Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Debout! Peuple congolais

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Debout! Peuple congolais

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Lorsque sur l’antenne de RFI, vous écoutez Guy-Brice Parfait Kolélas d’une part, et Pierre NGolo d’autre part, vous relevez d’emblée qu’ils ne parlent pas de la même chose.

Monsieur Kolélas parle de démocratie en termes de respect de la constitution du 20 janvier 2002, alors que monsieur NGolo parle de démocratie en termes d’une prochaine candidature du général Denis Sassou Nguesso au motif qu’il serait le « meilleur de tous », candidature que la constitution actuellement en vigueur ne permet pas.

L’objet de cet article est d’aider monsieur Pierre NGolo à présenter le bilan de celui qui, selon lui, est le « meilleur de tous ».

L’actuel général Denis Sassou Nguesso est nommé ministre de la défense et de la sécurité par le président Marien NGouabi en 1975.

À l’exception de la période de transition post conférence nationale, et de la période de la présidence Lissouba, Denis Sassou NGuesso est toujours resté ministre de la défense. Lorsque le président Marien NGouabi est assassiné alors que l’armée populaire nationale est consignée, Denis Sassou NGuesso est ministre de la défense. Qui d’autre que lui peut être tenu pour responsable de l’exécution du président Marien NGouabi?

Après l’exécution du président Marien NGouabi, c’est Denis Sassou Nguesso qui instaure immédiatement un comité militaire. Sur l’insistance de Jean Pierre NGombé, Denis Sassou Nguesso concède à faire dénommer son bébé « Comité Militaire du Parti ».

Entre le 18 mars 1977 date de l’assassinat de Marien NGouabi et le 6 avril 1977, date de prise de fonction de Joachim Yomby Opango comme président de la République, Denis Sassou NGuesso est président de la République de facto.

C’est sous sa présidence de facto que sont exécutés le président Alphonse Massamba-Débat, le cardinal Émile Biayenda, le capitaine Kimbouala NKaya et bien d’autres, illustres ou inconnus. Ainsi le commandant Eyabo, président de la commission d’enquête, démissionna car s’étant rendu compte d’une supercherie inacceptable. Il rapportait à Denis Sassou Nguesso la progression des interrogatoires. Curieusement, chaque fois après ses rapports de progrès, les suspects qui donnaient des indices permettant de remonter aux commanditaires de l’assassinat étaient exécutés au petit matin à la suite d’une sentence de la cour martiale.

A quel moment ces suspects étaient-ils traduits en cour martiale alors que leur interrogatoire se poursuivait devant la commission d’enquête?

Denis Sassou NGuesso est assurément l’homme-orchestre du scénario de l’assassinat et de l’après assassinat du président Marien NGouabi. Tout aussi étrange que cela paraisse, Denis Sassou NGuesso n’a jamais été entendu sur cet assassinat, à quelque titre que ce soit!

Qui ferait mieux? Voilà pourquoi Pierre NGolo, sans rappeler ces faits, proclame que Denis Sassou NGuesso est le meilleur dans la réalisation de pronunciamiento car c’est lui le géniteur du tristement célèbre comité militaire du parti au Congo.

En 1979, il renverse en douceur le général Jacques-Joachim Yombi-Opango avant que ce dernier n’ait eu le temps de s’en apercevoir. Il le fait incarcérer sans jugement. C’est ici l’occasion de rappeler que c’était le scénario prévu pour Marien NGouabi, et Denis Sassou NGuesso sait à quel niveau le dérapage a eu lieu, et à quel moment il a décidé de brouiller les cartes en exécutant gratuitement des innocents qui n’étaient ni de loin, ni de près complices de son pronunciamiento. Pierre NGolo n’a pas rappelé ces faits pour proclamer que Denis Sassou NGuesso est le meilleur dans la réalisation de coups d’état de palais.

Pierre NGolo a oublié de rappeler que c’est Denis Sassou NGuesso qui, après avoir été éliminé du premier tour de l’élection présidentielle de 1992, la seule élection transparente qui ait eu lieu au Congo, ordonne à Jean Marie Tassoua de créer une milice privée armée. C’est cette milice armée qui sera opérationnelle dès le 5 juin 1997, date du déclenchement du coup d’état militaire. Pierre Ngolo aurait dû être explicite quand il a proclamé que Denis Sassou NGuesso était le meilleur dans la réalisation de coups d’état militaires.

Pierre NGolo a oublié de rappeler que des dialogues politiques ont déjà eu lieu à Brazzaville, Ewo et Dolisie, mais que les décisions de ces dialogues n’ont jamais été suivies d’effet par la volonté de Denis Sassou Nguesso. Pourquoi Pierre NGolo ne dit pas clairement que Denis Sassou Nguesso est le meilleur dans l’usage de la ruse en politique, cette ruse qui l’avait incité à imposer la limite d’âge supérieure à 70 ans pour être candidat à la présidence de la République afin de disqualifier tout adversaire qui lui faisait de l’ombre, et il y en avait!

Cependant, Pierre NGolo oublie de dire que lorsque Pierre Mabiala déclare qu’il faut changer la constitution du 20 janvier 2002 pour permettre à Denis Sassou NGuesso de demeurer au pouvoir, appuyé en cela par Justin Koumba présent à Oyo lorsque Denis Sassou Nguesso a accepté l’investiture des mbochis d’Oyo pour une candidature illégale, c’est sur ordre de Denis Sassou NGuesso lui-même.

Pierre NGolo oublie de dire que c’est encore Denis Sassou NGuesso qui a fait fabriquer les « sages » et a ordonné leurs déclarations « implorant » son maintien au pouvoir au-delà de la limite constitutionnelle de 2016! C’est encore Denis Sassou NGuesso qui ordonne que les départements « implorent » son maintien au pouvoir au-delà de la limite constitutionnelle de 2016, puisque le PCT croit régner en parti unique!

C’est encore Denis Sassou Nguesso qui est à la manœuvre lorsqu’il organise un dialogue en trompe-l’œil à Sibiti, dialogue dont le principal résultat a été la levée de la limitation du nombre de mandats présidentiels.

En quoi donc Denis Sassou NGuesso est-il meilleur si ses domaines de compétence sont la ruse, la violence, le goût du sang humain sur la langue, sans évoquer la corruption, les détournements des fonds publics et le parjure?

La communauté internationale ne fera rien si les congolais eux-mêmes ne font pas le premier pas pour renverser le tyran!

Au Burundi, la seule communauté internationale qui ait agi n’a été que Denis Sassou Nguesso à travers son soutien financier avec l’argent des congolais

Il ne s’agit donc pas de boycotter les référendums, dont les officines de Denis Sassou NGuesso envisagent le premier pour octobre 2015, mais il s’agit de les empêcher jusqu’en juillet 2016 afin qu’une vacance de pouvoir soit constatée et que le président du sénat organise la présidentielle sans Sassou dans les trois mois suivant août 2016.

Le combat ne fait que commencer.

Sassou a déjà reculé avec son affaire des sages, Sassou a déjà reculé avec ses « soutiens! Viva » des départements, Sassou reculera avec son funeste projet de confiscation du pouvoir par le changement illégal de la constitution! Debout peuple congolais! Trop, c’est trop!


 

Commentaires  

 
0 #2 MAPA 10-08-2015 17:51
Cher(e)s Resistant(e)s, il est temps de passer a la vitesse grand V, le temps de pseudo negociation diplomatique avec Sassou comme pense certain sur la place de Paris est terminee. Je vous donne rdv a tou(te)s les combattant(e)s de la liberte devant notre "maison" ce mercredi 12 matin (ligne 2, vector), c'est a mr Sassou de reculer devant le peuple congolais.
Ingueta
MAPA
Citer
 
 
0 #1 Ahrabouni 10-08-2015 11:39
Bonjour tous les Politiciens. les Congolais ne sons pas Dupe. on vous regarde et vous laisse vous amuser Merci
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir