Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le «Savoir-partir»: Plaidoyer pour une culture de l’honneur en Afrique

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le «Savoir-partir»: Plaidoyer pour une culture de l’honneur en Afrique

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

De nos jours, au regard de certaines impostures politiques, sociales et économiques qui imposent à notre Afrique un immobilisme suicidaire et une inamovibilité record dans les domaines précités, nous entendons plaider pour une culture de l’honneur. L’une des manifestations de cette culture de l’honneur est le «savoir-partir». Qu’est-ce à dire

 

I. «Le savoir-partir»: clarification conceptuelle

Le «savoir-partir» est une disposition intérieure, une prise de conscience et un état d’esprit qu’il sied de cultiver avant, pendant et après l’exercice d’une parcelle d’autorité. Le présup-posé de ce principe c’est que personne n’est indispensable dans l’exercice d’une charge. Si «chaque chose en son temps», dixit l’adage, il n’en demeure pas moins vrai aussi que chaque pouvoir en son temps. En matière d’exercice du pouvoir, les hommes quels qu’ils soient devraient passer, mais les institutions doivent demeurer, n’en déplaisent à ceux qui accordent à leur longévité au pouvoir un vernis de légitimité et/ou de légalité.
L’Afrique a besoin des fils et des filles pétris de vertu, prêts à partir pour l’honneur et sachant passer le témoin aux autres. Ainsi, la grandeur d’un homme se mesure non pas par le nombre d’années passées à la tête d’une structure, mais dans sa capacité de bien la gérer en un temps raisonnable. Devinez et trouvez vous-mêmes en Afrique et même ailleurs les figures de proue auxquelles notre propos fait allusion, surtout dans le domaine politique!
«Savoir-partir» c’est aussi apprendre à éviter le piège des acolytes qui font croire à ceux qui exercent le pouvoir qu’avant eux c’était la catastrophe, qu’avec eux c’est le paradis sur terre, et qu’après eux c’est le déluge, voire la fin du monde.
«Savoir-partir» c’est refuser de se laisser doper par la fumée des thuriféraires qui, à force d’encenser ceux qui exercent l’autorité, finissent par étouffer et atrophier l’élan de la jeunesse.
«Savoir-partir» c’est aussi fermer les oreilles à la musique des «griots de palais» qui assourdissent les aspirations profondes de tant d’hommes et de femmes de notre temps.

II. «Le savoir-partir»: proposition d’action

Elément essentiel d’une culture de l’honneur pour laquelle nous plaidons, le «savoir-partir» est en quelque sorte une école de vie. Pour réussir dans cette école, il faut observer au moins trois conditions: se préparer, préparer et réparer.
- Se préparer
L’auto-préparation est un effort visant à s’imprégner d’un logiciel mental susceptible de défaire les appétits et l’ivresse du pouvoir. C’est un élan de décentrement de soi et une volonté d’affirmation de la conscience collective qui, en Afrique, est appelée à atteindre un seuil de vitalité considérable. L’auto-préparation n’est pas une sinécure. Loin s’en faut. C’est un stade de maturité qu’il sied de forger non pas prosaïquement, mais progressivement et suivant un cheminement, qui met à contribution, à la fois une volonté ferme, une liberté intérieure et une «intelligence positive».
- Préparer
La préparation requière la mise sur pied des possibilités objectives et des conditions subjectives d’un départ honorable. Il s’agit d’éviter le piège d’une succession déguisée du même. La raison de la déraison des «éternels chefs» est souvent drapée du manteau de la sollicitation du peuple, telle une mise en scène savamment orchestrée. Il faudrait donc préparer le peuple, le vrai peuple alors, à ramer à contre-courant de cette ruse idéologico-politicienne. Un peuple préparé est un peuple capable de détecter le piège des acrobates du cirque «pouvoiriste». Un peuple préparé est un peuple capable de pulvériser l’odeur du même et la même odeur. Un peuple préparé est un peuple qui n’a d’autre parfum de luxe que la sueur de sa dignité. Bref, un peuple préparé est un peuple qui sait soigner l’être de ses manières et ses manières d’être.
- Réparer
La réparation est avant tout une précaution de départ. Savoir partir c’est savoir réparer: réparer ce qu’on a été, réparer ce qu’on a fait et prévoir la manière de réagir dans les échecs pour ne pas laisser les cicatrices émotionnelles affecter l’harmonie et la cohésion sociale. La réparation est, donc, l’attitude d’un homme ou d’une femme qui sait reconnaitre ses erreurs passées et présentes et prendre des fermes résolutions pour l’avenir.
Somme toute, «le savoir-partir» est une démarche de rupture historique qui porte qualitativement au cœur de la société africaine l’émergence d’une nouvelle mentalité: la mentalité de départ. C’est une exigence morale (au niveau individuel) et éthique (au niveau collectif) qui se fonde sur l’amour à donner et à recevoir. Sachons partir! A nos marques, prêts, partons!

Abbé Fabrice N’SEMI
Séminaire Notre Dame de Loango
http://www.lasemaineafricaine.net/index.php/vie-de-leglise/9896-reflexion-le-savoir-partir-plaidoyer-pour-une-culture-de-l-honneur-en-afrique

 

 

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir