Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : empêché de quitter le pays, Blanchard Oba dénonce un déni de liberté

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : empêché de quitter le pays, Blanchard Oba dénonce un déni de liberté

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

René Serge Blanchard Oba, récemment empêché de sortie du territoire congolais a exprimé son indignation devant la presse pour dénoncer cette interdiction. Le président du Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD), René Serge Blanchard Oba qui devait se rendre à Paris pour des raisons de santé avait été interpellé le lundi dernier à l’aéroport international Maya-Maya.

L’homme politique qui soutient avoir obtenu des assurances verbales du cabinet de Denis Sassou Nguesso ne comprend rien à son empêchement de sortir du territoire congolais. Il devait voyager pour se faire soigner à la suite d’un accident de circulation dont il a été victime, il y a quelques temps. Mais, il va devoir encore attendre le bon vouloir du régime. Selon les médecins, M. Oba est porteur d’un clou de 50 cm au fémur gauche et nécessite un examen médical. L’homme qui a montré son indignation, a rapidement établi le lien de son interdiction de sortie du territoire avec ses prises de positions politiques.

«Mon étonnement est donc grand de constater que je suis interdit de quitter le territoire national. Le lien pour moi est très évident. Il établit le rapport avec mes dernières prises de position sur la question du changement de la Constitution du 20 janvier 2002. Par ailleurs, notre détermination demeure intacte. C’est dans cette optique que nous avons résolu de batailler avec nos idées, nos arguments pour l’alternance démocratique en 2016 au Congo», a déclaré René Serge Blanchard Oba.

Pourtant, l’article 16 de la Constitution en vigueur au Congo garantit à tout citoyen le droit de circuler librement. René Serge Blanchard Oba demande que ce droit lui soit reconnu.

«Je n’ai tué personne, je suis un citoyen congolais libre, j’ai le droit d’aller me faire soigner. Ces faits graves et arbitraires sont caractéristiques d’un déni de liberté, de justice et de concorde nationale, en ce qu’ils créent, inutilement, des frustrations, psychodrame dans le pays», a-t-il martelé.

Le président du parti MSD appelle le régime de Sassou Nguesso à retrouver la voie de la sagesse et de l’humilité afin de faire triompher un État de droit.

«Ma communication se veut un cri de cœur, un appel à la sagesse en direction des autorités nationales afin qu’elles prennent le sens de la mesure et de responsabilité face à la nation», a conclu M. Oba.

Précisions qu’avant René Serge Blanchard Oba, Pascal Tsaty Mabiala, député de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale, Gabriel Oba-Apounou, sénateur et membre du bureau politique du PCT, parti pourtant au pouvoir, et Rigobert Ngouolali, dirigeant d’un parti d’opposition ont subi le même sort. Et officiellement, aucune explication n’est donnée pour justifier ces empêchements.

© OEIL D’AFRIQUE


 

Commentaires  

 
0 #1 Okoumou Serge 06-08-2015 13:23
L’interdiction lui a été signifiée mardi par la police des frontières à l'aéroport de Brazzaville, alors qu'il se rendait à Paris sur rendez-vous médical
En République du Congo, l’opposant René Serge Blanchard Oba, président du MSD (Mouvement pour la solidarité et le Développement), qui est contre le changement de la constitution, s'est vu refuser le droit de quitter le pays.
C’est le troisième opposant à être interdit de quitter le territoire, après Pascal Tsaty Mabiala, 1er Secrétaire de l'UPADS (Union panafricaine pour la démocratie sociale), et Rigobert Ngouolali, Président de l’A.R.C (Action pour la renaissance du Congo/Mwana Congo Telema).
Ce neveu du président Denis Sassou N'Guesso, qui devrait se rendre en France pour des soins médicaux, a également vu son passeport diplomatique confisqué par la police.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir