17/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique COMMUNIQUÉ DE L'ELYSEE : Entretien de François Hollande avec M. Denis Sassou Nguesso

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

COMMUNIQUÉ DE L'ELYSEE : Entretien de François Hollande avec M. Denis Sassou Nguesso

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le président de la République s’est entretenu avec son homologue congolais, M. Denis Sassou Nguesso, le 7 juillet 2015, au Palais de l’Elysée.

Ils ont évoqué le processus de sortie de crise en République centrafricaine, pour se féliciter des progrès importants réalisés dans la sécurisation du pays et la réconciliation nationale. Les deux présidents sont convenus qu’il convenait désormais d’assurer la pleine mobilisation de la communauté internationale pour apporter un soutien renforcé au processus électoral et permettre la tenue du scrutin présidentiel aux dates prévues.

S’agissant des enjeux d’approfondissement de la démocratie en Afrique, le président français a indiqué son attachement à la préservation et à la consolidation des institutions. Il a rappelé son attachement aux principes de l’Organisation Internationale de la Francophonie et de l’Union africaine, qui supposent que les réformes constitutionnelles soient fondées sur un consensus.

Enfin, François Hollande a salué la mobilisation de la République du Congo en faveur du succès de la Conférence de Paris sur le climat. Il a confirmé au président congolais que l’Afrique, continent le plus exposé aux changements climatiques, devait bénéficier d’une attention particulière dans le cadre des négociations en cours pour parvenir à un accord global à Paris.

Source : Elysée, Présidence de la République

http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/entretien-du-president-de-la-republique-avec-m-denis-sassou-nguesso/

***

Congo : Denis Sassou Nguesso à Paris pour rencontrer François Hollande


Denis Sassou Nguesso et François Hollande se sont rencontrés ce mardi au palais de l’Élysée. Au menu de leur entretien : la crise centrafricaine ou encore le sommet de Paris sur le climat.

L’agenda africain du président français François Hollande est décidément chargé. Alors qu’il vient de réaliser une (mini) tournée au Bénin, en Angola et au Cameroun, du 1er au 3 juillet, il a reçu, mardi 7 juillet, Denis Sassou Nguesso, le chef de l’État congolais. Celui-ci doit également rencontrer le Premier ministre français, Manuel Valls.

Au vu de l’implication de la France et du Congo dans la crise en Centrafrique et de la préoccupation française en termes de sécurité régionale, François Hollande et Denis Sassou Nguesso correspondent régulièrement. S’ils ne se sont pas vus en personne depuis le sommet de la Francophonie à Dakar, en décembre 2014, ils se sont parlé au téléphone à au moins deux reprises depuis.

Le changement constitutionnel

Outre les sujets régionaux et internationaux, comme le sommet de Paris sur le climat, l’opposition espérait également que François Hollande aborde l’épineux sujet des mandats présidentiels et des intentions de Denis Sassou Nguesso quant à sa succession en 2016.

Le contexte était propice : Sassou vient de convoquer un dialogue national, à partir de samedi 11 juillet, pour évoquer la gouvernance électorale et la réforme des institutions.

Selon un communiqué de la présidence française, « s’agissant des enjeux d’approfondissement de la démocratie en Afrique, le Président français a indiqué son attachement à la préservation et à la consolidation des institutions ». Il aurait également « rappelé son attachement aux principes de l’Organisation internationale de la francophonie et de l’Union africaine, qui supposent que les réformes constitutionnelles soient fondées sur un consensus ».

Les successions incertaines de Denis Sassou Nguesso, mais aussi de Joseph Kabila en RDC, ont d’ailleurs été évoquées lors de la récente visite de François Hollande en Angola, lors d’une discussion avec le président José Edouardo Dos Santos. L’Élysée aurait ainsi de bonnes raisons de penser que, contrairement à ce qui s’était passé en 1997, l’Angola pourrait ne pas soutenir Denis Sassou Nguesso si le scrutin de 2016 venait à mal se passer.

Source J.A


 


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir