Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique FAIRE LA POLITIQUE AUTREMENT

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

FAIRE LA POLITIQUE AUTREMENT

Envoyer Imprimer PDF

" il est plus facile de dilapider de l'argent public que de faire des économies avec le votre " (Raymond Barre)

Plus que jamais le Congo-Brazzaville a besoin d’être sauvé des mains de ceux qui, par des stratégies égoïstes ne visent qu’une seule chose, le pouvoir pour le pouvoir fermant les yeux devant la douleur du peuple congolais. La nouvelle génération congolaise doit s’atteler à faire autrement la politique.

Il ne s’agit plus  pour celle-ci de multiplier des opérations de séduction pour être récompensée demain, mais d’être plus proches des populations par des actions concrètes. La bataille  de demain sera celui du développement des infrastructures nécessaires à l’amélioration des conditions misérables de notre population.

La question que nous devrions nous poser est celle de savoir comment utiliser notre expérience pour aider les congolais à retrouver le chemin du savoir par des actions d’insertion sur le terrain et mener la réflexion pour donner à la politique une image saine et respectable.
Le retour des coups d’Etat et le maintien au pouvoir des dictateurs en Afrique plus particulièrement francophone est la conséquence de la confiscation de la vie politique et économique par des réseaux d’intérêts égoïstes et obscurs clouant au pilori, par tous les moyens, l’émergence d’une nouvelle Afrique avec comme corollaire la maîtrise de son avenir. L’émancipation réelle d’élites africaines libérées de tous complexes devient un enjeu qui risque encore de coûter la vie à des milliers d’individus si les africains continuent  d’avancer les yeux fermés.
Le problème crucial qui perdure dans notre pays est le manque de courage politique, de vision nationaliste, d’un projet de développement adapté et surtout un désintéressement coupable aux valeurs culturelles congolaises par des hommes qui sont censés animés la vie politique. La politique est un exercice, certes  difficile, mais doit fonder son action sur la concrétisation des projets visant à l’amélioration de le vie sociale. C'est-à-dire se fixer des objectifs  sociaux, culturels économiques permettant à un Etat d’assurer l’épanouissement de la société et le bien-être du peuple.  Or de tout cela, rien n’a été mis en œuvre concrètement. Oh  pardon !! si, mais dans le seul but de se servir et de servir leurs mentors occidentaux. Une sorte d’assurance pouvoir au cas où l’horizon pourrait s’assombrir. On proclame dans toutes les tribunes du monde que l’Afrique doit aussi bénéficier des vertus de la démocratie, mais dans la pratique les vieilles méthodes fouccartienne font encore recette. Ces pratiques relayées par des hommes marionnettes africains en particulier congolais retardent  considérablement  son décollage économique.

La nouvelle génération  des politiques  congolais doit savoir redonner vue au débat en évitant les intrigues assassines  qui polluent l’espace politique actuel. Le Congo d’aujourd’hui a besoin d’être soigné, nourrit, éduqué et de vivre décemment. La mobilisation pour atteindre cet objectif devrait être notre premier souci. C’est cela le prix de la paix et de la stabilité et c’est surtout sur ce terrain que nous ferons la différence entre les démocrates qui aspirent réellement a faire progresser positivement le Congo-Brazzaville et les pseudo-démocrates qui s’organisent pour piller et assujettir davantage le peuple.  Plus que jamais, nous devons nous organiser autour d’un vrai projet pour la cause du peuple qui reste notre seul objectif, aucune dictature aussi puissante soit-elle ne pourra ébranler ce dynamisme pour le développement.

La dictature se nourrit de l’intimidation et de la violence de surcroît inadaptée à engendrer le réveil des nouvelles idées. La politique actuelle menée par les responsables congolais est caduque et est, sans contestation une insulte pour l’intellectuel congolais. Osons faire la politique autrement en mettant au centre du débat les vraies  valeurs  démocratiques.

Jean-Claude BERI, www.dac-presse.com

 

Commentaires  

 
0 #1 infidelité 30-08-2016 14:42
Impatient de lire le prochain article comme à chaque fois.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir