27/07/2017

Dernière mise à jour05:52:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : Pourquoi nous exigeons un dialogue pour revoir La Gouvernance Électorale

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : Pourquoi nous exigeons un dialogue pour revoir La Gouvernance Électorale

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Nous ne partageons pas l'appréciation du pouvoir selon laquelle le climat politique au Congo-Brazzaville est sain, et nous ne sommes pas les seuls puisque selon "The Economist Intelligence Unit" l'indice de la démocratie 2011 de notre pays est de 2,89 sur 10. Ce qui classe le Congo-Brazzaville parmi les pays à régime autoritaire.

Si le vote régulier des populations ne définit pas à lui seul qu’un pays soit démocratique, néanmoins, les opérations préélectorales doivent être consensuelles et les règles admises par tous.

Depuis l’année 2002, un seul parti politique gagne toutes les élections au Congo-Brazzaville et il ne fait aucun doute que ce parti gagnera les élections présidentielles de 2016 ; la cause de ces victoires sont à rechercher entre autre dans les opérations préélectorales et le non-respect des règles.

Situation au Niveau des Départements

Il est assez curieux de constater que :

  • La Bouenza, le département le plus peuplé du Congo avec 309.073 habitants n'a que 11 circonscriptions comme la Cuvette qui n'a que 156.044 habitants (presque la moitié de la population de la Bouenza) et moins de circonscriptions que les Plateaux qui en ont 13, pour une population nettement inférieure de 174 591 habitants.
  • Le Niari compte 17 circonscriptions pour une population de 231.271 habitants nettement inférieure à celle de la Bouenza qui est de 309 073 habitants.
  • Le Kouilou hors Pointe-Noire a 8 circonscriptions pour près de 92.000 habitants, c'est-à-dire pour une population inférieure au tiers de celle de la Bouenza qui est nettement plus peuplée.
  • Lorsqu’on jette un regard sur la situation comparée entre d'une part 1992, et d'autre part 2002 et 2007, on se rend compte que la Bouenza a perdu 5 circonscriptions, le Pool 2 alors que dans le même temps les Plateaux en ont gagné 5, la Cuvette 2, la Cuvette Ouest 1, la Sangha 2, la Likouala 3.
  • Ce qui fait apparaître de façon claire et évidente que le découpage de 2002, repris en 2007 a favorisé les départements de la partie septentrionale du pays qui ont gagné 13 sièges alors que les autres départements ont globalement perdu 4 sièges.

Situation au Niveau des Communes

L’injustice criarde constatée frappe impitoyablement les communes.

1. Au niveau de Pointe-Noire, on constate que :

  • Lumumba a 3 circonscriptions avec 109.456 habitants, autant que Tié-Tié avec 257.255 habitants et Loandjili avec 260.927 habitants. Ces deux derniers arrondissements ont plus du double de la population de Lumumba. Cela relève une situation préoccupante.
  • Mvoumvou, avec une population voisine du tiers de celle de Tié-Tié et Loandjili a deux circonscriptions, alors que les autres arrondissements nettement plus peuplés, n’ont que 3 circonscriptions. Cela n’est pas normal.

2. Au niveau de Brazzaville, on note que :

  • Poto-Poto, l'arrondissement le moins peuplé avec 93.106 habitants a trois circonscriptions alors que Bacongo avec 98.782 habitants n'a que deux circonscriptions, et MFilou avec 196.440 habitants n'a que deux circonscriptions. MFilou a plus du double de la population de Poto-Poto. Cela est véritablement scandaleux.
  • Poto-Poto a trois circonscriptions comme Moungali qui a 166.719 habitants.
  • Poto-Poto qui a presque la moitié de la population de Ouenzé a trois circonscriptions, et Ouenzé quatre. Cela est inacceptable.
  • Moungali avec 166.719 habitants a trois circonscriptions, Ouenzé avec 182 057 habitants a quatre circonscriptions tandis que MFilou qui est nettement plus peuplé que ces deux arrondissements avec 196 440 habitants n'a que deux circonscriptions. Cela est inexplicable.
  • Makélékélé et Talangaï qui ont plus du triple de la population de Poto-Poto ont respectivement cinq et six circonscriptions. Quels critères a-t-on retenu ?
  • Tout ceci pose le problème du sérieux qui n'a pas été observé pour le découpage électoral fait en 2002 et repris en 2007.

Au Niveau des Districts

  • Il est important de signaler que les textes en vigueur érigent tous les districts, toutes les communes sans arrondissements en circonscriptions électorales. Ils érigent selon le compte rendu de la réunion du Conseil des Ministres du 22 mars 2002, certaines localités en circonscriptions électorales du fait des difficultés d'accès ou de l'éloignement du chef-lieu du district.
  • En tenant compte de l'organisation administrative de 2002 et de 2007, on a 86 districts. Le plus petit d’entre eux, Moungoundou Nord a 1.385 habitants et le plus grand de tous Madingou a 62 .000 habitants. Tous les deux représentent chacun une circonscription électorale.
  • Ces districts peuvent être classés ainsi que suit :
  • 13 districts ont une population comprise entre un et 5.000 habitants. Chacun d’eux représente une circonscription électorale.
  • 16 districts ont une population comprise entre 5.001 et 10.000 habitants et représentent chacun une circonscription.
  • 36 districts ont une population comprise entre 10.000 à 20.000 habitants. Ici pour des raisons difficiles à expliquer, Epéna avec 17.499 habitants et MVouti avec 18.094 habitants, ont chacun deux circonscriptions. Et pourtant Dongou avec 19.365 habitants et Kimongo avec 19.578 habitants n'ont chacun qu'une circonscription. Comment le justifier ? That’s the question ?
  • 16 districts ont une population comprise entre 20 001 et 40 000 habitants. Dans cette tranche on relève des choses curieuses, incroyables et indescriptibles.
  • En effet, Ewo avec 20.195 habitants, Ollombo avec 21.272 habitants et Mossaka avec 25. 636 habitants ont chacun deux circonscriptions, tandis que Bétou avec 29.736 habitants, NGabé avec 30.091 habitants, Loudima avec 32.775 habitants, Kinkala avec 34.608 habitants et Mouyondzi avec 36.815 habitants n'ont chacun qu'une seule circonscription.
  • 6 districts ont une population supérieure à 40.000 habitants. Il s'agit d’Owando, de Gamboma, de Sibiti, Impfondo, Mindouli et Madingou. Curieusement deux d'entre eux Madingou avec 62.800 habitants et Impfondo avec 47.951 habitants, n'ont chacun qu'une circonscription.
  • Peut donc comprendre pourquoi Madingou qui est le district le plus peuplé du Congo-Brazzaville n'ait qu'une circonscription, alors que MVouti, Epéna, Ollombo, Mossaka et Ewo ont chacun deux circonscriptions au même titre que Mindouli qui a plus de 53.000 habitants. Bref, on peut se poser plusieurs questions de ce type.
  • Le constat que l'on fait à ce niveau est clair. Il s'agit d'un système flou basé sur l'arbitraire qui en effet, ne fait que faire perdurer la logique qui a prévalu depuis 2002 ; à savoir, la transformation de la victoire militaire en victoire politique bien que depuis lors le contexte a changé. Et cela le pouvoir actuel semble avoir du mal à l’admettre.

Patrick Eric Mampouya

Source : http://www.mampouya.com/2015/04/pourquoi-nous-exigeons-un-dialogue-pour-revoir-la-gouvernance-electorale.html

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir