Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique APPEL A PARTICIPATION AU MEETING EN SALLE

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

APPEL A PARTICIPATION AU MEETING EN SALLE

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« ENSEMBLE, POUR LE CONGO, POUR L’AFRIQUE ! ».

LE 6 JUIN 2015, de 13h à 16h au MEETING EN SALLE (Espace réunions au 43, rue de Dunkerque) puis à partir de 17h au RASSEMBLEMENT de la Place de LA REPUBLIQUE, A PARIS.

MANIFESTONS POUR LE CONGO (BRAZZAVILLE), CONTRE LA DICTATURE ISSUE DU COUP D’ETAT MILITAIRE DE 1997, A L’HEURE DU COUP D’ETAT CONSTITUTIONNEL PROGRAMME EN 2015 ! MANIFESTONS POUR LA DEFENSE DE LA RÉPUBLIQUE, POUR LA DÉMOCRATIE ET CONTRE LA MAUVAISE GOUVERNANCE EN AFRIQUE !

Les associations, les partis, les citoyennes et les citoyens libres du Congo (Brazzaville) le savent et devraient le faire savoir davantage à l’opinion internationale : dans ce pays, des incertitudes et des violences bien plus grandes que celles que l’on peut observer aujourd’hui au Burundi pourraient ëtre quotidiennes et pourraient entraîner encore plus de morts après le Festival Panafricain de la Musique qui se tiendra en août 2015 à Brazzaville et surtout après les Jeux Africains qui seront organisés dans cette même capitale en septembre 2015. Une telle situation est prévisible parce que le chef de l’Etat actuel du Congo (Brazzaville), le Général Sassou Nguesso, va tenter de réaliser le même projet qui a échoué au Burkina Faso avec la chute de son ami Blaise Compaoré le 31 octobre 2014, le même projet contre lequel se dresse de manière héroïque le peuple burundais depuis le 26 avril 2015, le même projet qui a été rejeté par les jeunes manifestants de Kinshasa au premier trimestre 2015 en République Démocratique du Congo.

Ce projet est connu : rester « Président à vie » en changeant de Constitution par référendum ou en opérant une révision constitutionnelle par le même procédé. Et cela, même lorsque les articles 57 et 185 de la Constitution en vigueur au Congo stipulent qu’est intangible le principe de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels successifs. En effet, après avoir été chef de l’Etat de 1979 à 1992 suite à un coup d’état de palais dans le cadre du parti unique, et après avoir exercé un pouvoir sans partage jusqu’en cette année 2015 depuis son retour au pouvoir grâce à un coup d’état militaire sanglant réussi en 1997 avec l’appui des forces étrangères, le Général Sassou Nguesso a lancé le 20 mai 2015 ce qu’il appellera un « Dialogue ». Lequel a ainsi commencé par des « consultations » qui se sont terminées au bout d’une semaine et auxquelles n’ont pris part que des acteurs politiques de son propre camp. Des acteurs politiciens qui croient avancer vers les objectifs d’un agenda secret : l’installation d’une dynastie pour préserver, avec de nouvelles institutions, les intérêts d’une oligarchie liée au clan régnant.

Les forces vives de la nation, aussi bien à l’intérieur du pays que dans la diaspora, se sont mobilisées et continuent de le faire contre le projet du dictateur congolais, contre son  « coup d’état constitutionnel » programmé en 2015.

Une étape décisive pour l’unité d’action dans cette mobilisation restera la réunion organisée avec succès à Paris, le 23 mai 2015, par les Forces Vives de la diaspora congolaise en Europe.

Sur le terrain, un nouveau départ a été donné par la réussite du grand meeting populaire organisé à la Place Lumumba, à Pointe-Noire, par le Front Républicain pour l’Alternance Démocratique (FROCAD) créé en janvier 2015 à Brazzaville. Partout où se trouvent des Congolaises et des Congolais, les synergies des forces vives doivent se développer, par rapport à un même but immédiat : arriver à l’alternance démocratique afin de rendre possible et faisable une alternative pour le Congo.

La situation qui s’observe au Congo est à l’image de celle que connaissent plusieurs autres pays, notamment en Afrique francophone.

Toutefois, depuis la chute de Blaise Compaoré au Burkina Faso, rien ne sera comme avant. Et aujourd’hui, après un mois de contestation dans la rue, le peuple burundais montre un autre exemple de résistance contre la dictature et contre un projet de troisième mandat présidentiel.

Le panafricanisme des peuples n’est pas un vain mot. Il est une réalité qui se vit à travers la solidarité qu’entretiennent de nombreux acteurs de la société civile en Afrique, comme on a pu le remarquer récemment à l’occasion de l’arrestation à Kinshasa de militants du « Balai Citoyen » venus du Burkina Faso.

Le panafricanisme à travers des synergies dans la société civile de la diaspora, voilà une chose faisable et qui se fait, mais qu’il faut améliorer, développer davantage maintenant. Car à partir de cette année 2015, pour la démocratie– au sens premier, c’est-à-dire du pouvoir du peuple -, pour la république et pour la bonne gouvernance, les défis sont massifs.

La manifestation du 6 juin 2015 à la Place de la République, à Paris, sera la première d’une série qui sera lancée à l’occasion d’un rassemblement panafricain préparé, en coopération, par La Plateforme Panafricaine, l’Amicale Panafricaine et les Assises Nationales du Congo ainsi que plusieurs autres organisations panafricaines ou concernant tel ou tel pays d’Afrique.

Pour faire avancer notre juste cause :

-Associations, partis, citoyennes et citoyens libres du Congo

-Associations, partis, citoyennes et citoyens libres originaires de  toute l’Afrique et militants panafricanistes,

Manifestons le samedi  6 juin 2015, en ayant en mémoire le coup d’état amorcé par «  un pion de la Françafrique », le Général Sassou Nguesso, le 5 juin 1997 au Congo (Brazzaville) ;

-Participons au Meeting en salle, de 13h à 16h, à l’Espace Réunions, 43 rue de Dunkerque, 75010 Paris.

Les organisations présentes y  prendront la parole comme le 23 mai  2015 au même endroit.

-Participons au Meeting de la Place de la République à partir de 17h, à Paris, avec les militants panafricanistes et les démocrates de France.

Les organisations panafricaines et celles d’autres pays y prendront la parole. Suivra alors la lecture de la déclaration des Forces Vives de la diaspora congolaise.

- A l’attention des Congolaises et des Congolais

Contacts :

-Plateforme Assises Nationales du Congo : 06 14 69 38 25-N.M. NDOBA- 07 86 10 32 05-S.M. MOUSSOUNDA-  06  25 81 49 88-A. MIAYOUKOU- et 06 64 88 01 59 –B. TOUNGAMANI -06 71 76 32 34-J. ITOUA –OKONGO.

-CAP : 06 60 96 79 76 -Dr A.LIBISSA ;

- Congo Ya Sika : 06 13 75 21 98-S. MATIONGO – 06 85 57 92 87 Dr E.F. LOUBELO ;

-Fédération autonome UPADS France Europe: 06 01 29 17 92 -J. OUABARI MARIOTTI ;

- Comité d’Actions pour la restauration de la démocratie le développement et la liberté : 06 21 30 76 34 -Dr J.P.MOULANGOU.

Prévoir une contribution d’au moins dix (10) euros pour la salle de Dunkerque.

-A l’attention des panafricanistes

Contacts :

-Amicale Panafricaine : 06 59 66 3744 –Mariam ;

-La Plateforme Panafricaine : 06 80 98 29 86- Ardiouma.

Les organisations panafricaines se réuniront le même samedi 6 juin, de 14h à 16h vers la station de métro République, avant de rejoindre le rassemblement de 17h pour le Congo, à la Place de la République, où des représentants du Rassemblent de la diaspora burundaise prendront la parole.

Paris, le 30 mai 2015.

Pour Les organisateurs.

Noël Magloire NDOBA.


 

Commentaires  

 
0 #1 isidore 03-06-2015 10:51
Bonjour à toutes et à tous!Pourquoi devrons-nous comprendre les enjeux du conflit Bailleur Souverain /Locataire Politique Illégitime au Congo Brazzaville?, bonne lecture à partir de ce lien https://www.youtube.com/watch?v=ShLdVk09P-Y
Cordialement !
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir