27/07/2017

Dernière mise à jour05:52:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le cri de l'indignation

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le cri de l'indignation

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

J'ai de plus en plus la certitude d'avoir bu la lie de mon indignation. L'étape de la régurgitation n'est plus loin. Bientôt, les ivrognes de la République vomiront leur trop plein d'ivresse dans la rue. C'est une certitude. Parce que finalement, même la peur se mérite. Nos dirigeants méritent-ils la nôtre?

Pas du tout. La mienne surtout pas. Que les verres et les assiettes volent en éclats comme dans un ménage en péril. Quand? Où? Comment? Avec qui? Le nombre n'aura aucune importance. ce qui comptera ce sont ces voix qui s'élèveront à l'unisson pour en appeler à une République responsable. Ma plume brûle, comme mon cœur de citoyenne. Voilà ce que je suis avant tout: une citoyenne. Nous le sommes tous, qu'on ne nous enlève pas ce statut par une quelconque intimidation.

Hier, ils ont menacé et brutalisé ceux qui paraît-il, viennent d'ailleurs. Demain, ils enfonceront nos portes pour nous violenter devant nos maris, nos frères et sœurs, nos enfants. Pour eux, mes propos que j'assume auront la teneur de trouble à l'ordre public avec préméditation. Peut-être. Mais pour moi, c'est l'expression du trouble qu'ils ont déjà semé en moi hier et qu'ils se permettent de semer encore aujourd'hui. Ils marchent sur mes blessures et rouvrent mes plaies.

Je n'attendrai pas que l'on viennent nuitamment chez moi pour me faire la leçon d'une dictature enrobée dans un écrin d'apparences démocratiques. Je prendrai la parole, avec mes mots que j'ai toujours su dire. Comme tous ceux qui, comme moi, boivent leur lie d'indignation, la rue sera mon prétoire. Parce que c'est là que la Démocratie s'exprime le mieux. Parce que c'est là que germent les vraies visions. La responsabilité sera lourde à porter. Je le sais. Mais le devoir envers la nation doit prendre le dessus sur le statut de fils et filles de nos parents, mères et pères de nos enfants, frères et sœurs de nos frères et sœurs que nous sommes aujourd'hui. Que le cri soit entendu!

Par : Gilda Moutsara


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir