Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le Frocad annonce un meeting pour le 23 août à Brazzaville

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le Frocad annonce un meeting pour le 23 août à Brazzaville

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« L'agenda sera tenu sauf impondérable », disent les responsables du Front pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'altrenance démocratique (Frocad). Prévue au boulevard Alfred-Raoul, cette rencontre sera une occasion de sensibiliser les militants et sympathisants aux enjeux politiques d'ici à 2016.

L’information a été donnée, le 17 août à Brazzaville, par Mathias Dzon, président de l’Union patriotique pour le renouveau national, lors de la rencontre citoyenne organisée par l'ensemble des partis de l’opposition, signataires de la déclaration du 17 août 2012. Cela fait trois ans déjà que ce groupement des partis milite en faveur de l’organisation des états généraux de la nation ou du dialogue national inclusif du fait, selon ses initiateurs, de la mise à mal des fondements politiques et institutionnels au Congo.

Après une analyse studieuse, les initiateurs de cette rencontre ont axé leur communication sur la gouvernance politique, économique et sociale, et sur l’adresse du chef de l’État prononcé le 12 août dernier devant le Parlement réuni en congrès. Les débats ont porté pour l’essentiel sur le dialogue national inclusif, le dialogue alternatif, la bonne gouvernance, l’alternance démocratique, la construction de l’unité nationale, les libertés et droits fondamentaux.

« L’initiative du dialogue venait d’être détournée par le pouvoir en place, à Sibiti, en la réduisant en un simple espace additionnel de propagande pour la campagne pour le changement de la Constitution. Le président a choisi d’entretenir le flou sur les questions combien sensibles de la Constitution, de la préparation de l’élection présidentielle de 2016 et de l’alternance démocratique. Son silence sur la question cruciale du respect de l’ordre constitutionnel est trop lourd d’incertitudes ce, à onze mois de l’élection présidentielle attendue fermement par le peuple congolais qui, à travers multiples occasions, dans les villes…a manifesté sa soif d’une alternance démocratique en 2016 », peut-on souligner dans leur déclaration, s’accrochant à l’idée du maintien au pouvoir par le président de la République.

Que veut l'opposition ?

Le collectif des partis de l’opposition congolaise invite le président de la République au respect de la volonté générale. « Cette volonté générale ne se délite pas dans les ambitions personnelles et les intérêts particuliers…et que la paix et la stabilité ne soient perturbées, sous aucun prétexte », déclare le Frocad en citant le président de la Répblique lui-même. « Nous voulons la démocratie véritable, l’État de droit, la paix réelle, la liberté, l’alternance pacifique », proclame ce groupement de l'opposition.

Pour rappel, en 2012 suite à la publication des élections législatives, une dizaine de partis politiques dont le CAR, le MVC, la CNDD, le mouvement Mikale, le PSRD, le PPC, le RDR, l’UDR-mwinda, l’Upads, l’UPRN, le RJP, rejoints plus tard par le MLC s’étaient réunis au sein d’un collectif. Au terme d’une analyse de la situation politique, économique, sociale et culturelle du Congo en général, et du processus électoral en particulier, une déclaration dite du 17 août sur les élections législatives de 2012 fut adoptée. Cette déclaration était suivie d’un appel lancé au président de la République pour la convocation des « états généraux de la nation », aux fins, disent-ils, d’un partage sur la situation nationale et de la recherche des solutions idoines à la crise multidimensionnelle qui sévit dans le pays.

Josiane Mambou Loukoula

Source Adiac


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir