Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Denis Christel Sassou-N’guesso, cet homme estime n’avoir pas eu assez de cadeaux de son père, il lui manque le Congo…

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Denis Christel Sassou-N’guesso, cet homme estime n’avoir pas eu assez de cadeaux de son père, il lui manque le Congo…

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Sa gestion de la SNPC, la société nationale du pétrole est des plus opaques des Dg qui se sont succédés. S’il arrive au pouvoir, l’on s’en voudra de n’avoir jamais prévenu. Le problème avec « Kiki », ce n’est pas son sang mêlé, il est le fils de Sassou.

Ce qui fait le plus froncer les sourcils avec ce « jet-setter » par la force des deniers publics, c’est qu’il prend le Congo tout bonnement comme un « cadeau » que son père qui a passé trente-deux ans au pouvoir, devrait lui offrir. On s’offense de sa propension à se servir sans vergogne sur les recettes pétrolières, pendant que le peuple souffre.

Pendant que nombreux de nos compatriotes, qui font partie de la méritocratie, pour n’être pas des Nguesso, et pour n’avoir pas le bon piston, en sont à tirer le diable par la queue. Certes, « Kiki » n’a pas choisi d’être le fils de celui que les Congolais veulent qu’il s’en aille. Mais le fait est qu’il a des habitudes, bien à l’opposé de la morale publique. S’il croyait à jamais la boîte de pandore close sur ses frasques, sa gabegie et ses folies de flambeur, à jamais close, à cause de son hôpital mobile, et ses bourses « d’Arsène Lupin », échec et mat ! Parce qu’au fur à mesure que ce fossoyeur au cœur d’une mafia de haute facture, abat ses cartes, les «Gavroches patriotes», doivent le mettre en lumière, et prévenir, afin que nous n’ayons pas à le regretter.

Lorsqu’ils s’appellent « Pipi », « Poupou », « Papy », « Coco », « Fofo », « Caca », ou « Kiki »…les enfants savent avoir des caprices, ceux d’enfants « gâtés ». C’est pourquoi, l’on ne devrait pas s’étonner de l’excitation qui anime actuellement, celui qui très tôt, s’est fait appeler « le prince Aladin ». Au point de considérer, visiblement le Congo comme un « cadeau » que son père, le président Denis Sassou-N’guesso, en fin de mandat devrait lui offrir. La quarantaine sonnée, on dirait que « Kiki », ne considère pas avoir eu assez de « cadeaux ». Il ne comprend pas qu’Apocalypse now ! Les Congolais veulent de l’alternance, pas du règne d’un autre N’guesso. Ils ont eu assez de temps, ils n’ont pas su se montrer des « surdoués » de la gouvernance. Mais des génies des maux les plus répréhensibles. L’on a voulu dessiner une « Nouvelle République », eux non tout simplement pas compris, qu’elle devait arriver avec un changement de mentalités.

Les N’guesso ne mobilisent plus, ils trouvent depuis quelques temps, difficilement écho favorable auprès des populations. Les exemples d’actions spectaculaires et surmédiatisées, sont mises en œuvre, grâce à l’achat des consciences. Alors que l’opposition n’a même pas besoin de faire du lobbying citoyen. Les codes sont captés. Comme par télépathie.

Denis Christel Sassou-N’guesso qui veut courir plus vite que son ombre, n’a déjà pas la conscience patriotique. On ne s’explique pas qu’on vole son pays. On pourrait dès lors se poser la question de savoir : pourquoi, malgré ses folies cherche-t-il à diriger le Congo ? Ne cherchons pas loin, cela participe tout simplement de la volonté du clan Sassou à s’octroyer pour longtemps encore une brèche pour continuer à tenir le Congo en coupe réglée. Détourner un peu plus les deniers publics, s’assurer que le Congo puisse être à jamais « leur propriété ».

Il y a, tout lieu de crier au danger. Parce que, attribuer les rennes du Congo à « Kiki », est une tache si délicate, que ses antécédents à la SNPC et la Cotrade devraient nous contraindre de le « gommer » de la liste des prétendants, à la fonction suprême. Avec ce « jet-setter », nous ne devons rien lâcher. Il faut l’empêcher d’avoir à diriger le Congo.

Au-delà de ses récentes sorties, qui visaient à soulager les populations défavorisées, à offrir des bourses, et des téléviseurs, il reste que les Congolais ne sont pas prêts à oublier le vrai visage de celui qui barbote leurs ressources. Ce fossoyeur des recettes de l’or noir. Pendant que le Kouilou, réservoir du pétrole congolais, est à l’abandon. Croule sous une misère indescriptible, donne les traits d’une « petite Venise », en temps d’averse. « Kiki » envisage de mettre de nombreux milliards pour sa campagne, si le président n’y va pas. Là où les autres, fonctionnaires exemplaires ne dégaineront même pas 250 bâtons.

Les preuves sont nombreuses qui révèlent l’insouciance et l’immaturité de Denis Christel Sassou-N’guesso.

Et comme si tout le pillage que le clan Sassou a organisé pendant trente-deux ne suffisait pas, maintenant l’on voudrait nous imposer, le « flambeur », comme s’il manque des hommes capables de diriger le Congo. Cela frise le mépris, des N’guesso vis-à-vis du Congo et des Congolais.

Toukasse Valence


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir