Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Après l’échec de l’attentat du 12 Février, les extrémistes Sassouistes préparent un nouveau plan anti Okombi

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Après l’échec de l’attentat du 12 Février, les extrémistes Sassouistes préparent un nouveau plan anti Okombi

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« Chasser le naturel, il revient au galop ». Rien n’a aussi bien justifié la pertinence de cette vieille maxime que les desseins criminels des sbires de SASSOU.

 

Avant de quitter définitivement les délices du pouvoir en Août 2016, les Sassouistes sont décidés à montrer aux Congolais, leur obsession maladive à battre les records lugubres des plus grands sanguinaires du 20ème siècle : Hissène Habré, Idi Amin Dada, Saddam Hussein, Pinochet, Hitler et Pol Pot. Nous sommes de plus en plus convaincus que SASSOU est né pour appartenir à ce club lugubre des Bouchers du 20ème siècle, SASSOU rentrera dans l’Histoire du Congo comme « Le Boucher de l’Alima ».

Après avoir assassiné les généraux Yves MOTANDO, ADOUA, AVOUKOU, le secrétaire général du PCT NOUMAZALAY, le vieux Thystère TCHICAYA, par la méthode douce (empoisonnement) ; non satisfait d’avoir condamné à un état végétatif ses anciens compagnons LEKOUNDZOU et OBA APOUNOU, sans oublier YOULOU MABIALA, aujourd’hui SASSOU et ses sbires sont plus que jamais déterminés à liquider André OKOMBI SALISSA. Lors d’un entretien secret avec GONGARAD, OBAMI ITOU et NTSIBA, SASSOU a déclaré que même si OKOMBI SALISSA va dans un bunker, il va l’écraser s’il ne se soumet pas à sa volonté très présidentiable, plutôt présidentialisme. 

Ainsi, une réunion ultra secrète s’est tenue le Dimanche 15 Février entre des éléments formellement identifiés du Conseil national de sécurité (avec en tête JD OKEMBA), de la DGST et du GRB (milice privée de NDENGUET). Cette réunion conduite par le Général OBARA a permis la création d’un escadron chargé de liquider OKOMBI SALISSA. 

Le Colonel OBOUANDE est spécialement chargé de remettre à chaque élément de cet escadron de la mort la somme de 55 millions de FCFA, c’est ce qui a été fait la semaine dernière.
Ce plan odieux qui rappelle l’assassinat en pleine ville, du défunt maire Faignond, ne perd rien de son cynisme car, il a été décidé de recruter des barbouzes non seulement parmi les gros bras de Brazzaville, mais aussi dans les rangs resserrés de la garde d’OKOMBI et parmi les anciens du Front 400. 

En outre, des sources anonymes des Services nous ont révélé que le 13 Février dernier, le Général OBARA s’est rendu à Pointe-Noire pour féliciter les terroristes de Sassou qui ont été à l’origine de l’attentat du 12 Février. Ces extrémistes terroristes à la solde du Pouvoir sont partis de Pointe-Noire pour commettre leur attentat anti Okombi à Lékéna, en passant par Zanaga et Kébara. 

Ce plan odieux explique le décaissement de la faramineuse somme de 100 Milliards FCFA ordonné par SASSOU lui-même, pour financer son premier assassinat politique du 21ème siècle, à en croire que Monsieur a un esprit bétonné dans un passé révolu. 

Mais pourquoi veulent-ils autant éliminer OKOMBI ?

Désormais convaincu du soutien des capitales occidentales à ce prodige du PCT et à son aura politique qui continue de accroître parmi le Peuple, car OKOMBI SALISSA devient de plus en plus populaire dans son silence, SASSOU a avoué à ses proches n’avoir désormais qu’une seule carte dans sa main : assassiner André OKOMBI SALISSA, qui gêne son projet machiavélique, son rêve d’enfance de mourir au Pouvoir comme son vieux de Beau fils OMAR BONGO. 

Un journal qui porte bien son nom, LE TROUBADOUR, avait d’ailleurs préparé l’opinion à l’exécution des contours de ce plan macabre. Selon ce journal de caniveau, OKOMBI SALISSA recruterait des badauds pour embraser Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Oyo, Ouesso etc. 

Des prétextes farfelus qui nous révèlent que ces spécimens de personnes prennent leurs hallucinations criminelles pour des réalités ; décidément les monstruosités du monopartisme ont la peau dure. 

Le peuple Congolais qui suit avec une douloureuse attention ce plan d’assassinat programmé, sait que SASSOU est le champion et recordman du monde de « l’anti phrase » : l’art de faire le contraire de ce que l’on dit, et de dire le contraire de ce que l’on fait. 

Dans le lexique Nguessonique, Paix égale guerre, Non à la démocratie de l’invective signifie Oui à la démocratie du sang, de l’intrigue et du complot permanent. 

Mais cette fois – ci le Peuple est vigilent et aucune intrigue sanguinaire ne va réussir, nous disons Non à la démocratie sanguinaire.

Par Didier ONKA


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir