17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Maître T G MOUDILOU monte au créneau: Appel pour une forte mobilisation aux fins de libérer notre pays des bourreaux

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Maître T G MOUDILOU monte au créneau: Appel pour une forte mobilisation aux fins de libérer notre pays des bourreaux

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« Quand ton pays est sale et manque de visibilité, de lisibilité et de paix durable, il faut lui rendre sa propreté et son unité en le lavant au prix de ton sang » Président Marien Ngouabi le 13 février 1977 à l’anniversaire de l’U.R.F.C.

Peuple congolais, le devoir national, le patriotisme, la démocratie et le bon sens nous appellent. Les moments sont très importants et très graves pour notre pays. C’est le moment de lui prouver notre fidélité, notre amour. Il n’y a pas aujourd’hui un seul congolais qui puisse dire qu’il est heureux de le voir comme tel et vivre les moments que nous connaissons avec un pouvoir incarné par le P.C.T. aux élans autistes, égocentriques et très repliés. Pourtant nous sommes devenus plus d’un 1.000.000.000 de fois plus riches qu’il y a 40 ans. Notre pays connait un flux financier hors pair et curieusement notre argent n’est vu que chez les Ministres, le clan de sicilien qui l’utilisent à leur bon vouloir, sans se soucier de nous.

Si demain nous voudrions retrouver notre patrimoine, le goût de vivre, notre richesse pour qu’il bénéficie à tous ; si nous voulons que demain nous puissions nous faire soigner gratuitement comme jusqu’à 1968, si nous voulons que l’Ecole redevienne gratuite comme avant 1968, si nous voulons que chaque congolais ait de l’eau aussi normalement que dans des pays où il y a des vrais personnes et non des zombies à la tête de leurs Etats ; si nous voulons que l’électricité ne puisse pas être un luxe absolu comme le présente le PCT et son Président, c’est le moment d’arc-bouter ces imposteurs qui ne sont pas là pour nous mais pour eux-mêmes, pour leurs familles. Il faut les renvoyer dans leurs chers villages pour encore aller apprendre comment vit-on en société et comment gère-t-on un Etat.

Le drame que vit notre population depuis plus de 42 ans, années pendant lesquelles le PCT est aux commandes de notre pays, devrait plus nous rassembler tous sans exception du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest car les conséquences de celui-ci ne sont pas seulement ressenties par telle ou telle région mais par l’ensemble de toutes les populations sur tout notre territoire national. Personne ne pourra dire que nous ne savions pas. Nous lançons ici un vibrant et véritable SOS pour sauver notre pays du naufrage et surtout de l’arracher des mains des zombies sans cœur, ni loi qui gèrent notre patrimoine comme leur bien propre et tel que ça se gérait au moyen âge. Nous devrions nous désolidariser du PCT et de Sassou Nguesso qui prônent l’apocalypse s’ils quittent le pouvoir en 2016 car ils sont comme le bossu qui ne voit pas sa bosse ; oubliant malhonnêtement que l’apocalypse ce sont eux. Qu’ils sont l’os coincé à la gorge, qu’ils sont le problème du Congo. Aujourd’hui, nulle part dans notre Congo du PCT, aucun congolais digne de ce nom ne peut se sentir à l’aise car les mots clefs qui constituent l’équilibre social, l’état de droit, la démocratie et le pacte républicain à savoir : l’équité, la justice et le partage n’émergent pas.

Depuis 1968, le Congo qu’avait dessiné l’Architecte Alphonse Massamba-Débat et qui eut deux bons Premiers ministres Pascal Lissouba et Ambroise Noumazalaye, deux dignes fils qui suivirent les recommandations d’un Président voué aux changements de son pays, laissèrent un pays en très bonne santé. Aujourd’hui ce Congo-là qui était pris pour un grand modèle, convulse. On se demande vraiment ce que sont venus faire les hommes et les femmes aujourd’hui à sa tête. Pourquoi ce Congo qui avait donné autant d’espoir à l’ensemble de notre peuple a-t-il été remis en cause ? Notre Congo 4ème puissance industrielle au Sud du Sahara, ne représente plus que l’ombre de lui-même. Il n’est plus attractif. Il est mort. Pourquoi ?

Avec des usines comme :

- l’USINE TEXTILE DE KINSOUNDI, employant déjà plus de 12.000 employés, CHACONA qui nous construisait (déjà)de très beaux bateaux qui desservaient notre Nord de la République, très lointain, l’USINE de Cimenterie Domaniale de Loutété (CIDOLOU) à Loutélé, dont le ciment était presque bradé pour permettre à chaque congolais de se doter d’une belle habitation digne, « en dur » comme on aimait le dire. Le PCT était venu augmenter la tonne de ciment de 18.000 F à 160.000 voire 200.000 F aujourd’hui. Car sa politique consiste à ce que chaque congolais n’ait pas une belle demeure. Un exemple de l’égocentrisme des dirigeants du PCT. Quand les japonais sont arrivés au Congo en 1968, ils vendaient la voiture DATSUN à 300.000 F. Le PCT s’est dit ; si on vent cette voiture à ce prix, chaque congolais risque d’avoir une voiture. Alors ils ont doublé le prix 600.000 F. Voilà le PCT qui ne pense qu’à lui.

- L’Office de Construction de l’Habitat (O.C.H.). Toutes les Ecoles à étage, toutes ces belles habitations à Moukondo, à l’OCH sont le fléau de cette politique d’imagination du bien être pour tous. On voulait que les congolais vivent dignement. Ils ont tout saccagé et finalement tué.

- L’EDUCATION NATIONALE, hier « CHASSE PORTEGEE » des dignitaires de l’époque et qui faisait la très grande fierté congolaise a été remise en cause par Sassou Nguesso et son PCT. De Premier pays d’Afrique et le Deuxième au monde venant même avant la France, aujourd’hui, l’Ecole pour tous n’est plus qu’un triste cauchemar. Sassou a tout privatisé ne laissant le privilège qu’aux seuls enfants des voleurs qui eux, peuvent se permettre de payer la scolarité de leurs enfants. Ceux des autres étant voués à la traine, à la rue car les parents ne pouvant se permettre de payer les cours de leurs enfants. L’an dernier lors de mon bref séjour à Brazzaville, voyant tous ces enfants traîner dans les rues, j’ai posé la question à deux grands ministres de Sassou Nguesso : « Seraient-ils devenus Ministres aujourd’hui, eux, si au moment où ils étaient à l’Ecole les Président Fulbert Youlou et Alphonse Massamba-Débat avaient privatisé l’Enseignement, eux qui viennent du fin fond du Congo où leurs parents mettaient à peine de cache sexe pour abriter leur zizi et leur foufoune, et où eux n’avaient même pas de quoi manger ? ». Non tout ça c’est le « tchinfunia ». Eux, ils veulent tout avoir mais pas les autres.

Aujourd’hui le Ministre de la Construction de Sassou ne construit pas les maisons pour les populations comme l’O.H.C. de Alphonse Massamba-Débat mais il est devenu le Ministre de la construction de ses propres maisons : bien dessinées, bien architecturées et ostentatoirement élevées. C’est vraiment : « buala yayi mambu » !

Aujourd’hui demandons au PCT et à son chef Sassou Nguesso 42 ans de règne sans partage, pourquoi ont-ils abimé notre pays ? Pourquoi ont-ils tout cassé : toutes ces usines qui faisaient notre virilité ? Y a-t-il un début d’explication à ce comportement ? Un acquis, une richesse que les loubards du PCT à leur tête Sassou Nguesso, sont venus détruire.

VU CE QUE VIVENT LES CONGOLAIS DANS LEUR INTÉGRALITÉ, UNE SEULE CHOSE S’IMPOSE : UN PATRIOTISME QUI DOIT NOUS POUSSER TOUS A SAUVER CE QUI EST ENCORE POSSIBLE DE L’ETRE : L’UNITE NATIONALE AFIN DE BOOSTER LES IMPOSTEURS, LES VOLEURS, LES USURPATEURS.

Que faire quand tous les espoirs sont fracassés, quand plus rien n’existe, quand tous les rêves sont déçus et n’existent même plus et que tout tourne au cauchemar. Quand la nuit tombée, on n’arrive plus à savoir si on va pouvoir bien dormir, et le matin si on va pouvoir manger à midi. Si les enfants vont avoir de quoi leur permettre de bien étudier. Quand chaque jour, tout est devenu invivable, cauchemardesque et illusion. Quand l’utopie n’est plus transformable en réalité. Quand toutes les voies ne mènent plus à Rome. Quand hier n’est plus comme aujourd’hui et ne sera plus comme demain. Quand tout tourne en rond comme quand le chien se torche cherchant toujours à vouloir rattraper sa queue qu’il croit avoir perdue. Devant cette impasse totale et mortifère, suicidaire collectivement et démoniaque où les dirigeants du PCT et leur chef Sassou ne font même plus rêver : Que faire ?

Pour lire le texte intégral, cliquez sur les liens ci-dessous :

Appel pour une forte mobilisation aux fins de libérer notre pays des bourreaux (fichier Word)

Maître Tony Gilbert MOUDILOU


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir