Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique DISCOURS INTRODUCTIF LU A l’ OCCASION DE LA RENCONTRE CITOYENNE DU 28/03/2015 A PARIS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

DISCOURS INTRODUCTIF LU A l’ OCCASION DE LA RENCONTRE CITOYENNE DU 28/03/2015 A PARIS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Mesdames et Messieurs
Chers invités,
Chers Compatriotes

 

Notre pays, la République du Congo se trouve   dans une situation extrêmement préoccupante. La gravité des problèmes socioéconomiques et politiques que vit notre pays, nous interpelle tous.

Congolaises et Congolais, Représentants de partis politiques et d’associations,  Personnalités indépendantes et membres de la société civile, bref pour nous Forces vives de la nation l’heure est à l’Unité comme cela est inscrit dans notre devise. Unissons-nous et rassemblons-nous davantage pour empêcher le maintien au pouvoir de Monsieur SASSOU NGUESSO  et tout  son système. Mettons de côté nos égos et nos différences, puis faisons preuve d’un grand sens de responsabilité.

Le 1er Novembre 2014, nous étions réunis à la Convention de  Lyon  autour d’une Table Ronde afin de répondre à une exigence, celle du Rassemblement.

Pourquoi et sur quoi devons-nous rassembler ? Telle fut la question posée et se pose encore aujourd’hui. Faut-il vous rappeler que la responsabilité du  pouvoir actuel de Brazzaville est engagée, tant  la situation actuelle  caractérisée par : les horizons bouchés , la fuite en avant du régime , la confiscation des libertés individuelles et collectives , la domination absolue du PCT (Parti Congolais du Travail) parti au pouvoir sur l’administration et l’Etat, le monopole de tous les espaces , le blocage du fonctionnement des partis , associations et l’intrusion dans leurs gestions internes , les  multiples violations des droits de l’homme , l’utilisation de la justice comme moyen de pression politique, l’entretien d’un climat de la terreur, le traitement policier des affaires politiques et le musellement de la presse libre, les velléités  de la manipulation de la constitution , la négation des principes de la République, la mise au point d’un arsenal juridique pour se donner l’impunité et la perpétuation du système actuel enterrant à jamais l’espoir d’une alternance pacifique au pouvoir, le mépris de l’opinion publique , la désinformation , le déni de la fragilité de la situation économique et sociale due aux choix économiques et à la corruption ascendante aggravant d’une manière exponentielle les inégalités ; demeure préoccupante pour notre peuple.

Ainsi donc, la rencontre d’aujourd’hui est une suite logique de ce qui s’est fait à Lyon le 1er novembre 2014, de ce qui a été déjà fait à différent niveau, comme le meeting de Lyon du 31 mai 2014, la tenue des Assises Nationales du Congo pour l’Alternance Démocratique de Paris du 07 au 10 juin 2014, le grand meeting de la diaspora le 15 août 2014,  l’initiative des Forces du Changement et du Progrès Social le 20 décembre 2014, et bien d’autres encore. C’est donc en ce jour une étape de plus dans le rassemblement de la résistance et de l’opposition démocratique de notre pays.
Dans nos invitations que nous vous avions adressées, nous avons parlé de la mise en place d’une coalition.    Mais pourquoi cette coalition ?
Depuis trop longtemps nous avons mené et nous menons encore des actions de tout type un peu disparates. Et toutes ces actions menées depuis l’extérieur n’ont que faiblement d’impact sur le terrain. Il nous est donné aujourd’hui  le choix de mettre en place cette coalition pour parler d’une seule voix et examiner les différentes options qui s’offrent à nous pour nous débarrasser définitivement de la dictature ; Mais également pour appuyer les efforts de l’opposition intérieure.

L’appel  à la coalition n’est pas un appel pour la création  d’une énième association, ni moins encore la création  d’un parti politique. il s’agit  simplement de renforcer notre action au sein de cette coalition dans l’apport des idées ou des moyens d’action pour définir dans les faits pratiques le changement que nous souhaitons de tout notre vœu ; et, non pas seulement, proclamer à cor et à cri le départ de sassou et de son système sans aucun effet palpable sur le terrain.  Il s’agit ici de faire des propositions concrètes sur le comment faire partir Sassou maintenant sans négociation. Il nous faut être dans l’action dynamique sans langue de bois.
La Communauté Internationale qui est prête à nous aider pour mettre fin à  la dictature dans notre pays, attend  de nous un sursaut et une détermination sans faille. Nous devons lui donner la preuve de notre détermination inébranlable.
C’est pourquoi, je vous invite, chers compatriotes de lutte, à nous tenir prêt pour galvaniser notre peuple en vue de  nous débarrasser de la tyrannie et de la barbarie au Congo.
Sommes- nous capable de faire partir Sassou et  tout son système ?
Si oui, quand et comment devons-nous le faire partir ?
Nous attendons de vous tous des résolutions concrètes sans langue de bois mais en toute responsabilité dans le strict intérêt du peuple congolais.

Mes chers amis, l’heure n’est plus au grand discours, je veux tout simplement laisser la place au débat. Un débat libre, respectueux,  concret et  fructueux.

Vive le Congo !
Vive le peuple Congolais !
Je vous remercie !

PAR RAPHAEL GOMA

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir