18/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique La coordination Congo Ya Sika dénonce la barbarie du régime de Mr Sassou

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La coordination Congo Ya Sika dénonce la barbarie du régime de Mr Sassou

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Déclaration  de   la Coordination    Congo  Ya  Sika  – Paris – suite   à l’agression  barbare  des  militants du  Collectif des partis de l’opposition   congolaise   le  7   septembre   2014 à  Brazzaville par   une  horde de voyous au service   du régime   de Mr  Sassou Nguesso

En   réaction   à la   publication    du   décret   présidentiel   fixant  au  28 septembre  2014   la  date  officielle  des élections  locales  au  Congo,  le Collectif des   partis de  l’opposition  congolaise a  tenu,   en toute   légalité,  un   meeting   politique  en  salle au  palais  des  congrès  de  Brazzaville  pour   montrer  à l’opinion   congolaise  et à  la face   du  monde   l’illégitimité    de cette    échéance  électorale  en  raison de  la   fausseté  et  de la falsification   des    résultats  du recensement  administratif spécial  2013  qui la sous-tendent.  Ces  résultats  sont d’ailleurs contestés   vigoureusement par l’ensemble de  la classe  politique   congolaise.

 

Le    Collectif    des  partis   de  l’opposition   congolaise   s’est    saisi   de ce  moment   historique  pour     exiger   du   pouvoir de Mr Sassou Nguesso  le  respect    de  la  constitution   du   20 janvier  2002,  s’opposer   à  la   modification   ou au   changement   de  celle ci   et    refuser  net  toute  logique    de  coup   d’état  constitutionnel.

L’esprit   de   raison,    de tolérance et   d’unité  nationale  a    caractérisé   l’atmosphère   du   meeting   qui   s’est   terminé    dans la   concorde  et  la paix,  les   participants    n’y étant   mus  que  par les   intérêts   supérieurs  du  Congo  ainsi  que  par l’exigence   nécessaire   et  politiquement  utile de  l’alternance  démocratique   et nationale  au de là   de la fin  légale du  mandat  présidentiel  de  Mr  Sassou Nguesso en  2016.

La    date   du   7  septembre  2014   inaugure    au  Congo   la   nouvelle  alliance   de  progrès, de  liberté   et   de   partage  contre   les   prétentions  de l’éternisation   absolue   au   pouvoir.  En  effet,   avec  cette agression  terroriste   du  7  septembre   2014  qui  a frappé   les   paisibles   militants  et   honnêtes patriotes   du   Collectif des  partis de l’opposition  congolaise,  le  pouvoir   de Brazzaville    voudrait   créer  les conditions   d’une   autre   guerre civile  qui annihilerait  toute   volonté   nationale  ainsi que  la raison  politique capable d’ouvrir aux congolais la problématique   d’une sortie   de crise   exemplaire, consensuelle  et apaisée.

La   Coordination   Congo Ya Sika,  tout en  étant   solidaire   avec les     victimes des   tortures du 7  septembre 2014  et  l’ensemble  des  militants   présents   au  meeting    et  par  de là  l’esprit   de vengeance   et de   haine,   condamne   avec   force ces  forfaits  et   invite  le  peuple  congolais  à s’affranchir  de  toute idée  de  division    et  des logiques  claniques et  obscurantistes pour travailler à

libérer  le  Congo   de  l’impasse   historique et  politique   que  lui   impose   le  régime de Mr  Sassou Nguesso.

A  la  communauté   internationale, et  au  regard des  faits  graves  de tortures  et  de  barbarie  ci-dessus évoqués,  la  Coordination  Congo  Ya  Sika  recommande   plus   de discernement et  d’objectivité  dans   l’appréciation  politique  du  pouvoir de Brazzaville   qui,   faute   d’une  option  consensuelle   et  partagée  par tous   pour  une  sortie   de   crise  au Congo,  a donné  la preuve  de  son   penchant   vers les logiques  de  guerre  civile et de  force.

Enfin, au   de là   des  violences  commises   sur  les militants  du  Collectif,     la  Coordination  Congo  Ya Sika  regrette   qu’après  ses  prises de  positions   positives   et critiques   sur  l’éventuel  projet  hasardeux  de changement   de  la  constitution   congolaise   du  20   janvier  2002, la   direction de l’UPADS  animée  par Mr  Pascal Tsaty Mabiala, 1er  Secrétaire,  n’ait pas  eu  la même  volonté   politique   concernant  la  tenue  des élections  locales à venir du 28 septembre  2014 dont elle  n’a pourtant   pas  cessé  de stigmatiser l’incohérence et  l’inadéquation   des résultats du recensement  administratif spécial  2013 par  rapport  à  la   réalité  objective  de  l’état  général   des  populations   congolaises.

Pour   la  Coordination  Congo  Ya Sika,  la    participation,    passive   ou  active,   au   scrutin   du  28   septembre 2014  consolide et   maintient,   de   fait   et  de  droit,  le   système   de Mr Sassou Nguesso,  aujourd’hui  bien décrié par le peuple   congolais.

Fait  à  Paris  le  8   septembre  2014

Pour la Coordination  Congo Ya Sika

Le Coordonnateur

Ouabari Mariotti

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir