Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Communiqué de Presse de DAC

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Communiqué de Presse de DAC

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Communiqué de Presse de DAC

 

DAC  dénonce l’interdiction par les autorités administratives et politiques de Brazzaville du Forum Alternatif des Forces Politiques et Sociales qui devait se tenir au Palais des Congrès de Brazzaville ce 26 Juillet 2015 en présence de toutes forces vives de l’opposition au Non CHANGEMENT DE CONSTITUTION.

Le motif invoqué par les autorités de Brazzaville de l’éventualité d’un trouble à l’ordre public est démenti par le seul fait qu’une réunion identique s’est tenue à Sibiti sans le moindre trouble et qu’aucun appel à troubler cette réunion n’avait été lancé.

Aussi, aucun des organisateurs de cette réunion n’a jamais été condamné pour incitation de trouble à l’ordre public.

Cette obstruction relève simplement d’une violation du droit de jouir  de la liberté d’expression garanti par notre constitution.

L’Association DAC dénonce ces méthodes d’intimidation qui sont contraires aux principes universels de la démocratie.

DAC rappelle à Monsieur le Préfet de Brazzaville et aux agents de la force publique (Police et Gendarmerie) que l’article 10 de la Constitution congolaise stipule : « Tout citoyen, tout agent de l’État est délié du devoir d’obéissance lorsque l’ordre reçu constitue une atteinte manifeste au respect des droits humains et des libertés publiques ».

DAC rappelle également aux autorités congolaises que l’article 21 de la Constitution dispose : « L’Etat reconnaît et garantit, dans les conditions fixées par la loi, la liberté d’aller et de venir, d’association, de réunion, de cortège et de manifestation. »

DAC soutient que la vitalité de la République démocratique demeure dans le respect des lois et règlements, de la sacralisation de l’alternance démocratique et du droit à la différence politique.

DAC met en garde les fossoyeurs de la République, et tous ceux qui veulent conduire à nouveau le Congo dans les conflits car le peuple congolais n’a que trop souffert de ce régime égoïste et clanique qui fait régner la peur, toute forme d’intimidation et multiplie des arrestations arbitraires.

Par conséquent,  DAC :

- Condamne toute violation de la constitution, des lois et règlements de la République ;

- Condamne fermement cette interdiction faite aux partis politiques et associations qui se sont prononcés publiquement pour le NON au Changement de Constitution et militent pacifiquement pour l’alternance démocratique au Congo de se réunir ;

- Par conséquent, nous demandons le respect scrupuleux et à la lettre de la constitution.

Pour BP

JEAN-CLAUDE BERI, Président


Commentaires  

 
0 #2 mover 03-04-2017 10:12
Great work! That is the type of information that should be shared across the web.

Shame on the seek engines for no longer positioning this put
up higher! Come on over and visit my site . Thank you =)

Feel free to surf to my weblog mover: http://altitudemoversdenver.com
Citer
 
 
0 #1 Volonté du peuple 28-07-2015 17:06
Nous sommes entrain de basculer dans le monopartisme qui ne dit pas son nom. Interdire une réunion, bastonner des participants à une réunion, interdire de sortir du pays à un citoyen congolais non condamné sont là des pratiques d'un pouvoir dictatorial. Le Congo est un pays où ces agissements doivent être condamnés. Combien de voyages le président effectue dans le mois, c'est ce qui fait qu'on l'appelle Steward à la présidence. Laisser les gens manifester leur désaccord à la politique du PCT. Les institutions passeront, la gendarmerie, la police et les FAC resteront.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir