Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique COMMUNIQUÉ DE LA DIASPORA CONGO-BRAZZAVILLE UK SUITE AU DISCOURS DU 12 AOUT 2015 DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

COMMUNIQUÉ DE LA DIASPORA CONGO-BRAZZAVILLE UK SUITE AU DISCOURS DU 12 AOUT 2015 DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La Diaspora Congo-Brazzaville UK condamne avec fermeté l’irresponsabilité politique avec laquelle le chef de l’Etat aborde la période cruciale de la fin de son deuxième et ultime mandat, une période qui – si elle avait été utilisée à bon escient pour promouvoir une transition politique apaisée pour ce pays – devait s’inscrire dans les pages historiques de la vie politique de notre nation.

Plutôt que d'œuvrer à promouvoir une alternance apaisée, le président de la république, l'homme qui affiche sans complexe sa passion diabolique des transitions tumultueuses, des coups d’Etat et des soulèvements insurrectionnels, préfère livrer le pays à un cycle interminable de moments psychodramatiques, principalement à la veille de ses discours à la nation.

Ces discours sont d'autant plus importants qu'ils mettent le pays tout entier en attente de l’annonce de l'organisation ou pas d’un referendum qui est une clé majeure dans le devenir du Congo.

En décembre 2014, le pays était suspendu, avec beaucoup de nervosité, à son discours de fin d’année duquel n'a été retenu que son fameux « travaillons d’abord… ».

Après ses consultations controversées initiées le 20 mai 2015, portant sur « la vie de la nation et de l’Etat », et son dialogue de Sibiti boycotté par l’opposition, le pays tout entier attendait impatiemment un véritable discours sur l’état de la nation, discours au cours duquel le président aurait pu annoncer l’abandon de son projet périlleux de changement de la constitution, et mettre fin au psychodrame national.

Pourtant comme en décembre 2014 dernier, le président a préféré botté en touche en renvoyant cette épineuse question à une période ultérieure qu'il jugera propice pour lui, plongeant ainsi le pays dans une totale incertitude.

En ce mois d’aout 2015, à la place d’un discours centré sur les préoccupations des Congolais, le chef de l’Etat s’est lancé dans un discours creux et sans intérêt, entièrement émaillé de contre-vérités, et complètement à l'ouest des réalités congolaises.

A travers ce discours caractérisé par le cynisme politique, l’irresponsabilité et la complaisance, le chef de l’Etat a eu l'audace de décrire un chimérique Congo merveilleux, qui n'a strictement rien de commun avec le Congo complètement différent qu’il dirige chaotiquement depuis plus de trois décennies, un Congo où les deux tiers de la population vivent dans la misère totale et une pauvreté indescriptible.

Insinuer que le chômage au Congo Brazzaville est à 6% alors que d’autres institutions fiables font état de 53% du taux des chômages relève d’une ineptie notoire de la part d’un président de république. D’ailleurs, n'est-il pas malsain de constater l'étonnant paradoxe entre toutes les ressources pétrolières de 114 millions de barils par jour que le pays a engrangé depuis 2010, et l'état général du Congo et des Congolais ?

Si, à la veille de chaque échéance électorale importante dans ce pays, il faille préalablement organiser des pseudo-dialogues, alors l'on peut aisément dire que le président a lamentablement échoué sur la mise en place des institutions politiques et administratives viables ; et il est d'ailleurs visiblement palpable de constater à quel point ses compatriotes ont perdu toute confiance dans cette démocratie de pacotille qu’il a mise en place. Dans cette démocratie, en effet, les élus sont plutôt nommés et ne méritent pas d’assumer leurs fonctions de représentant du peuple.

La Diaspora Congo-Brazzaville UK déplore cette attitude du chef de l’Etat qui consiste à utiliser les grands moments de la nation pour se lancer dans l'écriture et la narration d’une histoire falsifiée, une histoire dans laquelle il se décrit non pas comme un acteur actif des troubles de la paix que le Congo a connu, mais plutôt comme le garant de la paix. Et le ridicule ne tuant pas, c’est de manière très éhontée qu’il s’adonne à l'exercice qui consiste à envoyer des piques acerbes à son prédécesseur comme s’il était en campagne électorale interminable contre ce dernier.

La Diaspora Congo-Brazzaville UK déplore que le discours du président de la république sur l’état de la nation prévu par la constitution – devant les représentants du peuple –, ne soit devenu qu'un exercice de propagande politicienne de bas niveau qui va dans le sens de rabaisser nos institutions.

Considérant que les conclusions de Sibiti auxquelles le président a fait allusion dans son discours ne représentent rien dans le cadre de la loi fondamentale, la Diaspora Congo-Brazzaville UK exhorte le président de se ressaisir et de stopper le psychodrame actuel en annonçant l’abandon pur et simple du projet périlleux du changement de la constitution.

Le peuple congolais qui s’est émancipé des intimidations, en symbiose avec l’opposition qui s’organise de mieux en mieux, ne laisseront pas passer ce projet et ce serait de l’intérêt de tout le monde, y compris le sien, que le président le comprenne une bonne fois pour toute.

Fait à Londres le 13 août 2015

Porte-parole : Marie Louise Abia.


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir