18/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Quand sassou persiste dans l’hypocrisie et le mensonge

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Quand sassou persiste dans l’hypocrisie et le mensonge

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Beaucoup attendaient avec impatience  le discours à la nation de Denis Sassou Nguesso.  Ceci en supputant qu’il se prononcerait enfin sur son choix pour l’élection 2016. Seulement l’homme reste froid et impassible aux attentes des congolais. Humilié au sommet de Washington où il a brillé par des propos incohérents et totalement décalés faisant ainsi passer la délégation congolaise de la risée du Sommet. Qu’à cela ne tienne, disent ses brillants conseillers, nous allons servir du lourd aux Congolais.

Cela à commencer par un retour exhibitionniste à Maya-Maya de toute sa fratrie la queue entre les jambes, mais comptant sur l’appui des fanatiques aveuglés et enivrées par les millions de francs CFA. Le PCT s’est donné la peine de distiller aux militants du PCT, pompeusement qualifiés, par les éternels aboyeurs de ce parti aux abois, de peuple congolais. Comme vous avez pu le remarquer qu’un peuple venant accueillir son président n’affiche point le drapeau congolais vert jaune rouge. Mais c’est bien le drapeau rouge vif, couleur du sang qui était brandi marquant là sans conteste que Sassou n’a pas été accueilli par le peuple.

Du lourd, disent ses conseillers. Eh bien !  Nous avons été servis ce 12 Août 2014 dans la journée. Un discours en déphasage total avec la réalité. Ce n’est plus ou moins qu’un plat indigeste composé de multiples virus dont l’association ne peut être que destructeur. Il ne s’agit pas ici de faire de la critique facile, histoire de vider sa panse pour plaire à certains, mais de pointer du doigt les multiples défaillances d’un pouvoir qui continue à s’entêter dans un aveuglement lamentable et suicidaire.

Le chapelet de projet en cours ou à venir que Sassou a égrené tout le long de son discours n’a égal que son penchant pour le mensonge et l’hypocrisie. Un exercice dont ses officines excellent dans la multiplication des contre-vérités en essayant de faire passer un mensonge pour une vérité, une incompétence pour une erreur de la nature, une irresponsabilité pour un accident… Le tout dans un tripatouillage statistique comme seuls savent le faire les arrogants conseillers de Sassou.

Et comme d’habitude Sassou Nguesso se noie dans son mensonge et sa cécité volontaire du pouvoir n'a plus de limite. Doit-on lui rappeler qu’avant de faire un bilan de 2014, qu’il aurait dû commencer par reconnaître ses échecs depuis 2000. « 2012 année de la santé au Congo », paradoxalement tous nos dignitaires du pouvoir, dont l’état de santé est inquiétant, ont éli domicile dans les hôpitaux étrangers (France, Maroc, Afrique du Sud, Chine, Brésil...) pour se faire soigner. "2013 : l’année de l’enseignement de base et de la formation professionnelle", comme si, il était étranger à l’effondrement de l’école publique congolaise. Que dire de l’électrification, de l’assainissement de nos villes…. Longue est la liste de toutes ses promesses non tenues. Alors, pourquoi la Direction Générale des Grands Travaux qui gère 80% du budget d'investissement du pays ne fait-elle pas l'objet d'un audit par un cabinet indépendant ? A-t-on fait l'audit des municipalisations accélérées pour apprécier leur juste valeur avant par le fait du prince d'Oyo d'exiger leur perpétuation en parlant au nom du peuple Congolais ? Qu'a-t-on fait des "éléphants blancs" recensés dans l'ensemble du pays ? Quel a été le sort réservé aux entrepreneurs et aux fonctionnaires véreux proches du pouvoir ?

Chaque année, Sassou conjugue le développement du Congo au futur par des promesses fallacieuses et surtout jamais tenues. Ce discours n’est plus moins qu’une énième injure faite au peuple.

La situation socio-économique déjà dans l’agonie permanente ne présage rien de bon avec le maintien des mêmes politiques incohérentes qui ont lamentablement failli. Les preuves de cette incohérence s’étalent au grand jour avec les proliférations des affaires de corruption, de détournements, de passeports illégaux et d’assassinat maquillé, recrudescence de criminalité, chômage à la hausse…

Oui Monsieur Sassou, je vous l’accorde depuis « 2000 à l’exception de 2007, l’économie congolaise est régulièrement en croissance…. » Avec un peu plus de 30.000 milliards de recettes en 14 ans comment cela puisse être autrement. Mais la grande question est la suivante : A qui profite cette embellie de la croissance ? Le Congo peut-il tenir la comparaison avec ses pairs de la zone CEMAC en l’occurrence, la Guinée Équatoriale, le Cameroun et le Gabon qui avec une croissance similaire ont réalisé des prouesses en termes de concrétisations de projets de développement. L’Angola par exemple nous donne une belle leçon de modernisation de villes.  Et dire que ce pays n’est indépendant qu’en 1975.

"Nous ne voulons pas de la démocratie de l’invective. Celle qui se nourrit du sang et des larmes. Il s’agit, vous vous en doutez, du sang et des larmes des autres. Mais, nous n’allons pas recommencer. Le sang et les larmes des autres ont trop coulé dans ce pays. Nous disons : ça suffit ! "

Ces phrases tirées de votre discours irritent plus d’un congolais. Qui se nourrit du sang des Congolais ? Les 1500 mercenaires que vous avait fait entrer au pays ne seraient là que pour un safari ? Voila un homme qui n’a pas hésité de marcher sur des milliers de corps avant et après l'assassinat du président Marien Ngouabi, Alphonse Massamba-Débat, Cardinal Emile Biayenda et bien d'autres, tellement la liste est longue (Cf. le rapport de la Commission Assassinat de la Conférence Nationale Souveraine)... Qui a ordonné et commandité la mort de 353 de nos jeunes de retour de Kinshasa, qui a lâchement prôné l’assassinat de plusieurs jeunes ce 16 décembre dernier au domicile de l'ex-colonel Marcel Ntsourou, qui tourne le dos devant le malheur des milliers de sinistrés du 04 Mars, Cet homme froid et insensible aux malheurs des congolais, a le culot de dire à ceux-ci de ne pas recommencer. Déjà aurait-il cessé avant de ne plus recommencer ? Le seul sang que Sassou nous parle ici , qui ne coulera pas , c’est celui de son clan. Le sang des autres congolais compte peu. Ce sont juste des données négligeables dans sa conception de la démocratie.

D’un coté, il nous parle de démocratie, de l’autre, ses partisans brandissent des banderoles incitant à la guerre. Qui invective qui ? Franchement Sassou est sur une autre planète, certainement celle des dictateurs en fin de règne. Quel crédit accordé à M. Sassou, médiateur « caméléon » dans les crises politiques et militaires qui secouent la sous région. Fervent Adepte de la violence, qui a accédé au pouvoir que par un sanglant coup d'État et depuis règne sous la bannière de l'intimidation, des arrestations arbitraires, du viol des droits et liberté. Sa dernière dérive politique, pour distraire les congolais qui exigent un vrai débat sur la constitution, est de contraindre la RDC à ressusciter l'ancien nom "Zaïre". Sassou a-t-il la mémoire courte en oubliant qu'il a fait recours aux anciens militaires des FAZ pour faire aboutir son coup d'état de 1997. Une fois de plus les conseillers de Sassou oublient que le peuple de la RDC est souverain et n’a aucune leçon de démocratie à recevoir d’un pays voisin. Cette diversion politique, sonne la retraite et la fin des décennies d'imposture d’un pouvoir clanisé à outrance.

Le pays appelle à une réconciliation sincère en s’abstenant de donner l’image d’un pays « clanisé » aux mains des vautours qui pillent dont l’écho traverse les continents. Vous récidivez par le mépris, le mensonge et le diktat en retardant un peu plus l’espoir de sortir le Congo par le haut. Nous ne vous le demandons pas, nous ne vous supplions pas ni encore moins implorer quoi que ce soit, le peuple vous l’exige. Voilà ce que le peuple vous demande au lieu d’aller travestir la vérité aux USA et faire des discours indécents et honteux.

Du lourd, comme le disent pompeusement  vos  conseillers, c’est d’écouter le peuple qui vous dit que ça suffit.

Jean-Claude BERI


Commentaires  

 
0 #1 Diamesso 14-08-2014 08:50
Brillante réplique au discours de sassou , c'est dommage pour le Congo qui continue a croupir sous la dictature des Nguesso, un pays riche et prospère mais condamné a quémander a l'étranger
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir