27/07/2017

Dernière mise à jour05:52:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Denis Sassou-Nguesso veut entraîner tout son entourage dans sa chute…

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Denis Sassou-Nguesso veut entraîner tout son entourage dans sa chute…

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Alors que le landernau politique s’agite, que la Maison Blanche est formelle, lui s’entête d’annoncer, dès la fin des Jeux africains, l’organisation d’un référendum. Sassou ne tient pas compte du sort de sa famille…

Alors que l’Élysée soucieux de garder son pré-carré au cas, où « l’entêté » venait à s’imposer, en est réduit à appeler à un « consensus » ; la Maison Blanche, elle n’entame aucune discussion. Tant son message est formel, plein de clarté : Pas de référendum, pas non plus de troisième mandat.

Même si le président Sassou qui croit narguer tout le monde, fait la sourde oreille, et joue la montre. Toujours est-il que Barack Obama a présenté à Sassou un « ultimatum ». Libre à lui d’accepter ou de refuser, mais une chose est sûre, si l’Amérique, s’oppose à un troisième mandat du « bon élève » Kagamé, ce n’est pas Sassou qu’il cajolerait.

Ce n’est plus un secret, le président congolais qui s’est toujours pris pour une « divinité », semble tout juste blesser dans son amour propre et dans son orgueil. Lui qui a toujours rêvé de mourir au pouvoir. Lui qui a toujours avancé que celui qui l’éjectera du pouvoir n’est pas encore né.

On le chuchote dans les milieux diplomatiques européens, la seule chose que l’on propose à Sassou actuellement, c’est une sortie négociée qui lui assurerait une retraite digne. Ce d’autant plus que Sassou est déjà diplomatiquement « grillé ». Il ne doit surtout pas manquer, la seule meilleure occasion qui lui reste de partir avec honneurs. L’Occident est consciente désormais que plus rien n’arrêterait l’opposition congolaise désormais soudée et la société civile. Un soulèvement populaire n’est plus à écarter. Si Sassou annonce son référendum. Et s’il en arrive à pousser la force publique à « mâter » l’insurrection, l’Amérique soutiendra l’option d’un départ précipité.

C’est dommage que le président Denis Sassou-Sassou ne tienne même pas compte du sort qui peut être réservé à sa famille, à ses proches et à lui-même. On dirait qu’il compte entraîner tout le monde dans sa chute. D’ailleurs, il est de nature chez les présidents en fin de règne de vouloir « tomber » avec tous ceux qui ont profité du système.

Le tour de force que Sassou est train de vouloir réaliser, l’Occident le sait, risque de donner de mauvaises habitudes sur tout le continent.

Aussi, il ne faut pas le laisser s’installer. Même avec des mises en scènes du genre « appel du peuple à rempiler ».

Il est aujourd’hui clair que sous prétexte d’émergence, l’on veut offrir à Sassou qui a déjà totalisé 32 ans de pouvoir, la présidence à vie. Un peu comme si au Congo-Brazzaville, il manque des hommes capables d’assurer la relève.

© Michèle Sylvère Délévoye


 

Commentaires  

 
0 #2 Brady 30-12-2015 04:45
Finally, you can easily interact with YouTube performers and bloggers
to get them to aid promote your business.

Look at my web-site ... Brady: http://www.peacockroom.wayne.edu/myomeka/posters/show/5915
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 15-09-2015 08:16
Mr Sassou doit partir ainsi que son groupe de malfaiteurs nomme par lui meme(generaux,m inistres,depute s,directeurs)un grand ramassis d'hommes et femmes.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir