Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Vie politique nationale : J. M. Bokamba-Yangouma a lancé une plateforme de rassemblement: l’Ina

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Vie politique nationale : J. M. Bokamba-Yangouma a lancé une plateforme de rassemblement: l’Ina

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Dans une conférence de presse qu’il a animée, mardi 19 août 2014, à l’hôtel Saphir, à Brazzaville, Jean-Michel Bokamba-Yangouma, coordonnateur général des partis et groupements politiques du centre, a annoncé la création d’une dynamique citoyenne dénommée: Ina (Initiative nationale pour l’apaisement), qui, selon lui, n’est «ni une plate-forme, ni un groupement politique».

 

Mais c’est une initiative citoyenne qui entend associer l’ensemble des acteurs politiques, toutes tendances confondues, et de la société civile, en vue de promouvoir le dialogue, dans le souci d’apaiser le climat politique dans le pays.

D’entrée de jeu, Jean-Michel Bokamba-Yangouma a, tout d’abord, félicité la presse, «car, le métier qui est le vôtre est, à vrai dire, difficile à accomplir. Vous tenez bon, malgré tout, et j’en profite de vous présenter mes félicitations».
Puis, il a abordé le sujet pour lequel il a donné rendez-vous aux chevaliers de la plume et du micro. «Nul doute que par les temps qui courent, tout homme politique sérieux, leader de parti ou simple citoyen, pense aux défis majeurs et aux problèmes que notre pays est appelé à vaincre. Le Congo entre dans une phase majeure de sa vie politique, dont les effets se font ressentir, à travers le débat autour de la question du changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002», a-t-il dit. Selon lui, «le climat politique actuel devient, de plus en plus, délétère. L’incertitude autour de l’évolution de ce débat conduit les acteurs politiques à se méfier les uns des autres. L’extrême fermeté des uns et l’indifférence des autres n’apporteront rien au Congo, notre pays. Bien au contraire, cela retardera son développement économique et l’épanouissement socio-culturel de son peuple».
Comme dit un adage populaire, «Mieux vaut prévenir que guérir», Jean-Michel Bokamba-Yangouma a décidé de saisir le taureau par les cornes, en lançant un appel solennel aux acteurs politiques et de la société civile, pour travailler à l’apaisement du climat politique: «Les partis et groupements politiques du centre, héritiers des grands moments politiques de notre pays, notamment: le dialogue national sans exclusive; les concertations politiques de Brazzaville, d’Ewo, de Dolisie; et du consensus dit «de Mikhaels hôtel» lancent un appel solennel à toute les composantes politiques et organisations de la société civile dépositaires des valeurs de paix, de respect, de solidarité, de consensus, de tolérance, de liberté, d’intégrité et d’humanisme, à se rassembler autour de l’Initiative nationale pour l’apaisement».
Puis, Jean-Michel Bokamba-Yangouma a expliqué le sens de cette initiative qui «s’entend comme une démarche susceptible de nous ouvrir une nouvelle voie de dialogue, grâce à laquelle les acteurs politiques et la société civile, bien qu’en divergence d’opinions, peuvent niveler leurs différences, pour la sauvegarde de notre démocratie et de ses multiples acquis».
Il a précisé qu’«il ne s’agit pas de vaincre, mais de convaincre. Il ne s’agit non plus d’humilier, mais de gagner l’amitié, le respect et l’engagement de tous autour des idéaux d’unité, de paix tels que souhaités par le président de la République, chef de l’Etat», qu’il a cité en ces termes: «Une démocratie apaisée, fraternelle où chaque citoyen exprime, librement, ses opinions; où les grands débats qui déterminent la vie de la nation sont tranchés par le peuple». Le conférencier définit l’Ina comme étant une dynamique citoyenne autour de laquelle «nous entendons associer l’ensemble des acteurs politiques, toutes tendances confondues, notamment les partis de la majorité présidentielle; les partis de l’opposition; les partis du centre; la société civile, en vue d’obtenir que les Congolaises et les Congolais se parlent librement et fraternellement, comme au «mbongui». Ainsi, nous serons ensemble avec ceux qui disent non, avec ceux qui, majoritairement, ne se prononcent pas encore», a-t-il dit. Très optimiste, le conférencier espère «qu’ensemble, tout devient possible».
Répondant à une question du journaliste sur le point de vue des partis du centre par rapport au débat constitutionnel, il a indiqué que les partis du centre ne se prononceront qu’au sein du «mbongui».


Pascal-Azad DOKO

In: http://www.lasemaineafricaine.net/index.php/national/9738-vie-politique-nationale-j-m-bokamba-yangouma-a-lance-une-plateforme-de-rassemblement-l-ina

Commentaires  

 
0 #1 how to get better 14-11-2014 04:42
Hmm it seems like your website ate my first comment (it was extremely long) so I guess I'll just sum it up what I wrote and say, I'm thoroughly enjoying your blog.
I as well am an aspiring blog writer but I'm
still new to everything. Do you have any tips and
hints for newbie blog writers? I'd really appreciate it.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir