Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Une publicité gratuite pour Jean Dominique Okemba (JDO)

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Une publicité gratuite pour Jean Dominique Okemba (JDO)

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Depuis bientôt trois mois, des rumeurs font état de bruit des bottes à la Présidence de la république du Congo. Dans la foulé, les noms, d'Okombi Salissa, Nianga Mbouala, Pierre Oba, Serges Oboa, Jean Dominique Okemba (JDO) et ses amis sont pointé du doigt pour renverser les institutions de la République. « Quelle aberration et bassesse d'esprit !», se sont exclamés des observateurs de la scène politique du Congo-Brazzaville. « C’est une impossibilité, pour diverses raisons », pensent-ils.

La première raison est que, Okombi Salissa, Parfait Kolelas, Clément Mierassa, les Ntsourou attendent la fin du mandat présidentielle pour aller à la présidence de la République. Dans la tradition des initiés mbochi à laquelle appartiennent le chef de l’Etat congolais et Jean Dominique Okemba, il est interdit de faire du mal à son mentor, de voler, de tuer, de prendre la femme de son mentor, etc. Quiconque assassine son mentor, par exemple, meurt après quelques temps. Cela dit, à quoi donc servirait un coup d’État contre Denis Sassou-N’Guesso (DSN), perpétré par Jean Dominique Okemba (JDO), si c’est pour quitter quelques temps après la terre lui-même, sans avoir dirigé le Congo ? Cet interdit chez les Kani serait inviolable, à l’image du même interdit dans la tradition « Ndzobi ».

La deuxième raison qui expliquerait l’impossibilité d’un coup de force de la part du clan Okombi et Kolelas qu'on accuse d'entretenir les tchadiens dans les forêts de Lékana mais aussi d'avoir des cachettes d'armes çà et là ainsi que celui des Jean Dominique Okemba ou un autre groupement est que la Communauté internationale a décidé de ne plus tolérer la prise du pouvoir par des moyens non démocratiques ou anticonstitutionnels. Les Etats-Unis de Barack Obama, la France de François Hollande, l’OIF de Michaël Jean et l’ONU de Ban Ki-Moon, pour ne citer que ces entités de la Communauté internationale, ont déjà averti tous ceux qui seraient tentés d’assassiner la démocratie ou de tripoter les constitutions: ils les trouveront sur leur chemin !

Certes, Jean Dominique Okemba (JDO) est un grand chef, dans la même loge maçonnique que Denis Sassou-N’Guesso. Mais, ce n’est pas à lui d’installer qui que ce soit au pouvoir, de s’autoproclamer président de la République, ou de nommer un cadre aux hautes fonctions du pays. Cette tâche incombe au chef de l’État.

De plus, dans cette loge, Jean Dominique Okemba est le Numéro 2 après le président de la République. Eu égard à ses fonctions dans la loge et grâce aux nombreuses missions que lui confie le chef de l’Etat, il a un carnet d’adresses fourni. Il connaît à l'intérieur comme à l'extérieur, beaucoup de personnalités du monde politique, économique, des affaires, militaire, etc.

Ceux qui le connaissent ne le prendraient donc pas au sérieux s’ils apprenaient qu’il a poignardé son mentor, son protecteur, son bienfaiteur, dans le dos. Ce serait un coup d’État de lâche. Comme le ferait un serpent que l’on apprivoise mais qui finit par mordre la main de celui qui lui donne à manger. Il est vrai que JDO est un général de l’Armée, mais l’Armée devrait être le modèle de la discipline par excellence. Les observateurs affirment que JDO n’a jamais affiché la moindre désinvolture depuis 1979, c’est-à-dire depuis que M.Sassou est au pouvoir.

La quatrième raison, enfin, selon les observateurs avertis est à rechercher dans la Morale, la responsabilité, le respect de la parole donnée et des clauses. En effet, entre Denis Sassou-N’Guesso et JDO, il existerait un contrat moral et occulte : celui de ne pas se trahir l’un et l’autre. Le premier, c’est-à-dire Denis Sassou-N’Guesso, dans bien de situations, tire les ficelles dans l’ombre, tandis que le second, JDO, se montre à sa place au grand jour. Jean Dominique Okemba est comme l’ambassadeur plénipotentiaire et itinérant de Denis Sassou-N’Guesso. Quelle mouche pourrait donc le piquer pour qu’il en arrive à une inversion de rôles dans leurs connivences ?

Au regard de ce qui précède, les esprits qui ont le sens du discernement conviennent à déduire que attribuer un éventuel coup d’Etat à JDO, relève de la pure supercherie, à défaut d’être de la publicité gratuite et de la diversion, pour ce personnage et noircir certains cadres. Un coup de force ne profiterait ni à Okombi Salissa moins encore à Kolelas ni à Mierassa mais plutôt au président du Senat Obami Itou dévolue à gérer le pays au cas de vacance de pouvoir. L'élite congolaise devrait élever le débat et se borner sur des vrai questions de sécurité, de développement, de chômage, de santé, d'économie, d'éducation, de famille, de l'environnement, des libertés, bref de démocratie.

Ghys Fortuné DOMBE BEMBA


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir