19/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique L’inévitable chaos politique et sécuritaire organisé par Sassou

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’inévitable chaos politique et sécuritaire organisé par Sassou

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

" Si nous ne voulons pas laisser le monde sombrer dans le chaos, nous devons libérer l'amour qu'abrite le cœur de tout homme " Victoria Hislop

On aimerait en rire, tant l’absurde le dispute au ridicule dans ce feuilleton qui étale  sous  nos yeux,  la fin de règne  calamiteux de Sassou. De fait, depuis  un peu plus de deux ans,  par pur cynisme,  Sassou a décidé  de braver l’ordre constitutionnel  et  de  demeurer au  pouvoir, ad vitam aeternam. Tous les arguments  ad hominem qu’il développa jadis contre Pascal Lissouba, auraient dû  le couvrir de honte et étouffer dans l’œuf sa gloutonnerie du pouvoir. Que nenni !  Dans une démarche qui défie la  logique et le bon sens, une fois de plus, Sassou reste persuadé que sa bonne étoile ne lui fera pas défaut.   Imperturbable, il affine chaque jour sa funeste stratégie du chaos, quitte à mécontenter tous les démocrates qui avaient la faiblesse de croire qu’un dictateur  pouvait se muer en démocrate.

C’est un truisme de le rappeler : la période euphorique de la victoire militaire d’octobre 1997 a donné plus de coudées franches  aux concepteurs de la Constitution du 20 janvier 2002, pour s’attaquer à la limitation des mandats présidentiels, à la limitation d’âge, mais surtout en y introduisant les verrous  tangibles  incarnés  par les  articles 57 et 185, aux seules fins de permettre une alternance politique.

Cependant, afin de permettre à Sassou de briguer un 3e mandat en contournant ces articles qui  scellent l’alternance dans le marbre, les officines d’Oyo ont opté pour l’abrogation pure et simple de ladite  constitution. Elles entendent ainsi  proposer une nouvelle constitution qui serait entérinée par voie référendaire, pour aller vers leur «  Nouvelle République ». Seulement voilà, lui qui s’est toujours passé pour la victime ;  lui qui a vu tous ses meilleurs concurrents pour la conquête du pouvoir  tomber les uns après les autres, happés par  la guigne ;  lui qui se présentait comme le meilleur défenseur de la constitution de  1992 ; bref, lui qui aurait pu -selon ses zélateurs -  rentrer dans l’Histoire par la grande porte,   y sera manifestement défénestré, sans autre forme de procès.

Le chaos comme stratégie

En dépit de toute vraisemblance, l’apparente maitrise du calendrier politique  par Sassou n’est qu’illusoire. Il bat en permanence les flancs pour essayer de redresser le navire qui commence à prendre l’eau. Les faits sociologiques sont tributaires d’innombrables arias et aléas et par conséquent,  certains  arguments valables hier pour  réaliser son coup d’Etat constitutionnel, ne le sont plus aujourd’hui.

Dans la quête désespérée d’une introuvable  « jurisprudence »  à laquelle  il pourrait s’accrocher,  Sassou a financé à coups de milliards de F CFA, les députés  du Burkina Faso  pour  les stimuler à   modifier  l’article 37, dans le seul but de faire obtenir un 3e mandat à Blaise Compaoré. Peine perdue,  une marée humaine a pris d’assaut l’Assemblée nationale le jour du vote, mettant in fine un terme aux velléités monarchiques du beau Blaise.

Dernières turpitudes : le Président Congolais qui a la triste réputation  de priver son peuple d’eau et d’électricité ; venait de se faire remonter les bretelles par une objurgation en bonne et due  forme de  Paul Kagamé à cause des  20 milliards de F CFA de don octroyé  à Pierre Nkurunzinza pour lui permettre de soudoyer  les membres de la commission électorale, son armée, sa police et son parti politique  dans le but de négocier un 3e mandat.

Logiquement, après  l’affligeant dialogue de Sibiti qui ressemblait à s’y méprendre à un congrès du PCT,   l’étape suivante  fera place à l’annonce de la tenue d’un référendum constitutionnel . Probablement  après les jeux africains, en octobre 2015. D’aucuns  estiment qu’il pourrait le faire bien avant, histoire de prendre l’opposition de court.

La  rencontre  pctiste  de Sibiti aurait dû  être inspirée par un élan  patriotique, en  mettant  un peu d’eau dans le vin dans le sens d’un consensus, notamment  pour améliorer la « gouvernance électorale ».  Or, sur ce point notamment, les conclusions de Sibiti ont tout bonnement mis en exergue la mauvaise foi de Sassou et de ses sbires, qui n’ont pensé qu’à protéger le quignon de leur confort. Toutes les résolutions y relatives portent  en elles les graines du chaos.

Comme à Dolisie et à Ewo, les tenants du pouvoir  sont restés évasifs sur les délais relatifs à la réalisation d’un découpage électoral  fiable qui tiendrait compte de la densité de la population par circonscription. Quant à la biométrie et l’introduction du bulletin unique,  les membres de cette commission ont préféré  renvoyer leur applicabilité aux calendes grecques.

Pire, le point 5  le plus emblématique,  relatif  aux « listes électorales » est à mille lieues  d’une  volonté d’apaisement.  Au contraire,  les listes électorales conflictuelles,  issues du Recensement  Administratif  Spécial (RAS) qui avaient consacré  un Nord plus peuplé  que le Sud,  seraient la base sur laquelle on procéderait à d’éventuelles révisions. Pour ajouter l’immoralité au tableau,  ils ont l’outrecuidance d’affirmer que «  ces listes ont été réalisées de façon paritaire par l’ensemble des parties prenantes aux élections » (sic).

Destruction créatrice ou remake de 1997 ?

Tous les éléments ci-dessus évoqués  constituent le cocktail explosif  qu’il faudra surveiller comme l’huile sur le feu. Un véritable cautère sur une jambe de bois. On se souvient  qu’il a suffi au gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) d’annoncer l’organisation d’un recensement de la population pour l’élection présidentielle de 2016  pour créer un climat insurrectionnel. Et pour cause,  l’opposition et la société civile  étaient persuadées  que cette opération ne serait  jamais terminée avant 2016 et entrainerait   ipso facto « un glissement » pour maintenir Kabila au-delà de 2016.

Dans notre pays, il est illusoire de s’attendre à une élection libre, démocratique et transparente en 2016 avec  ces listes électorales truquées, ni avec une CONEL dirigée par les membres du PCT, ni avec les circonscriptions  incongrues  ( Exemple :  Ollombo  avec 21 272 Hbts  a deux députés et NKayi  avec 71 000 Hbts a un seul député). Remettre toute cette gouvernance électorale à plat nécessite au moins un an de travail rigoureux.

Tout compte fait,  l’élection présidentielle en 2016 est déjà compromise et Sassou n’a aucune volonté d’organiser une  élection présidentielle apaisée.  Il croit s’en sortir en organisant une situation de chaos,  qui ne sera pas pris ici dans le sens d’une « destruction créatrice » (Schumpeter),  mais un remake de 1997  qui empêcherait une redistribution de cartes. Occultant royalement l’eau qui a coulé sous les ponts ;   comme en 1997, il croit qu’il  demeurera  maitre du jeu.

La déliquescence de la dictature…

On n’a jamais destitué une dictature par les urnes. Celle de Mpila ne fera pas exception. C’est le moins qu’on puisse dire. Toutefois, la déliquescence  généralisée du despotisme à laquelle on assiste actuellement en Afrique  marque,  somme toute,  un véritable changement d’époque et de paradigme. Les peuples, conscients de leurs responsabilités, ont inventé  par eux-mêmes, le fil d’Ariane  qui leur permet de porter l’estocade aux tyrans.  Sassou et son clan sont prévenus.  Nous sommes dans la phase crépusculaire des dictatures sous la poussée des lames de fond de peuples assoiffés de liberté et d’épanouissement.

Les Burkinabè ont relevé avec brio ce grand défi, les Burundais  n’ont pas baissé les bras. Je prends date  aujourd’hui, ils vaincront. Demain, le vaillant peuple Congolais saura sans nul doute, exhumer son passé glorieux et élever notre pays à la marche qu’il mérite : la plus haute. C’est à cela que l’on reconnaît un grand peuple, si tant est que nous en  ayons  conscience d’en être  encore un.

Sans aucun doute, les Congolais éclairés de la diaspora, ont pris leurs  responsabilités en date du 6 juillet 2015, en expliquant au Président F. Hollande, que la stratégie diplomatique de séduction déployée par Sassou, en cachait une autre : celle de la préparation d’un chaos politique et sécuritaire au Congo.  Dans le même  esprit, les forces vives organisées sur le terrain tiennent un évènement majeur : «  le dialogue alternatif ». Un évènement qui,  sans aucun doute,   pourrait rester dans l’histoire, comme le point de départ d’un mouvement populaire multiforme pour contrecarrer le chaos préparé par Sassou.

A  la vérité, il nous revient à tous et à toutes, fils et filles de ce pays, de conjurer le pire qui s’annonce. Car, si on n’y prend garde, il ne  sortira  de  cette politique du chaos que le chaos lui-même.

Djess Dia Moungouansi «  La plume du  Congo libre »

Commentaires  

 
0 #2 Minna 20-08-2015 19:09
Hello, i think that i saw you visited my site thus
i came to “return the favor”.I am trying to find things to improve my website!I suppose its ok to use some of your ideas!!


My site; sex shop gran via (Minna: http://noosee.centerblog.net/2-how-to-make-household-chores-an-excuse-to-have-sex)
Citer
 
 
0 #1 A1 23-07-2015 14:14
Mon ami, mon frère !

Le peuple tout entier et sa jeunesse en particulier finira par se dire qu'"il vaut mieux une fin effroyable qu’un effroi sans fin !"
Que chaque citoyen continue sa tache & son devoir de veille démocratique & laissez le continuer à trop tirer sur sa corde "élastique"...
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir