Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique PEUPLE CONGOLAIS NOUS SOMMES SUR LA BONNE VOIE.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

PEUPLE CONGOLAIS NOUS SOMMES SUR LA BONNE VOIE.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Reçus en votre nom à un très haut niveau  par une équipe envoyée par la première puissance  du monde, je puis vous rassurer que nous ne sommes  pas seuls dans notre lutte et je peux vous confirmer que nous sommes soutenus dans cette  démarche démocratique par tous les observateurs qui attendent que nous avançons pour nous suivre.

L'Amérique puisque c'est d'elle dont il s'agit comme la France : l'un étant celui qui dicte au monde entier comment un chef d'Etat doit de comporter vis à vis de son peuple et des pays voisins. Et l'autre étant notre ami séculaire avec lequel nous sommes comme des Frères sianois. A l'un comme  pour l'autre, nous en sommes unis comme la chair et la peau.

Oui j'ai pu le constater lors des deux rencontres notamment celle d'hier. Nous ne sommes pas seuls, sachons-le. Cependant nos Dictateurs notamment le nôtre sont dans le collimateur et le viseur des règles qui officient le monde libre et démocratique.

Vous vous imaginez, Sassou Nguesso a osé dire au mois de décembre à un envoyé spécial du Président Barck OBAMA venu à Paris rencontrer certains Chefs d'Etat dont Sassou Nguesso lors de la Conférence africaine sous le joug du Président François Hollande, période qui a correspondue à la date du décès du Président Nelson MANDELA. Dans ses délires, Sassou Nguesso a osé dire à ce digne envoyé spécial que : "lui SASSOU NGUESSO était inspiré pour tout ce qu'il fait sur l'oeuvre du Président Nelson MANDELA".

Peuple congolais, vous vous rendez-compte de l'offense, de la grosse fourberie. Et heureusement que l'Ambassade des ETats Unis d'Amérique à Brazzaville n'a pas besoin de microscope nucléaire pour observer sur place le plus scientifiquement du monde le fonctionnement de l'homme et de son pouvoir. Et nous même, ne sommes-pas du reste à la marge pour réajuster et surtout leur dire la vérité.

Quand à la situation qui prévaut en Centrafrique, le monde entier est sans ignorer que ceux qui allument et atisent les feux sont connus. Ils ont bon s'improviser pompier pyromane, on les connait tous les deux. "On vous connait" chantait Patience ABANI dans sa célèbre chanson.  Comme pour le cancrelat : "il a beau s'enrouler dans la merde, la farine ou la poussière, la mère poule sait que c'est bien lui. Et il faut l'avaler sans autre forme de procès".

Sassou Nguesso, ton jeu de caméléon que tu aimes bien pratiquer: "en  prenant chaque fois la ou les couleurs du milieu où tu se trouves", ou de la tortue qui aime bien jouer à son jeu subtil : "d'un côté la carapace et de l'autre la carapace". Ces jeux-là, sont connus et même  quand tu voudras faire semblant de changer, nous te reconnaîtrons.

Donc pour le monde entier, notamment pour les deux grandes puissances citées plus haut. Tu n'as jamais été et tu ne seras jamais pris au sérieux car tu n'es pas sérieux toi-même. Tu n'es qu'un imposteur, un escroc, un vulgaire manipulateur aimant jouer au jeu de la duplicité. Ton jeu qui a consisté hier comme aujourd'hui à te faire interessant : te rendre indispensable,  te faisant passer  en t'autoproclamant Mediateur international, c'est un vilain jeu des dupes. Nous l'avions démonté et exposé pièce par pièce auprès de nos interlocuteurs pour leur faire comprendre que tu n'es qu'un vulgaire usurpateur, un paranoïaque, un schizophrène, souffrant de tous les maux dont les frustrés de ton acabit font toujours montre.

Aujourd'hui, quand tu seras face à un diplomate occidental, notamment américain et français ; fais attention de ne plus dire n'importe quoi, car ils te connaissent déjà. Et ne feint pas de leur "faire boire l'eau par les narines". Ils te connaissent et ne l'accepterons jamais. Quand tu es devant eux, tu penses que tu es habillé mais malheureusement non, ils t'ont déjà déshabillé. Tu es déjà un Roi nu. Ils te connaissent jusqu'au fond de tes tripes. Chaque fois, avec toi, ils vont se munir d'un appareil détectant ton mensonge éhonté et inné. Aujourd'hui, tout le monde sait quel genre d'individu es-tu.

Nous avons fait comprendre à nos interlocuteurs que si le Président Blaise COMPAORE a été chassé par un peuple en furie, alors qu'il avait travaillé 100.000.000 fois mieux  pour son pays que tu ne  l'as fait notre voleur, qu'il a fait de la vieille HAUTE VOLTA devenue BURKINAFASO, un pays moderne, vivable alors qu'il est l'avant dernier pays pauvre de notre  planète, comment un voleur patenté comme toi qui a  pillé, asséché,  volé en milliards son propre peuple qui meurt chaque seconde par manque de tout, peut encore être gardé au pouvoir ? Un peuple  démuni  qui n'a même pas 500 F CFA par jour pour vivre, assujetti en état de quémandeur, abandonné la jeunesse de ton pays dans l'errance. Tu as laissé ta jeunesse dans les mains des  fossoyeurs qui ont démonté pièce par pièce la seule grande vertu, la force de grandeur qui nous restait. L'EDUCATION NATIONALE. qui plaçait  notre pays à la première place dans toute l'Afrique venant même avant la France. SASSOU, tu  as laissé l'EDUCATION NATIONALE AUX MAINS DE TOUS LES ESCROCS de ton genre, tu as hypothéqué l'AVENIR de toute  une jeunesse et par ricochet de tout un pays ? Comment peux-tu dormir avec toute une conscience fracassée ? Privatiser l'ENSEIGNEMENT OU L'AVENIR DE TOUT UN PAYS relève de la démence. Quand j'étais à Brazzaville au mois de janvier, j'ai pu observer que sur toute l'étendue de  notre capitale et autour, et je sais que c'est pire sur l'ensemble du territoire national.  Que seuls 40 % de nos enfants vont régulièrement à l'Ecole. Car partout : dans les toilettes, dans les coins des rues, à un espace vide par ici ou par là, dans un anti chambre, où on a érigé des Ecoles privées. Et qui n'ont que de nom. Rien ne fonctionne puisque les parents que tu as appauvris ne sont pas à même de payer la scolarité de leurs enfants. Alors que tous les pantouflards qui t'entourent dans ton gouvernement et toi-même êtes tous passés par l'ECOLE PUBLIQUE. Pourquoi alors ce mauvais cœur pour les enfants des autres ?

Non cher monsieur tu es un monstre froid et ne veut pas de la grandeur de ton pays que tu as réduit à la plus simple expression.  Tu ne t'aimes pas, n'aime pas ton pays, sa jeunesse ainsi que son devenir. Alors vu ce qui précède, il nous reste une seule alternative. Te chasser sans état d'âme aucune. On ne peut t'accorder aucune circonstance atténuante, aucune excuse,

aucun doute car tu es conscient et jouis de toutes tes facultés mentales quand tu nous imposes une telle situation.

LE RÈGLEMENT DES COMPTES DE LA SOCIÉTÉ CIVILE. LA DÉMISSION DU MINISTRE DU SPORT.

Monsieur le Ministre était très content de se retrouver là, au haut sommet de la Fonction publique. Ministre de la culture et du Tourisme. Ancien Procureur de la République, Haute fonction aussi et c'est là que le bas blesse, c'est tout son malheur. Il avait mal lu et interprété le CODE PENAL dont il n'avait pas correctement les attendus en 2006 qaund il avait prononcé un "NON LIEU" en faveur du Frère du Président Blaise COMPAORE, j'ai cité François COMPAORE soupçonné d'avoir assassiné NORBERT ZONGO le grand journaliste d'investigation retrouvé cramé dans sa voiture à 40 kilomètres de Ouagadougou en 1998. Le peuple burkina bé venait de le lui rappeler hier et l'a fait sauter du Gouvernement où il voulut jour au jeu du cafard s'enroulant dans du kaka. Un cas qui devrait faire réfléchir plus d'un collabo, d'hier, d'aujourd'hui de Sassou Nguesso. Car dans le Congo de demain, celui que nous voulons clair et débarrassé de tous voleurs, il lui faut des femmes et des hommes propres, avec des cœurs purs. Tous ceux qui ont sali ce pays, d'une façon ou d'une autre doivent s'apprêter à subir le sort de pauvres herbes : lui rendre compte. Tous ceux qui l'ont mis à genoux, tous ceux qui ont brillé par l'arrogance, qui ont pillé notre malheureux pays jusqu'à ses os et cherchant même à gratter les malheureux os, doivent déjà commencer à pleurer dans leur PATOIS, à trembler comme des feuilles mortes car pour ceux-là, il n'y aura plus un deuxième lavement des mains du genre ce qu'avait initiéMgr ERNEST NKOMBO. C'était une grosse erreur qu'il ne faut plus jamais répéter. Comme il n'y aura jamais de pardon pour le  PCT qu'il faudra à tout prix dissoudre si nous voulons vivre mieux demain. "Nous vivons durement aujourd'hui mais en tout cas, nous avons assez fait des sacrifices c'est pourquoi nous voudrions mieux vivre demain".Président J. J. Yhombi OPANGO.

C'est un Parti qui ne pourra jamais bénéficier de circonstances atténuantes ou même de simples excuses. On ne peut lui accorder aucunement le bénéfice du doute. Le Ministre burkinabé démissionnaire hier répond des mêmes prérogatives que le PCT. Le Procureur de la République qu'il était savait pourquoi il avait prononcé le "NON LIEU". Le PCT sait pourquoi son pouvoir est depuis 1968, le bourreau des congolais.

On n'est jamais plus fort que son peuple. Le PCT sait pourquoi il est celui par qui le malheur est arrivé au Congo. Car c'est en son sein que viennent tous les voleurs, les pilleurs, les assassins qui ont mis notre pays a genoux.

Inspirons-nous de ce qui a réussi. Et d'ailleurs le monde ne se nourrit et ne s'est toujours nourri que de cela : DES COPIES. Le  Pasteur Martin Luther King ne disait-il pas : " que vous qui êtes devant, réussissiez pour que ceux qui viennent derrière vous suivent".Au Pool dans ma région, on dit :" quand vous héritez de quelque chose, faites tout pour le gratifier, le pérenniser, l'agrandir". Cependant le pouvoir du PCT n'a su faire que le contraire en arrivant en 1968 au pouvoir. Il est venu trouver un Congo en pleine fleurissante ; des usines par ici, un pays envoi de modernisation par là. Ils ont tout assassiné même les USINES (KINSOUNDI, CHACONA, BETOU, DISQUES, KOMBE, CAHIERS, OCH, etc......)

Que ceux qui ont planté des maisons dans tous les coins de la République, tous les quartiers, toutes les villes, tous les pays commencent à réviser leur position et se demandent pourquoi je m'étais laissé tenté par la facilité pendant que l'ensemble de notre peuple croupit dans le malheur, pendant que nous prenions tout et ne sommes  pas capables d'acheter ne fut-ce qu'un comprimé de nivaquine pour soulager certains malades  ? Ne nous étonnent pas si le peuple souverain nous ramène à la bifurcation pour retrouver nos repères que nous avions longtemps perdus. Et si demain, le même peuple peuple que nous avons dépouillé nous  rappelle à l'ordre républicaine comme à ce Ministre burkinabé, ce n'est pas sa faute. C'est la nôtre.

A bientôt,

A Paris le 25 novembre 2014.

Le Premier ministre

Maître Tony Gilbert MOUDILOU.