17/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Edgard N’guesso : Cet homme n’est riche que des recettes du trésor public, il fera de même dans la nouvelle république qu’il prône avec son M2NR…

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Edgard N’guesso : Cet homme n’est riche que des recettes du trésor public, il fera de même dans la nouvelle république qu’il prône avec son M2NR…

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Marien N’gouabi aimait le Congo, il l’aimait tellement qu’il avait pensé à l’éclosion d’une bourgeoisie nationale. Il était question d’encourager quelques compatriotes, de leur filer quelques marchés. Nous aurons eu les Ossété Jonas, Les Pierre Otto Bongo.

Mais bien avant ces « parachutés », l’histoire retient des cracs du commerce comme Les Nkounkou fils, les Ntsiétsié, les Ebina. Qui savaient avoir les idées de génie pour fructifier leur pécule. À force d’abnégation, ils comptaient dans leurs patrimoines de nombreux bâtiments et une flopée de commerce dans le pays. Le virus des affaires, ils l’auront transmis à leur progéniture. Qui ont le business dans le corps. Ils auront également incité d’autres compatriotes à l’entrepreneuriat. À l’instar des gens comme les « Soki pain », les « masseké », les « Mimi » dit Louta. Les Bandoki, les Miambanzila. Les Awouba et les Bitho.

Passé cette époque des gens qui ont, tout eu à la sueur de leur front, tout a chamboulé. Vers les années 79, l’on n’était riche que d’avoir du piston, au gré d’un régime. Par l’ascenseur d’un parent. Même si un rôdé comme François Odzali a pu relever le défi et faire parler de la patrie. Et de lui-même comme capitaine d’industrie. Le même Odzali qui a fini par bloquer le coucou d’Ecair. Parce qu’il réclame des sous à l’état. Lequel n’en manque pas. Puisque les fistons se servent à volonté.

Edgard N’guesso n’a hérité de rien. Ses grands parents n’ont pas laissé de fortune. Ils n’étaient pas dans les affaires. Le président de la République lui-même nous parle volontiers de ces kilomètres qu’il faisait à pied, en pleine forêt équatoriale pour chercher sa vie à l’école. Il n’y a donc jamais eu d’héritage, des parents ou de quelques grands-parents qui aurait pu se chiffrer à la cinquantaine de millions de Cfa. Ni même à la vingtaine de millions. L’avocat Jacques Okoko, même s’il aimerait déjà tout effacer de son excitation et de toute sa fierté d’avoir hurlé, devant l’immense foule de la conférence nationale souveraine, en 1991, qu’il a compté parmi ses locataires, un certain Denis Sassou-N’guesso, il reste qu’il a levé un pan qui retrace le chemin parcouru par l’homme que nous aimons. Et partant par tous ceux qui, aujourd’hui en mettent plein la vue aux Congolais avec la fortune publique. La nôtre ! Celle de tous les Congolais. Parbleu !

Denis Sassou-N’guesso sauva l’honneur en s’octroyant son lopin de terre du côté de l’ex-dépôt CFCO. Mais son retour au pouvoir après le coup d’état de 1997, a transformé depuis le quartier « dépôt » en banlieue chic des N’guesso et d’autres gars du régime. Des acquisitions qui ne sont pas du goût des propriétaires terriens, les « ngantsié » qui n’y comprennent que dalle !

On se souvient donc de tout ! Bon sang ne saurait mentir. Même de la mercane 500 qui faisait suer à grosses gouttes, régulièrement les deux frangins : Edgard et Willy. Au point de les conduire chaque fois chez le mécano, avenue Reine Ngalifourou à Ouenzé. Ils suaient à grosses gouttes, et attendaient que le mécano « pète » un miracle pour démarrer leur teuf-teuf. Dites-vous que cette époque est loin derrière. Parce que depuis que Denis Sassou-N’guesso est revenu au pouvoir, l’ancien enfant de troupe, Edgard N’Guesso est devenu milliardaire. Il est tellement milliardaire de deniers publics qu’il prend au trésor de la république, qu’un paon qui se vante d’être allé à l’école avec lui, Rémy Ayayos Ikounga, ne s’attarde pas sur le chiffre lorsqu’il verse son obole aux bonnes œuvres. L’ami du pacha est un pacha. Sa succès-storie, Rémy Ayayos, la raconte même en live à la télévision. À faire pâlir de jalousie les potes de Thomas Hollande, le fils de François, qui eux, appartiennent à ce pays où l’on ne peut être riche d’être simplement le neveu, le fils, la fille, l’oncle, le cousin, l’épouse, le « bokilo », la maîtresse, les enfants d’un soir ou l’ami du président de la République ou de ses enfants. Ce pays où l’on ne confond pas la fortune publique et à sa propre poche.

En nommant Edgard N’guesso, directeur du domaine présidentiel, le président Sassou en a fait un milliardaire à la vitesse de l’éclair. Lequel dispose comme un Premier ministre de tout un cabinet. De quidams et de valets qui émargent sur le budget de l’Etat. On a ouvert les coffres du trésor public à un fossoyeur de l’économie nationale. Qui a trouvé le moyen d’organiser son enrichissement? Et la faillite de l’Etat. Qui pique tout sur le dos des Congolais. Et pour mieux les endormir, il fait recours à tous les paroliers de l’autre rive, grassement rémunérés. De telle sorte que l’on grave son nom. Lui, le parvenu. Les génies du commerce ont cessé d’être des riches, il n’y a plus que les N’guesso. Propriétaires du trésor public congolais.

Les contribuables se saignent, Edgard se sert. Y compris les gars de son cabinet, chacun y va de son ingéniosité. Ce n’est pas grave, le contribuable congolais va encore devoir payer. Le directeur du domaine présidentiel a décidé de surclasser tout le monde. Et d’enrichir tous ses copains. Il n’y en a que pour eux. Mais nous, les « Gavroches patriotes de la république », nous le tiendrons à l’œil, nous recenserons tout, dans le moindre détail, pour les mettre KO ! Même debout !

On en était encore à supputer sur la capacité de nuisance sur l’économie nationale d’Edgard N’guesso. Il fait pire que tous les « gouverneurs » du Palais que la république a connus. Derrière son visage angélique, il y a un criminel économique qui se cache. Dans une découverte scandaleuse dans un de ses appartements parisiens, la police aura découvert une petite fortune à rendre hagarde. Mais les mauvaises habitudes de ce neveu « gâté » ne sont pas prêtes à s’estomper. Edgard N’guesso espère dans la « Nouvelle République », avoir mieux qu’autrefois, le dos au feu et le ventre à table, avec sa nébuleuse, le M2NR. O Mboka ébonga, na bato ya boyé ! This is only the beginning !

Toukasse Valence


 

Commentaires  

 
0 #1 ethnis 27-08-2016 09:18
Article intéressant bien illustré
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir