Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Communiqué conjoint du Conseil de la Diaspora Congolaise pour la Restauration de la Démocratie ( CODICORD) et le Comité d'Actions pour la Restauration de la Démocratie, le Développement et Liberté ( CARDDL).

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Communiqué conjoint du Conseil de la Diaspora Congolaise pour la Restauration de la Démocratie ( CODICORD) et le Comité d'Actions pour la Restauration de la Démocratie, le Développement et Liberté ( CARDDL).

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Communiqué conjoint du Conseil de la Diaspora Congolaise pour la Restauration de la Démocratie ( CODICORD) et le Comité d'Actions pour la Restauration de la Démocratie, le Développement et Liberté ( CARDDL).

 

Suite à la  décision des autorités de Brazzaville d'interdire la tenue du  Forum Alternatif des Forces Politiques et Sociales qui devait se tenir au Palais des Congrès de Brazzaville ce 26 Juillet 2016, le CODICORD et le CARDDL s'insurgent pour demander à tous les démocrates de se tenir débout et dire non aux pratiques anti-démocratiques.

Cette interdiction est inacceptable et condamnable  à plus d'un titre. "Exercer son pouvoir de police administrative générale" ne légitime en rien cette interdiction qui en dit long sur l'idée que les autorités de Brazzaville se fait de la liberté d'expression et de réunion! En effet,  comment accepter qu'une réunion soit interdite par anticipation, en accusant les organisateurs à l'avance de pouvoir tenir des propos d’incitation aux troubles publiques!

Ce sont les propos qui sont non seulement diffamatoires mais en plus très inquiétants de la part des autorités de Brazzaville.

Le CODICORD et le CARDDL demandent à ce que cette interdiction de réunion soit levée dans l'immédiat et sans condition.

Le CODICORD et le CARDDL apportent leur soutien indéfectible  aux organisateurs du dialogue alternatif et les exhortent dans leur opiniâtreté face à l'exigence du traitement par le pouvoir de la question fondamentale de la gouvernance électorale.

Nous appelons les organisations politiques et syndicales, progressistes du NON AU CHANGEMENT CONSTITUTIONNEL à condamner cette décision qui relève de la barbarie politique à laquelle excelle le pouvoir de Brazzaville aux abois.

Nous interpellons la Communauté Internationale de regarder avec une attention particulière la situation au Congo-Brazzaville où le pouvoir refuse de créer les  conditions favorables en vue d'un consensus réel.

Fait a Paris le 25 /07/2015

Pour le CODICORD, le Président

Pour le CARDDL, Le Président d'honneur

Raphaël GOMA

.

Commentaires  

 
0 #14 keffieh 09-12-2015 06:10
Bonjour à la team du site, comme souvent un post de qualité, félicitations
Citer
 
 
0 #13 Henne 26-11-2015 04:13
Bonjour à l'équipe du site, encore un article de qualité, félicitations
Citer
 
 
0 #12 keffieh 09-11-2015 07:38
Je reconnais que je ne pigeais rien et la c’est plus clair dans
mon esprit depuis que j'ai lu votre site internet.
merci
Citer
 
 
0 #11 Foulard Palestine 14-10-2015 13:58
Que dire de plus ? Vous avez tout résumé dans cet article.
Vraiment enrichissant
Citer
 
 
0 #10 Tenue Orientale 01-10-2015 21:02
Je vois vraiment que l’on a à faire a
des pros du domaine, félicitations pour ce page web
Citer
 
 
0 #9 Foulard palestinien 08-09-2015 11:31
Pressé de lire votre prochain article comme à chaque
fois.
Citer
 
 
0 #8 Robe dubaï 08-09-2015 08:19
Article génial, je partage sur facebook
Citer
 
 
0 #7 robe dubaï 30-08-2015 06:17
Article extra, je vais le partager sur Facebook
Citer
 
 
0 #6 sari 27-08-2015 09:34
Je dois dire que je ne pigeais rien mais la c’est vraiment plus clair dans mon esprit depuis
que j'ai lu votre site internet. merci beaucoup
Citer
 
 
0 #5 robe dubaï 19-08-2015 02:34
Que dire de plus ? Vous avez tout résumé sur ce post. Vraiment intéressant
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir