Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le virus est dans le fruit, comment éviter de s’intoxiquer ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le virus est dans le fruit, comment éviter de s’intoxiquer ?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Devant la fébrilité du PCT et des partisans du statu quo,  l’opposition accentue la pression auprès de toutes les chancelleries occidentales qui ont été  envahi ces derniers jours par des milliers de messages de contestation, suite aux arrestations arbitraires des membres de l'opposition.  Il faut dire que la situation du Burkina –Faso a complètement bouleversé la donne congolaise.

Le changement de la constitution a fait l'objet de grands débats au sein du Parti Congolais du Travail. Un triumvirat (décisionnel) bancal  se dessine  entre les partisans d’un départ de sassou , la désignation d'un futur remplaçant ou  simplement maintenir le cap en modifiant la constitution. A l’heure actuelle, aucune information sérieuse ne  filtre, sauf à reconnaître que la situation es très tendu. Entre un souhait de consensus biaisé, un marché de dupes déjà servi à plusieurs reprises. Un plat indigeste qui déjà entraîné une gastro intestinale et sanguinolente à l’opposition. Et une pseudo commission de réflexion qui cible mal les contours de la problématique constitutionnelle.

 

Faute de consensus certain cadre du PCT souhaiterait  renvoyer le débat à une prochaine session du comité central. Ou simplement à la décision de Mr SASSOU NGUESSO qui ne sait plus a quel saint se vouer.

Preuve qu’au sein de ce Parti le doute est en passe devenir une réalité incontournable. Les paroles mielleuses, les manipulations à l’emporte-pièce, des MOBOUNDOU, MOUNGALLA, MABIALA, KOUMBA et autres sont battues en brèves par la rigueur de la vérité populaire. Les fameux sages, ni encore l’apport de « NZOBI » semblent dépasser par l’engouement populaire.

Le danger est plus que palpable. La question ne se pose plus en terme de comment changer la constitution mais plutôt en terme de survie si jamais le printemps burkinabé atteigne  les sphères congolaises ?

Ceux qui était hier farouchement opposés à un dialogue inter congolais sortent de leur léthargie politique  et commencent à balbutier dans les conférences et salons internationaux la possibilité d’ouvrir le dialogue avec toute l’opposition sans exclusive.

Comme nous l’avons pressenti, la tendance est  dans  le sens de l’apaisement et du dialogue. Seulement il ne faut pas oublier que le diable sassou  à plusieurs facettes. Ceux qui s’amuseront à manger le fruit " du dialogue "  sans précaution seront très vite infectés par le virus EBOLA. Car le virus est deja dans le fruit

Ne faut pas perdre de vue que ce n’est pas l’opposition qui a bloqué durant 17 ans l’ouverture de ce même dialogue. La position de l’opposition est claire la dessus. Sassou et tout son système clanique ne doivent plus être aux commandes du pays ni encore conduire un quelconque dialogue visant simplement à pérenniser le pouvoir  de Sassou. « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. » Abraham Lincoln

De ce fait, c’est la première condition sine qua non que nous avions toujours exigé et celle-ci n’est pas négociable. Il est inutile de lancer vos mercenaires en corruption tous azimuts  au sein de la diaspora en France pour faire basculer cette tendance au dialogue sincère.. Ni moins de recycler sans cesse vos pseudos opposants qui sont plus ou moins que les chiens de chasse de leur maître Sassou. « .. dans un Etat et sous un commandement pour lesquels la loi suprême est le salut de tout le peuple, non de celui qui commande, celui qui obéit en tout au souverain ne doit pas être dit un esclave inutile à lui-même mais un sujet. »- Benedict (Baruch) Spinoza

Plus les années passent plus les preuves enfouis dans les tiroirs remontent peu à peu à la surface. Ces preuves accablent une gouvernance engluée dans un système opaque qui entraîne le tout un pays au déclin.

Quand la rente pétrolière contribue à embourgeoisée une frange de dirigeant et leur progénitures,   le progrès socio-économique du pays en souffrent cruellement. La redistribution des richesses devient une utopie. La construction des infrastructures une réalité inadaptée à la politique du développement du pays . La prise en charge de l'éducation de la jeunesse  soumise au critère dépourvue de tout sens de valeur « tosa o lia » Décidément, le Congo ne cesse de se décliner dans la perversion socio-économique. Les indices des prix qui permettent de déterminer l'inflation sont souvent manipulés par les autorités politiques congolaises. Et les conséquences sont graves sont les populations, elles vont de l'extension du chômage à l'exacerbation de la corruption, sans compter l'élargissement des disparités sociales.

Et ceux qui aspirent à les remplacer ressuscitent les démons de la haine et du mépris de l’autre. On se sert de la politique pour régler des problèmes personnels. Tel est l’un des constats criards observés au sein de la diaspora. Le départ de Sassou Nguesso et de tout son système n’est pas  un projet politique. Servant nous des exemples des autres pour sortir de cette épreuve en ayant une maturité responsable. Le vaillant peuple burkinabé a chassé son dictateur mais a failli replonger dans les bas-fonds de la division. Cela aurait été  une erreur et renforcerait la posture du Clan SASSOU qui chante à tue tête «  Après sassou c’est le déluge ». Ne tombons pas  dans le piège béant tendu par ce dernier qui voudrait que "seule une révolution le ferait partir." C’est un gouvernement et un système finissant  et ne voudraient pas partir sans semer le chaos. Ne leur donner pas cette possibilité. Notre peuple n’est de la chair à canon. Le pouvoir de sassou est fini  sans possibilité de récupération même dans un processus de recyclage avéré.

Le Congo, notre pays,  est une artificialité qui porte en elle des singularités dont la principale est ce déficit chronique de projection vers l'avenir, le futur, en faveur des générations à venir. Seules les jouissances immédiates et festives intéressent le Congolais (à tous les niveaux et dans tous les sédiments sociétaux) à l'image des discours creux entendus ici et là. « Nous allons les poursuivre jusqu’à OYO » «  Bouya va être dégonflé »… peu de gens  portent  la réflexion sur comment reconstruire un Congo désarticulé, déshumanisé et inégalitaire. Ceux-là n’ont qu’un seul intérêt se substituer au roi pour festoyer et s’adonner à toute sorte de préversion immorale.

Sassou et son système sont à la fin de leur règne désastreux. Il est temps de les pousser vers une sortie sans effusion de sang. Le soulèvement pacifique  de tout un peuple n’est  pas à apparenter à une guerre entre congolais. Une opposition responsable doit savoir conscientiser la population à s’interroger aussi sur son avenir. Et cela ne peut se faire que si celle-ci est rassemblé et uni.

La fin du sassouisme,   sans doute,  un sujet vu et revu, mais l'analyse faite par  beaucoup de congolais diffèrent. Les partisans du« Ote toi de la  que je m’y mette » sont prêt à pousser le peuple congolais à la révolution en se gardant de ne pas y prendre part. Les autres analyses, celles à laquelles nous nous inscrivions,   c'est d'inscrire  la fin du sassouisme dans un dynamisme  de refondation de la nation congolaise en revalorisant ses valeurs intrinsèques. Le congolais doit avoir un regard social sur la vitalité du pays  en apportant  un diagnostic lucide: Le Congo  souffre d'entêtement collectif primaire de vengeance aveugle. Rassemblons-nous pour résoudre ses avatars

Il serait aussi nécessaire de marteler sur  le constat d’affaissement politique consenti par beaucoup, qui se révèle être pris comme un modèle économique que l'on persiste à vouloir maintenir,  malgré sa défaillance. Le refus d'admettre communément des valeurs morales vitales, promotion entêtées d'une culture du clanisme  creuse et déshumanisante sont privilégiés en tête de  liste.  Il nous a été reproché à nous, opposition, à la table ronde de Lyon qu’en ne martelant simplement que sur le départ sans condition de sassou. Ne serait-il pas là une façon d’accepter ce mouvement de délitement du pays ?

Il est donc temps que l’opposition  ouvre la voie à une prise de conscience constructive et rénovatrice. Le rassemblement s’impose.

Jean-Claude BERI

 

 

Commentaires  

 
0 #4 régime 4 heures 28-10-2015 01:29
Thanks for one's marvelous posting! I truly enjoyed reading it, you're
a great author. I will be sure to bookmark your blog and definitely will come back in the future.
I want to encourage one to continue your great job, have a nice morning!
Citer
 
 
0 #3 isidore aya 16-11-2014 10:06
Isidore AYA TONGA pense que la construction d'un pays ou d'un état est comme celle d'une maison.
En effet, une maison quelle qu'elle soit ne peut être construite sans socle, ni fondation et surtout sans structure architecturale - sinon, elle s'écroulerait à court terme comme un château de cartes.

Le Congo-Brazzaville post dictature Denis Sassou Nguesso a donc impérativement besoin des nouvelles règles de jeux politiques, économiques, sociales, culturelles, environnemental es, sociétales et des lois règlementant ainsi une nouvelle démocratie fédéraliste et décentralisée du Congo au 21è siècle.

En savoir plus http://www.youtube.com/watch?v=Tkvk7Ak7YSY
Citer
 
 
0 #2 isidore aya 15-11-2014 17:32
CONGO BRAZZAVILLE ET LA CABANE DU PÉCHEUR D'OYO - SI TU PLEURS POUR UN DICTATEUR TU NE SERA PAS LA DERNIÈRE OU LE DERNIER...

La cabane du pêcheur - Francis Cabrel - paroles - Denis Sassou Nguesso et la cabane du pécheur de l'Alima ou du triangle des Bermudes congolais (Oyo, Obouya et ollombo) !

La cabane du pêcheur - Francis Cabrel - paroles https://www.youtube.com/watch?v=OgFdKODfQzs
Citer
 
 
0 #1 jean boko 15-11-2014 11:46
le balle est dans le camps de sassou si il veui vraiment la paix
c'est le momment de quitter le pouvoir dans le calme
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir