Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Urgent - Convocation imminente d’un pseudo dialogue du 15 au 25 Juillet 2015 à Djambala

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Urgent - Convocation imminente d’un pseudo dialogue du 15 au 25 Juillet 2015 à Djambala

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Nous avons été informés de sources anonymes proches de la Présidence de la République, qu’après ses simulacres de consultations de palais, le Président SASSOU s’apprête à annoncer dans les tous prochains jours (probablement à Kinkala), la convocation d’un « pseudo » dialogue inclusif du 15 au 25 Juillet 2015 qui sera organisé à Djambala.

Le Président SASSOU a décidé d’imposer deux points à l’ordre du jour du pseudo dialogue inclusif : la réforme institutionnelle et la gouvernance électorale.

La réforme institutionnelle est la véritable raison de la convocation du pseudo dialogue à la sauce SASSOU. L’objectif de SASSOU est claire et sans ambigüité, procéder à un passage en force politique sur fond d’intimidation armée pour « démanteler » la LOI Fondamentale de notre pays, et consacrer institutionnellement sa monarchie familiale jusqu’à sa mort.

Nos sources nous alertent que le schéma présidentiel est déjà ficelé : pseudo dialogue inclusif en Juillet 2015, annonce du référendum lors du message à la nation du 12 Août 2015 prochain, organisation du référendum « illégal » entre Octobre et Novembre 2015, puis « coup d’Etat constitutionnel » en Janvier 2016, afin de faire basculer le Congo dans une monarchie traditionnelle.

C’est dans cette perspective que le second point à l’ordre du jour, à savoir la gouvernance électorale, n’est qu’un enfumage, un « appât » malicieux destiné à attirer les Opposants dans un énième dialogue Nguessonique dont les conclusions seront jetées au canon grec, comme celles de Dolisie, Ewo et Brazzaville. Ceux qui vont mordre par « naïveté » et par « inconsistance » politique à ce piège présidentiel, donneront leur quitus au démantèlement de notre Constitution et à l’installation d’une monarchie familiale au Congo Brazzaville.

Ne soyons pas complices, car la logique de SASSOU est claire : démanteler coûte que coûte la LOI de notre pays, pour s’éterniser au pouvoir et assouvir son obsession, voir son addiction démoniaque pour le pouvoir politique.

L’arme du « plus grand nombre artificiel » est celle que le Président SASSOU va utiliser lors de son simulacre du dialogue inclusif. A cet effet, il a financé à coup de milliards de FCFA du Trésor Public, la création des centaines d’associations et partis politiques « fantômes », fictifs, pour noyer artificiellement à Djambala ceux qui sont contre le changement constitutionnel, et faire triompher ses velléités monarchiques.

Ces associations et partis politiques de caniveaux ne représentent rien du tout, en dehors des « ventres gras » de leurs promoteurs. Le Peuple est farouchement contre leurs primitives démarches.

Nous disons haut et énergiquement que ce dialogue inclusif que SASSOU s’apprête à convoquer à Djambala, est illégal et une nouvelle manifestation du « voyoutisme » politique. C’est du voyoutisme, car il faut être un véritable voyou pour organiser un dialogue dont le but est de violer la LOI.

Il faut être « un voyou » pour demander à des personnes qui ne représentent rien du tout, de se substituer au Peuple Congolais qui avait massivement plébiscité notre Constitution il y a 13 ans seulement, car elle institue une démocratie stable, elle consacre un Exécutif fort conforme à notre culture, elle impose le principe de l’alternance démocratique par ses clauses de non révision qui touchent à peine 1% des articles constitutionnels.

Il faut être « un voyou » pour appeler malhonnêtement à un dialogue, alors que nous sommes à 14 mois seulement de la fin légale de son dernier et ultime mandat. Refuser de boire soi-même au breuvage que l’on a servi aux autres, est la marque d’un leadership en « état de péremption » qui n’a ni valeurs, ni idéaux, ni avenir à servir encore au Peuple Congolais.

Face à cette nouvelle manœuvre malicieuse, illégale, à venir, du « très égoïste et stalinien » SASSOU NGUESSO, nous lançons un appel solennel à toutes les Forces démocratiques et progressistes du Congo, qui représentent la Voix du Peuple, de boycotter « massivement » le futur pseudo dialogue de Djambala, afin de faire échouer les projets monarchiques de SASSOU.

Nous demandons solennellement au MCDDI, à la CADD, au RC, au RDPS, au RDD, au MUST, à l’UPADS, aux partis et associations patriotiques du FROCAD, à la société civile, aux Evêques du Congo, aux confessions religieuses, de ne pas participer à ce pseudo dialogue de Djambala, tant que le Président SASSOU ne renonce pas publiquement à ses intentions monarchiques, et tant que la question du changement constitutionnel n’est pas retirée de tout type de dialogue ; et ce, pour sauver notre jeune démocratie, notre paix et nos Institutions.

SASSOU projette de jouer le « tournant » de sa vie politique à Djambala au lieu de Brazzaville, nous comprenons que le Successeur de SASSOU pourrait être issu du Département des Plateaux, renforçant encore notre « diversité nationale », et ce, au grand malheur des « égoïstes absolus » du pouvoir. Le Congo n’appartient ni à un individu, ni à un parti, ni à un clan, ni à une région, mais à nous TOUS !

Front des Démocrates - FD

Source : http://zenga-mambu.com/fiche.php?id=5252


Commentaires  

 
0 #5 Congo ma patrie 25-06-2015 09:48
Un patriote ou pan-africaniste ne devrait pas méconnaître les vertus du dialogue. Par le dialogue, le dialogue entre forces politiques, avec un but. C'est la même chose pour le Congo", avec l'enjeu "de redresser notre pays, de le remettre en marche. Cela demande beaucoup de travail. Voilà pourquoi Denis Sassou N'Guesso, mon président, ton président, notre président de la République fait du dialogue, son credo, son cheval de bataille. A mon avis la réforme est importante. Quand on ne réforme pas, on est conduit à l'immobilisme. Et l'immobilisme, c'est le déclin. Or le Congo, doit avancer, aller vers son développement. D'où la nécessité de dialoguer
Citer
 
 
0 #4 C. Pias 25-06-2015 08:48
Ce qu'il faut retenir, il n'y a jamais eu de pseudo dialogue. un dialogue reste et restera toujours un dialogue peu importe l'issue de celui-ci. Donc pour votre gouverne, le dialogue n'est pas une invention du président Denis Sassou N'Guesso ni de son gouvernement, mais c'est une valeur universelle.
Citer
 
 
0 #3 Rolly 25-06-2015 08:26
SASSOU ou pas, le dialogue est toujours une opportunité pour un peuple de régler certains différends, le redonner de la vitalité a son système politique et de se projeter vers son avenir avec optimisme.
Malheureusement l'obsession de parler a tout prix de SASSOU devient pathologique pour certains congolais. Ce qui obscurci leur capacité de raisonnement et désintègre leur patriotisme.
Je suis pour le dialogue. Et je sais qu'il ne saurait avoir de pseudo dialogue. Mieux vaut un pseudo dialogue que pas u tout de dialogue.
Citer
 
 
0 #2 Simon Ebondji 24-06-2015 23:02
Conclusion : Denis Sassou Nguesso, qui prêchait, avant tout, pour sa propre chapelle, ne s’est trouvé aucun allié, même si le nombre de candidats africains, à la modification de la constitution, pour rester, éternellement, au pouvoir, ne se compte pas dans les doigts d’une seule main. Barack Obama avait raison d’en vouloir à Sassou. Car le fait qu’il ait convoqué la presse américaine, à grands frais, trois jours, avant le Sommet, pour la rallier à ses positions de conservation du pouvoir, ne visait, ni plus ni moins, qu’à faire échouer le Sommet de Barack. Sinon qu’aurait-on pu garder, comme souvenir marquant, d’une telle assise, si ce n’est la confirmation de la nécessité de l’alternance à la tête des pays africains ?
Citer
 
 
0 #1 Simon Ebondji 24-06-2015 23:01
Obama pousse (ouvertement) Sassou vers la sortie en 2016
Denis Sassou Nguesso est rentré, à Brazzaville, étant en colère. A Washington, il a été contrarié d’avoir été lâché par ses homologues chefs d’Etat, personne, n’ayant osé, le soutenir, publiquement, face à Barack Obama. Son plaidoyer d’une démocratie à l’africaine, a connu un lamentable échec. Les Américains lui ont répondu qu’il n’existait pas une démocratie à l’africaine (comme il voulait faire croire), tout comme il n’en existe pas à l’américaine ou à l’occidentale. Mais, ont-ils fait observer, il y a la démocratie tout cour t, une démocratie universelle. Il faut rappeler qu’aucun chef d’Etat africain ne s’est montré, suffisamment, courageux pour appuyer la thèse du président congolais, selon laquelle, on peut rester autant de temps qu’on veut, au pouvoir, pourvu que le peuple vous le demande.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir