Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Ange Edouard Mpoungui suspendu de l’UPADS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Ange Edouard Mpoungui suspendu de l’UPADS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Ce mardi 2 juin 2015 s'est tenue au siège de l'UPADS une réunion extraordinaire du secrétariat National de l'UPADS. Cette réunion a statué sur le cas de Ange Edouard Mpoungui qui avait répondu aux consultations du chef de l'État malgré les recommandations de son parti.

À l'issue de cette réunion, Ange Edouard Mpoungui à été suspendu de l'UPADS jusqu'à ce que le Conseil National du parti se réunisse pour statuer sur la sanction définitive au mois de juillet. Ange Edouard Mpoungui ne représente plus que sa propre personne ; ses actes et sa parole n'engage en aucun cas l'UPADS.

Ange Edouard Poungui suspendu de l’UPADS, il a fait le choix des centaines de millions et va rencontrer son chef Denis Sassou Nguesso contre l’avis de l’UPADS, ce parti à travers lequel il est sénateur aujourd’hui et au nom duquel il voulait participer à l’élection présidentielle factice de 2009.

Quelle indignité! Cet homme de 73 ans comme il se targue de le signifier à qui veut l’entendre vient de montrer combien la facilité à de l’argent et le gout à la belle vie sont ses seuls repères. Que fera-t-il des centaines de millions de francs CFA qu’il aurait reçus pour aller aux consultations? Ah Edouard Poungui ! Quelle honte! Honte à toi pauvre corrompu.

Ange Édouard Poungui est membre du bureau politique et du comité d’honneur de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads). Il vient d’être suspendu du parti à titre conservatoire. Motif énoncé : avoir pris part aux consultations sur la vie de la nation et de l’État initiées par le président de la République.

En s’y rendant, ce sénateur de l’Upads a agi en violation de la décision du parti qui avait dit son refus de prendre part à ces consultations. Cette décision prise le 2 juin à Brazzaville, après débat, est motivée par les articles 90, 93 des statuts et 184, 187 du Règlement intérieur de l’Upads. En rappel, cet ancien Premier ministre a déclaré, le 1er juin, à sa sortie d’audience au Palais du peuple qu’il privilégiait le dialogue. Interrogé sur la mise en garde de l’Upads aux cadres et militants qui prendraient part aux consultations du chef de l’État, Ange Édouard Mpoungui avait déclaré qu’il s’agissait des questions internes au parti.

Le vendredi dernier lors de la réunion, dans la salle de la semaine africaine, Ange Edouard Poungui est la quand le Bureau Politique de L'UPADS prend cette mesure conservatoire de sanctionner tout militant du parti qui irait aux incongruités de Sassou sous quel statut que ce soit et lorsque le Président de la Commission d’évaluation et de contrôle du Parti avait été instruit de sanctionner selon la procédure d’urgence tout malfrat. Le camarade Mfoutou Simon qui avait pris Acte et l’engagement de s’exécuter devant le Bureau Politique a un cas concret.

Joseph Kignoumbi-Kia-Mboungou et Clément Mouamba « Nguirisés » ils sont annoncés le 3 juin au palais du peuple chez Sassou Nguesso.

Trois d’entre eux étaient déjà contactés par leurs frères du parti il s’agit de Ange Edouard Mpoungui par le maire de Brazzaville, Hugues Ngouolondélé. , Clément Mouamba par Michel Ngakala et KIGNOUMBI-KIA-MBOUNGOU Joseph par tout le monde en tant que client. L’UPADS est pas surprise.

À suivre...

Patrick Eric Mampouya


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir