Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique APPEL A LA DESOBEISSANCE CIVILE CONTRE LA REVISION UNILATERALE DES LISTES ELECTORALES ET LA CONEL

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

APPEL A LA DESOBEISSANCE CIVILE CONTRE LA REVISION UNILATERALE DES LISTES ELECTORALES ET LA CONEL

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Citoyens, citoyennes,

 

Travailleurs du public et du privé,

Travailleurs retraités,

Opérateurs économiques nationaux,

Commerçants ambulants et des marchés,

Chômeurs et sans-emplois,

Jeunes, élèves et étudiants,

Autorités coutumières et religieuses,

Forces de défense et de sécurité,

Congolais de la diaspora,

Amis de la République du Congo,

Par lettres du 12 et 26 août 2015, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation a demandé aux forces politiques et sociales de proposer « sous huitaine » leurs représentants afin de participer aux instances de la gouvernance électorale du pouvoir.

Or la gouvernance électorale, en général, et l’élaboration du fichier électoral, en particulier, sont des éléments clés « pour que les élections soient libres, transparentes et régulières » comme le stipule l’article 64 de la constitution du 20 janvier 2002.

Le gouvernement vient ainsi de déclencher de manière unilatérale le processus électoral devant nous conduire à l’élection présidentielle de 2016, pour laquelle pourtant la majorité des citoyens réclament l’organisation d’une gouvernance électorale consensuelle.

Le coup d’Etat constitutionnel, qui était en préparation et que nous dénonçons depuis plus d’une année, vient de démarrer. L’objectif ultime est la confiscation du droit du peuple congolais à l’alternance démocratique.

Le 11 juillet 2015 à Pointe-Noire et le 24 juillet 2015 à Brazzaville, les organisations de la société civile indépendante, à l’occasion de leur conférence de presse, avaient sensibilisé les populations à se préparer pour la désobéissance civile. De même, les Forces politiques et sociales réunies au « Dialogue alternatif » de Diata avaient aussi lancé le 29 juillet 2015 l’Appel de Diata pour une résistance pacifique en cas de passage en force.

Face à ce coup d’Etat, les citoyens n’ont pas d’autre choix que de DÉSOBÉIR PACIFIQUEMENT. Cette lutte concerne la majorité des citoyens qui doivent refuser de cautionner une  nouvelle manipulation de trop qui est en cours.

Mobilisons-nous, sur toute l’étendue du territoire et à l’extérieur, de manière organisée.

Récusons la CONEL, du fait de sa partialité et de sa non-conformité aux conclusions des différentes concertations politiques.

Boycottons cette révision unilatérale des listes électorales et ne participons pas aux réunions y relatives.

Exigeons la mise en place d’une commission électorale indépendante.

Défendons fermement l’ordre constitutionnel contre la tenue d’un référendum illégal, afin d’assurer l’alternance politique par l’organisation d’une élection présidentielle crédible, libre, transparente et démocratique.

Fait à Brazzaville, le 3 septembre 2015

- Pour La Ligue des organisations de la société civile congolaise pour la transparence électorale

Trésor KENDET NZILA

Secrétaire chargé de l’administration

- Pour la Plateforme de la société civile pour le respect de la constitution du 20 janvier 2002

Dr. Alex DZABANA wa IBACKA

Porte-parole chargé de la Coordination


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir