ....Ces genres de méthode barbare utilisée par le pouvoir criminel de Sassou n'a pas des clivages et doit être combattu par les Congolais de tout bord politique et ethnique .....Seule la lutte libère!
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir