Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo : Avenir des Institutions ou Avenir du Président Denis Sassou Nguesso?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo : Avenir des Institutions ou Avenir du Président Denis Sassou Nguesso?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Dans son message à la Nation; le Président de la République a convoqué un dialogue ayant entr'autre point l'Avenir des Institutions.

Mais lorsqu'on examine la situation actuelle, on se rend compte que la plupart de ces institutions se trouve dans une situation préoccupante. Ce qui apporte un cinglant démenti aux déclarations des dirigeants de ce pays et des partis de la majorité présidentielle, déclarations selon lesquelles, au Congo les Institutions fonctionnent bien.

C'est aussi une preuve flagrante de ce que le Président de la République viole l'article 56 de la Constitution qui dispose que le Président veille au respect de la Constitution et au fonctionnement régulier des Institutions publiques.

Ce faisant, il viole une nouvelle fois le serment qu'il a prêté de respecter et de défendre la Constitution.

Cela n'est pas étonnant puisqu'il n'a fait que violer la Constitution depuis aout 2002 puisqu'il se refuse jusqu'à ce jour à déclarer son patrimoine.

On a voulu illustrer cela par la situation de la Cour Constitutionnelle.

On découvre que ce qui intéresse le pouvoir, ce n'est pas l'Avenir des institutions mais l'avenir du Président Denis Sassou Nguesso.

La preuve flagrante est la déclaration surprenante de Pierre Ngolo, selon laquelle l'opposition craint le poids électoral de Denis Sassou Nguesso alors que la Constitution du 20 janvier 2002 est claire: Denis Sassou Nguesso exerce son deuxième, ultime et dernier mandat. Qu'il ne veuille ou pas, Denis Sassou Nguesso ne pourra pas être candidat en 2016.

Il quitte le pouvoir le 14 aout 2016.

Clément Mierassa


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir