22/08/2017

Dernière mise à jour10:34:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Lettre ouverte à la communauté internationale sur la situation politique du Congo Brazzaville

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Lettre ouverte à la communauté internationale sur la situation politique du Congo Brazzaville

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

À Monsieur Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU et l’opinion publique internationale.

Monsieur le Secrétaire général,

Avec tout le respect, j’ai l’honneur de vous inviter d’arrêter votre immixtion dans la gestion politique incertaine du Congo Brazzaville. La contrition de Monsieur Denis Sassou Nguesso à la face du monde pour le sang et les larmes des autres qui ont trop coulé au Congo semble suffisamment grave.

Monsieur le Secrétaire général,

J'aimerais attirer votre attention la situation politique du Congo ? Le Congo n’a pas besoin des médecins après la mort. Pour la mémoire collective, le Congo est membre et contributeur de l’ONU qui malgré les appels incessants d’assistance à peuple en danger lors les guerres sanglantes à répétition. Je crois savoir que, les congolais n’avaient jamais bénéficier d'aucune assistance des casques bleus de l’ONU.

Monsieur le Secrétaire général,

La distraction diplomatique en période de compétition politique compliquée au Congo n’est pas de mise. C'est une vérité de La Palisse que le Congo n’est pas une puissance militaire en Afrique centrale. Les félicitations à l’endroit de Monsieur Denis Sassou Nguesso pour le règlement du conflit de la Centrafrique relève de l’amusement diplomatique. Cela pouvait attendre ou se faire discrètement. Puis-je rappeler que Monsieur Denis Sassou Nguesso est la fin de son mandat présidentiel supposé d’une part, et d’autre la jurisprudence Pascal Lissouba qui consiste à ne pas changer les règles politiques en fin de mandat doit aussi s’appliquer à ce dernier.

Qu’avons-nous fait au ciel pour nous inviter une diplomatie qui peut mettre de l’huile au feu au Congo Brazzaville !

Monsieur le Secrétaire général,

En prenant l’opinion publique à témoin et sous le regard du bon Dieu vivant, il serait hautement souhaitable d'arrêter le martyr du peuple congolais.

Je crois terminer ici, à vous de tirer toute la révérence de ma lettre publique.

Soyez assuré, Monsieur le Secrétaire général de l’ONU, de ma participation à la culture démocratique et la paix au Congo Brazzaville.

 

Par : Adrien Houabaloukou

Franco-congolais et citoyen du monde

Membre des plusieurs associations congolaises

Membre du Parti Radical de Gauche

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir