21/10/2017

Dernière mise à jour06:52:55 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Burkina : après le saccage de l'Assemblée, les manifestants en route pour la présidence

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Burkina : après le saccage de l'Assemblée, les manifestants en route pour la présidence

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Malgré des effectifs de police importants, et un cordon de sécurité à 1km de l'Assemblée nationale du Burkina Faso, à Ouagadougou, plusieurs centaines d'opposants sont parvenus à pénétrer dans le Parlement pour empêcher les députés achèvaient aujourd'hui d'examiner un projet de révision constitutionnelle qui permettrait le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré.

Les manifestants ont en partie saccagé l'intérieur du bâtiment, ainsi que sa façade. Au moins trois voitures garées dans la cour et à l'extérieur du bâtiment ont été brûlées, tandis que du matériel informatique a été pillé et des documents en papier incendiés, selon un correspondant de l'AFP. Les forces de l'ordre ont, semble-t-il battu en retraite. Puis les opposants s'en sont pris à la télévision nationale, la RTB, qui a cessé d'émettre, et se dirigent vers le palais du Premier ministre après avoir incendié le siège du parti au pouvoir.

 

 

 

Si un hélicoptère lançait des gaz lacrymogènes sur la foule, l'essentiel des forces de l'ordre semble avoir fui. A 11h40, heure de Paris, les manifestants se regroupent place de la Nation, selon certains témoignages, dans le but de marcher sur Kosyam, le palais présidentiel. Pour apaiser la situation, le président du Conseil constitutionnel devrait bientôt faire une déclaration, dans laquelle il confirmera l'abandon du texte modifiant l'article 37 de la Loi fondamentale burkinabèe.

 

Source: https://fr.news.yahoo.com/burkina-faso-manifestants-p%C3%A9n%C3%A8trent-%C3%A0-lassembl%C3%A9e-saccagent-lieux-094300574.html

 

------------------------------------------------------------------------

En ce moment ci, la démission de Blaise est presque actée. Le frère de Blaise a été arrêté à l'aéroport de ouaga. Lui-même serait en fuite. Le général Kouamé lougué, ancien ministre de la défense en 2011 et démissionnaire ensuite, je crois, se trouve sur le point d'assurer la continuité de l'Etat. Il y a la fête et la communion entre les populations et les militaires à la place dite de la nation. Bonne lecture et à suivre....

http://tunein.com/radio/Radio-Omega-FM-Ouaga-1039-s201644/

 

-------------------------------------

Burkina le Général Kouame Lougué devrait s’exprimer d’un moment à l’autre....Le palais présidentiel serait entre les mains des manifestants qui ont jeté leur dévolu sur le Général pour conduire le FASO à bon port.

 

 

 

 

 

Commentaires  

 
0 #1 isidore aya 30-10-2014 23:02
Dans 99% de cas, le peuple a toujours raison - parce qu'il est nombreux et en plus c'est lui, qui représente la nation, l'état et ou un pays.

Cependant, vouloir abusivement enchainé, humilié, traqué, torturé, fliqué, assassiné, et somaliser les élites politiques ou intellectuelles et le peuple fini toujours par le chaos du pouvoir en place.

Oui, dans 97% de cas, les tyrans apportent le chaos à leur peuple.

Mais tous ceux qui collaborent avec ses tyrans ont besoin de les protéger pour aussi éviter le chaos.

En fait, le chaos est-il du coté du peuple qui n'a plus rien à perdre ou du pouvoir qui va tout perdre?
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir