17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Ou va l'armée et la police congolaise?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Ou va l'armée et la police congolaise?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

NOTE DE DAC PRESSE:  Nous avons réceptionné cette requête de la part d'un groupe d'officiers et sous officiers , nous vous laissons découvrir sa teneur...

 

Avis de mécontentement Destinataires : -- Ministère de la défense nationale -- Ministère de l’intérieur et de la décentralisation

Objet : revendications aux fins de reconstitution de carrières et rétablissement de soldes

Le bureau spécial du collectif des officiers, sous-officiers et hommes de rangs en retraite et en activité de classes /promotions de 1979 à 1989 de la Force Publique Congolaise, après débats contradictoires et libres tenus en urgence le mardi 28 octobre 2014 (via internet-skype), et de commun accord, décide d’informer les ministres de tutelle de notre mécontentement suite aux refus de l’administration militaire de reconstituer nos carrières et de rétablir nos soldes.

Attendu que nous avons épuisé toutes formes de recours officiels et réglementaires tels que prévus par la Constitution Congolaise en vigueur.

En rappel : Nous avons porté cette affaire devant le Tribunal de Grande Instance de Brazzaville, après de multiples requêtes réglementaires ; le jugement rendu en la circonstance en date de 17 mars 2006 est en notre faveur condamnant l’Etat Congolais. En vain. La Cour d’Appel de Brazzaville a rendu un arrêt numéro 11 en date du 26 mars 2007, en vain. Le Médiateur de la République a été saisi par nous en date du 5 juin 2009. En vain. L’inspecteur de la marine nationale en service à l’inspection générale des armées et gendarmerie a reçu le bureau du collectif le 09 janvier 2013, puisque le premier bureau fut corrompu par la commission de révision des carrières administratives mise en place par la note de service numéro 0216/PR/MDN-CAB du 23 janvier 2013.

Les membres corrompus de ce bureau de révision des carrières sont :

 

Colonel MONGO Pierre,

Colonel KINZONZI BASSOUMBA Prosper,

Colonel SABA Bernard,

Colonel MASSOUKOU Louis Roland,

Capitaine de vaisseau EKOULA Médard,

Colonel de police MOUKO Alain Christian,

Colonel ONDZIE Félix,

Colonel OBE Anatole,

Capitaine BAHANA Elisabeth.

 

Les corrupteurs sont :

POUTOUKOU Joachim,

YOKA Boniface,

NGALOUO Bernard,

et SOMBO Léa.

Actuellement, plusieurs personnels sont renvoyés chez eux après un stage à l’école nationale de police. C’est un désordre également. Plusieurs agents ayant purgé leurs peines sont sans soldes. C’est un désordre.

NOTRE MÉCONTENTEMENT EST GÉNÉRAL. NOUS PROTESTONS CONTRE CETTE MAUVAISE MANIÈRE DE FAIRE DE LA HIÉRARCHIE PARTIALE QUI EST COMPLICE PAR SA PASSIVITÉ.

DEMANDONS QUE NOS SOLDES SOIENT RÉTABLIES ET NOS CARRIÈRES RECONSTRUITS AVEC EFFET RETRO-ACTIF DANS LES MEILLEURS DÉLAIS POSSIBLES.

Par : Force Publique.

 

Commentaires  

 
0 #1 le fils du pays 31-10-2014 08:42
Ils n'ont qu'aller deloger l'homme qui va vendu le Congo et a cree cette pagaille qui ne dit pas son nom.Allez virer le beninois Denis Sassou
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir