Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Arrestation des membres de l'opposition

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Arrestation des membres de l'opposition

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le  mardi 04/11/2014, aux environs de 13h, les membres du Mouvement Citoyen pour le respect de l'ordre Constitutionnel, parmi lesquels le Franco- Congolais, Patrick Eric MAMPOUYA, Annaclet TSHOMAMBET et bien d'autres encore, dont nous n'avons aucune nouvelle à ce jour , qui étaient en pleine réunion hebdomadaire, comme à l'accoutumé, ont été arrêtés arbitrairement suite à une action particulièrement  violente de la police aux ordres de Sassou et Ndenguet, qui a fait irruption; une irruption qui frise la violation de  domicile du Coordonnateur de ce Mouvement, Mr Clément Mierassa, après l'avoir saccagé et pillé.

Cette arrestation honteuse de la part du pouvoir actuel de Brazzaville, traduit dans les faits la peur de Sassou et ses valets de perdre le pouvoir. En effet, depuis la victoire de la jeunesse et de l'ensemble du peuple Bukinabé sur la dictature immonde de Blaise COMPAORE, le pouvoir de Brazzaville est sur le qui-vive  et  ne veut pas voir l'opposition s'organiser en organisant des réunions et des meetings sur la place publique. Le pouvoir de Denis Sassou NGuesso actuellement à la dérive se claquemure dans une logique d'intimidation féroce en vue de vouloir tenter un passage en force pour s'accrocher contre la volonté du peuple au pouvoir.

Les forces vives de l'opposition congolaise se doivent d'intensifier  la lutte permanente avec acharnement et courage en vue de faire triompher les véritables valeurs de la démocratie au Congo-Brazzaville.

Face à cette barbarie du pouvoir aux abois, Le CODICORD exige la libération sans condition des membres de l'opposition du Mouvement Citoyen pour le respect de l'Ordre Constitutionnel, qui ne se battent qu'avec leurs idées pour défendre le peuple congolais abusé par un pouvoir inique sans précédent au Congo.

Il est encore temps pour le pouvoir de trouver une issue honorable de sortie. Les forces vives de l'opposition continuent de tendre la main au pouvoir pour que s'instaure un dialogue entre les filles et les fils du Congo en vue d'une alternance apaisée et démocratique. La violence, par contre, entraînera les tenants du pouvoir actuel à tout perdre.

 

Fait à Paris, le 05/11/2014

Le Président du CODICORD

Raphaël GOMA

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir