23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Pascal Tsaty Mabiala, premier secrétaire de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) à nouveau interdit de voyager vers Paris

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Pascal Tsaty Mabiala, premier secrétaire de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) à nouveau interdit de voyager vers Paris

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Constitution du 20 janvier 2002. Article 16 : « Tout citoyen a le droit de circuler librement sur le territoire national. Il a le droit de sortir librement du territoire national, s'il ne fait l'objet de poursuites pénales, et d'y revenir. »

Un haut responsable du premier parti d'opposition au Congo, Pascal Tsaty Mabiala, a été de nouveau interdit lundi soir par la police d'embarquer à bord d'un vol Air France Brazzaville-Paris, a-t-on appris auprès du politicien, déjà empêché de quitter le territoire congolais début juillet.

« Un officier m'a tout simplement dit que j'étais interdit de voyager jusqu'à nouvel ordre. Selon cet officier, l'interdiction est simplement verbale, mais ferme et vient de la hiérarchie », a déclaré Pascal Tsaty Mabiala, premier secrétaire de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS, première formation d'opposition).

« Désormais, je me considère comme un prisonnier au Congo après cette deuxième interdiction » de voyager, a ajouté le député et président du groupe parlementaire de l'UPADS à l'Assemblée nationale, déjà empêché le 6 juillet par la police d'embarquer à bord d'un vol Air France au départ de Brazzaville pour Paris.

Des sources policières n'ont pu être jointes lundi soir pour confirmer les déclarations de M. Tsaty Mabiala, et le ministère de l'Intérieur n'a pas donné suite à une demande d'interview.

L'opposant affirme qu'il s'apprêtait à visiter en France sa famille, ainsi que des amis avec qui il comptait parler politique.

Selon lui, l'interdiction de voyager est liée au dialogue que l'opposition et quelques formations de la majorité organisent depuis dimanche, et jusqu'à mercredi, pour s'opposer à un éventuel changement de la constitution de 2002 qui permettrait au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat.

« On nous a interdit toutes les salles publiques pour tenir ce dialogue, mais nous avons résolu d'aller nous réunir au siège de l'UPADS. Donc, je me suis attiré les foudres » des autorités, a analysé M. Tsaty Mabiala, qui juge « curieux » que l'Assemblée nationale ne se sente pas « préoccupée » par son cas.

Le dialogue de l'opposition et d'une partie de la majorité fait suite à celui que le président Denis Sassou Nguesso a convoqué du 13 au 17 juillet à Sibiti (ouest), au cours duquel la majorité des participants a appelé au changement de la loi fondamentale pour lui permettre de briguer un troisième mandat en 2016.

M. Sassou Nguesso a dirigé le Congo entre 1979 et 1992 sous le règne du parti unique. Il est revenu aux affaires en 1997 au terme d'une sanglante guerre civile. Il a été élu en 2002 et réélu en 2009 au terme d'élections contestées par l'opposition et ne peut, selon la constitution actuelle, briguer un autre mandat.

Dac-presse


 

Commentaires  

 
0 #1 LOUBASSOU 27-10-2015 10:57
Monsieur le Président Pascal Tsaty MABIALA.

Par rapport à la situation ya bouala ya béto.
Est ce que mboté Vé ya kou Préparer l'ACTE YA Révolte ou Insurrectionnel le par SURPRISE ?

AU LIEU YA KOU ANNONCER par avance bazi béto ké kouiza kou binguissa. Déjà là yandi yandi ké sala tout pour se préparer. Connaissant la personne il faut kou déclencher par ACTE PAR SURPRISE RIEN QUE PAR SURPRISE OKé.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir