Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique La Nouvelle république ou république clanique ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La Nouvelle république ou république clanique ?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

MANIFESTE CONTRE LA RÉPUBLIQUE CLANIQUE.

Depuis son retour meurtrier par un coup d’état sanglant perpétré  en juin 1997, Mr Sassou rêvait de faire du Congo-Brazzaville un no man’s land au profit de ses progénitures et autres parents. Il n’y est pas allé par quatre chemins. Toutes les personnes qui pouvaient faire de l’ombre à son ambition sont simplement réduites au silence. Les cimetières de Brazzaville en témoignent de ses victimes qui ont péri pour avoir osé défendre une certaine idée de l’égalité et de transparence.

Il fallait coûte que coûte faire de la place à tous ceux qui avaient le patronyme Sassou Nguesso ou simplement qui avaient la bénédiction de Sassou.  A écouter les conversations des congolais dans les rues, ngandas, taxis, bus,  ce n'est pas de la politique que ces derniers sont lassés mais de la famille Sassou. Une désaffection qui tient largement aux comportements exhibitionnistes, extravagants, arrogants. Cette famille excelle dans l’absence de dévouement et de probité.

Le courage politique de cette famille  implique que l'élu soit au service du clan. Et ceci au détriment  des promesses faites par Sassou et les efforts demandés au peuple. Les congolais n'attendent certes pas ces enfants et autres membres du clan Sassou soient parfaits ou infaillibles. Ils veulent juste ne pas être pris pour des imbéciles ou simplement des marionnettes. On aurait tort de balayer ces critiques d'un revers de la main au motif que ce discrédit a toujours existé et qu'il n'est pas propre au Congo.

Ceux qui ont cru devoir ne pas y prêter attention se sont réveillés aujourd’hui en constatant leurs pères n’ont pas de boulot, leurs frères diplômés sont vendeurs au marché total, leurs sœurs au lieu de suivre des cours à la fac se prostituent à Kintélé,  leurs mères sont les maîtresses des dignitaires du clan pour nourrir leurs familles… Tout simplement parce que vous avez abandonné vos droits, vos privilèges de citoyens.

Tout a été chamboulé depuis près de 17 ans par des mécanismes d’usurpation bien huilés mis en place par cette  fratrie de prédateurs. La démocratie congolaise c’est la volonté du clan Sassou, le vote c’est le choix ou désir du clan Sassou, l’embauche c’est la désignation d’abord d’un membre du clan, les constitutions sont aujourd’hui tributaires de la volonté du clan en un mot le droit du peuple devient simplement celui de la fratrie Sassou. Au lieu d’aller de l’avant, Le Congo s’est simplement basculé à l’époque des seigneuries ou des chefferies.

Les régions, départements, localités, sont, passés de manière surprenante dans le langage courant de cette bande des propriétés privées qu’on peut user ou imposer un député ou un sénateur de leur choix. Ce glissement dangereux obéit à une logique simple, celle de mettre en place  dans le subconscient des congolais une conception d'une République clanique voire conjugale où les mandats peuvent se transmettre au sein d'un clan, d'une famille, voire au sein d'un même couple. Il ne faut pas, dans ces conditions, s'étonner que la ville d’Oyo soit bonnement tombée entre les mains de Denis Christel Sassou, la ville de Gamboma entre celle de Hugues Ngouelondelé, l’une des circonscriptions de l’arrondissement de Talangaï dans celle de Claudia Sassou Nguesso

La chronique d’attributions suspectes des villes entre parents sont est la preuve de l’éclosion de la gentrification des membres du Sassou. Cette pratique honteuse montre que même au sein du PCT la considération de la chose politique est entachée par la main mise féroce du clan.

Pendant ce temps les mêmes qui vous manipulent tels des gueux, veulent inoculer la jeunesse congolaise leur poison clanique à choisir la Nouvelle république. Pensez-vous que ces jeunes, femmes et hommes jetés en pâture dans des circonscriptions peuvent-ils gagner au nom d'une fausse égalité des chances ?  Les enfants d'ouvriers maintenus dans l'ignorance des codes politiques claniques ont-ils une chance devant la voracité politique du clan à vouloir imposer que les siens ? Les Congolais sont à la veille d'une nouvelle révolution politique. Cette révolution a déjà cours dans certains esprits et gagne progressivement les couches vives du Congo.

Il faut que ça change. Ainsi nous l’exprimons ici quitte à être traiter de tous les noms d’oiseaux, de tribaliste, mais se taire devant une telle duperie politique, une grosse escroquerie, dans ce MANIFESTE CONTRE LA RÉPUBLIQUE CLANIQUE.

J’ai fait le constat, comme une grande majorité de congolais du ras le bol général qui s’exprime à l'égard "d'élites consanguines et rentières du pouvoir, responsables d'un débat d'idées asséché et timoré face aux questions de fond, rétives à tout renouvellement de la classe politique, comportements qui, au final, ont contribué à faire du clanisme l'arbitre de notre démocratie".

Il est plus que temps que le Congo, en l’occurrence le pouvoir en place cesse cette pratique incompréhensible qui consiste à reconduire sans cesse des sortants sulfureux et rejetés par le suffrage universel. On ne peut indéfiniment réclamer la fermeté et pérorer sur le désir de justice et d’avenir des congolais en perpétuant des pratiques contraires à ces principes. Le corporatisme politique ne saurait justifier une telle fossilisation de la démocratie Congolaise. Les Congolais dans leur majorité ont compris que le pouvoir du clan Sassou a semé dans le pays les graines de la division.

Ainsi nous disons :

1°)  L’embauche dans la fonction publique doit se faire à l’issue d’un concours transparent et équitable  et non par nomination directe.

2°) Le recrutement dans la force publique, armée, gendarmerie et police doit se faire par ordre général dans tous les départements du Congo.

3°) Les avancements, les nominations les affectations et les recrutements dans la fonction publique ne doivent pas se faire sur le critère tribal ou clanique. Etc…

4°) L'obtention du diplôme quel qu’il soit  doit-être au mérite : Diplôme au mérite. Pas d'attribution de diplôme sous la base clanique

5°) Tout congolais doit être soigné conformément à:

•    La Déclaration universelle des droits de l’homme (art. 25)
•    La Déclaration américaine des droits et devoirs de l’homme (art.33)
•    La Charte sociale européenne (art. 11)
•    Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (art. 12)
•     La  Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (art. 16)
et non un privilège réservé aux enfants d'un clan.

6°) Tout Congolais a droit a la nourriture : " la sécurité alimentaire comme un droit aide à se concentrer sur les questions cruciales de la responsabilité et de la non-discrimination, qui ont aussi leurs fondements dans la loi des droits de l’homme. En résumé, le droit à la nourriture concerne la bonne gouvernance et l’attention aux plus démunis et aux marginalisés."http://www.fao.org/worldfoodsummit/french/newsroom/focus/focus6.htm
« La faim, c’est l’exclusion. Exclusion de la terre, du revenu, du tra-vail, du salaire, de la vie et de la citoyenneté. Quand une personne arrive  au  point  de  ne  plus  rien  avoir  à  manger,  c’est  que  tout  le reste lui a été dénié. C’est une forme moderne d’exil. C’est la mort dans la vie. » (*)

Penser à DÉVELOPPER AUTREMENT LE CONGO, c'est vivre ensemble sans discrimination.

Jean-Claude BERI

DAC (DEVELEPPER AUTREMENT LE CONGO)
……...........................................................................................
(*)   FAO, Etude de cas sur le droit à l’alimentation : Brésil, 2004, p. 9. Documents de la FAO : IGWG RTFG /INF 4/APP.1.

Commentaires  

 
0 #3 Mavoungou Jean 11-07-2015 14:54
ALERTE INFOS ! On ne comprend plus rien. est-ce le PCT qui a financé le recrutement national des militaires ? ou bien l'Etat congolais ? sinon, pourquoi alors le recrutement militaire est perçu par le PCT comme leur victoire et fait l'objet des campagnes d'exaltation au dictateur machiavel.les quotas ont été distribués au préfet et maire de la ville ,mais cependant les jeunes gens sollicités n'attendent que le rappel cela se passe dans l'obscurité totale ah le Congo, bouala kelé bien batou kélé yimbi car aucune presse ou chaîne locale n'en parle.
Citer
 
 
0 #2 Mitos 10-07-2015 13:07
Tout avait été dit en son temps. Avec Sassou rien ne changera
il avait promis à oyo lors de sa rencontre avec ses nkani et mwenés.
il n'est pas encore fatigué et celui qui va le remplacer n'est pas encore né.
comment les congolais peuvent ils être naifs à penser un seul instant que Sassou peut changer ??????
le congo lui appartient et il fera du congo ce qu'il voudra, pour vous amuser il nommera des bacongos, des batékés et de vilis à des postes mirabolants alors qu'ils n'auront ni l'argent ni le pouvoir dédié à ces nomminations car tout se decidera Toujours à OYO.
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 10-07-2015 10:10
Tous ces vauriens vont degager le plancher dans le mois avenir.De gre et de force ils vont tous deguerpiller
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir