Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Intox médiatique : Qui veut enterrer « La Lettre du Continent » ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Intox médiatique : Qui veut enterrer « La Lettre du Continent » ?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Depuis le départ de Monsieur Antoine Glaser, ancien patron de « La Lettre du Continent », hebdomadaire en ligne paraissant à Paris (France), plusieurs lecteurs croyaient que les choses iraient comme sur des roulettes avec l’arrivée de Monsieur Frédéric Lejeal, nouveau Rédacteur en chef, et ses collaborateurs. Malheureusement, c’est la grande désillusion ! 
En effet, plus d’un abonné à ce journal se plaint de temps à autre des informations qui y sont livrées. Sur toutes les latitudes où ils se trouvent en Afrique : en Angola, en RDC, au Congo-Brazzaville, etc, les lecteurs avertis peuvent aisément se rendre compte que la nouvelle équipe rédactionnelle de « La Lettre du Continent », que dirige Frédéric Lejeal, est mal informée, ces derniers temps. Pour ne pas dire, qu’elle est induite en erreur par ses sources d’information. Et cela risque d’être dommageable pour un grand journal qui n’est pas né de la dernière pluie, de surcroît, qui a pignon sur rue dans le monde. 

Les exemples de désinformation sur l’actualité du Congo-Brazzaville sont légion

Il ne fait plus l’ombre d’un doute que des gens malintentionnés induisent « La Lettre du Continent » en erreur. Tenez ! Comment comprendre ou expliquer l’information diffusée par ce journal en 2014, concernant le ministre congolais de la Fonction publique et de la réforme de l’Etat (MFPRE) et Secrétaire général du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI), Guy-Brice Parfait Kolélas, qui aurait reçu 6 milliards de FCFA des mains du Président de la République du Congo, Denis Sassou-N’Guesso, pour acheter le « oui » du peuple dans le Département du Pool d’où il est originaire, au projet de changement de la Constitution du 20 janvier 2002, qui permettrait à l’actuel chef de l’Etat de se représenter à la présidentielle de 2016 ? « Faux » ! 

A la vérité, Guy-Brice Parfait Kolélas a réagi à cette rumeur qu’il a qualifiée d’allégation, en portant un démenti auprès de « La Lettre du Continent », disant qu’il n’a jamais conclu pareille transaction avec qui que ce soit. Au sujet de la Constitution, le Secrétaire général du MCDDI a toujours répété, haut et fort, qu’il est contre le changement de la Loi fondamentale actuelle. Comment « La Lettre du Continent » a-t-elle pu diffuser pareille ineptie ? 

L’autre exemple de diffusion de fausses nouvelles sur le Congo-Brazzaville par « La Lettre du Continent » porte sur l’avis favorable au projet de changement de la Constitution émis, selon elle, par plusieurs Eglises implantées dans ce pays. Quiconque suit méticuleusement le débat sur le changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002 sait que la seule Eglise implantée au Congo qui s’est prononcée sur cette question, est l’Eglise catholique romaine du Congo dont la Conférence épiscopale est aujourd’hui présidée par Monseigneur Louis Portella-Mbuyu. Les autres Eglises citées par « La Lettre du continent » n’ont jamais donné leur avis.

Et sur cette question constitutionnelle, l’Eglise catholique romaine du Congo a donné sa position par le biais de la Conférence de ses évêques. Elle a dit que l’idéal serait non pas de changer la Constitution, mais plutôt de la réviser, si besoin est, comme elle le prévoit elle-même. C’est-à-dire en ne touchant pas aux articles verrouillés. En l’occurrence l’article 185, qui dispose que le caractère laïc de l’Etat, la forme républicaine de l’Etat, ainsi que le nombre de mandats présidentiels de 7 ans limité à deux, ne doivent faire l’objet d’aucune révision. D’où viennent donc ces diverses allégations de « La Lettre du Continent » ? D’ailleurs, cette liste des nouvelles mensongères sur le Congo et d’autres pays n’est pas exhaustive. 

Eviter de tomber dans le piège des politiciens spécialistes de l’intox

Les lecteurs de « La Lettre du Continent » ne méritent pas ce genre de plats insipides que leur sert l’équipe rédactionnelle dirigée par Frédéric Lejeal. Connaissant le sens de la rigueur dans le travail de ce journaliste chevronné, du reste entouré par d’autres chevaliers à la plume alerte, les abonnés de la « Lettre du Continent » ne souhaiteraient pas que cet hebdomadaire en ligne tombe à l’avenir dans le piège des politiciens spécialistes de la diffamation, acquis à la solde du régime de Mpila-Brazzaville et d’autres.

Ces politiciens s’organisent en cellules de réflexion et utilisent des personnes interposées pour donner de fausses informations à « La Lettre du Continent ». Ils font croire qu’ils sont des sources d’informations fiables. Or, ils induisent ce journal en erreur. 

En réalité, ils risquent de creuser la tombe de ce prestigieux journal spécialiste du continent africain, en lui fournissant des nouvelles infondées pour des buts inavoués. 

Yombo Lefort


Commentaires  

 
0 #1 pari sportif 29-03-2015 11:15
Greetings! Very useful advice in this particular article!
It is the little changes that produce the most important
changes. Thanks a lot for sharing!



pari sportif: http://www.ukulpic.fr/spip.php?article347&calendrier_mois=12&calendrier_annee=2011


paris sportif: http://solidaires-sudtam.org/spip.php?article42&calendrier_mois=2&calendrier_annee=1974


paris sportif: http://www.tfvb.net/spip.php?article338&calendrier_mois=7&calendrier_annee=2015


pari sportif: http://tfvb.net/spip.php?article338&calendrier_mois=9&calendrier_annee=2011


paris sportif: http://www.naturavox.fr/energies/article/augmenter-le-rendement-de-vos?forum=article&id_forum=54268
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir