Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le Grand Meeting du 27 septembre 2015 : un goût d’inachevé

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le Grand Meeting du 27 septembre 2015 : un goût d’inachevé

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort(…) Seule la lutte libère ». Thomas SANKARA.

C’est un truisme de le dire ; la chape de plomb qui maintenait la jeunesse congolaise dans la résignation et l’obscurantisme, donne plus que des signes de frémissements ; des béances grandeur nature. Cependant, permettez-moi un autre son de cloche : s’il ne fait aucun doute que,  de mémoire d’homme et dans l’histoire de la ville de Brazzaville, jamais un meeting d’une telle envergure n’avait  été organisé au Congo ;  il n’en demeure pas moins vrai que les objectifs, dans l’esprit de «  L’Appel de Diata »,  n’ont pas été atteints.

Le peuple est prêt, pas les leaders

Faut-il le rappeler, s’il en était encore besoin  que l’article 26 de la Charte des Droits et Libertés adoptée à la Conférence Nationale Souveraine le 29 mai 1991, qui est considérée comme partie intégrante de la Constitution du 20 janvier 2002 indique que : « … tout citoyen congolais a le droit de résister à toute forme de dictature ou de pression » ?

En conséquence, l’annonce de l’organisation du référendum visant le maintien illégal de Sassou au pouvoir après son second et ultime mandat, appelle une réaction conforme au point 4 de « L’appel » ci-dessus cité, à savoir: les participants au Dialogue «  [Appellent]  le Peuple congolais à la résistance héroïque pour défendre l’ordre constitutionnel au cas où celui-ci serait violé ». L’application de « l’Appel de Diata » à la résistance pacifique, telle que lancée à Diata aurait été le point de départ légitime et légal d’une dynamique irréversible de fin de règne.

De ce qui découle, les organisateurs du « Grand  meeting », auraient dû prévoir des actions de résistance susceptibles de faire vaciller le système autiste de Sassou. L’appel à la désobéissance civile à partir du lundi 28 septembre 2015 aurait été le minimal tolérable.  Le peuple était prêt à accepter les sacrifices pour justifier l’exigence du changement, pour peu que les leaders eussent pris leurs responsabilités.

Leur discours, déroulé chacun selon son tempérament, ne pouvait nullement cacher leurs intentions politiques qui apparaissaient en filigrane. Chose curieuse, on avait  l’impression qu’ils étaient tous frappés d’une espèce d’objurgation  sur les deux aspects de l’accord du 22 août 2015 entre le FROCAD et l’IDC à savoir : le respect de la constitution et « la gouvernance électorale ».

Une rapide autopsie des discours des uns et des autres, me laisse pantois. Le moins qu’on puisse dire est qu’ils  mettent  en exergue quelques contradictions, tirant  ipso facto  l’attelage  à hue et à dia.

Okombi SALISSA : Son speech était l’un des plus vifs et plus  accrocheur. C’est indéniable.  Toutefois, ce leader n’évoque nullement sa démission du PCT, tout contrairement à son camarade, Zacharie BOWAO dont la démarche actée de ce point de vue, est aujourd’hui exemplaire. Il est toujours membre du PCT  et il caresse d’en être le candidat à l’élection présidentielle  après des éventuelles primaires. C’est son droit, du reste. Mais on le sait, des élections libres et transparentes en juillet 2016 seront impossibles à organiser. Les opérations relatives à la mise en place d’une commission  électorale véritablement indépendante, l’organisation d’un Recensement Administratif Spécial, la révision du  découpage électoral, nécessitent au minimum 10 mois.  Se bat-il pour le maintien du fichier électoral mafieux  actuel qui donne tout candidat du PCT gagnant ?  A méditer…

Parfait KOLELAS : On ne peut pas lui faire le grief d’avoir galvanisé la foule avec sa chorale qui chantait en langue lari. Là où le bât blesse, c’est que  la teneur de son discours n’était  axée que sur l’exhumation de l’accord URD-PCT par le biais duquel, par principe de réciprocité, le PCT aurait une obligation morale de soutenir cette fois-ci le candidat du MCDDI. N’est-il pas antinomique  de vouloir chasser Sassou et demander d’être soutenu par le parti de ce dernier ? De qui se moque-t-on ?  Par ailleurs, comme Okombi, plus ou moins implicitement, il passe en silence la question de « la gouvernance électorale ».

Mathias NDZON : Il faut se rendre à l’évidence ; l’alternance démocratique qu’il appelle de ses vœux n’est plus réalisable dans les délais constitutionnels. Sassou s’est engagé dans la voie effrénée du référendum, et seule une désobéissance civile et/ou une insurrection pourraient venir à bout de ce système.  Plus grave encore, Mr NDZON conseille à la foule de ne pas participer à des élections sous les conditions actuelles. Erreur ! Comme au Burkina Faso, il s’agit d’empêcher l’organisation de n’importe quel scrutin dans les conditions actuelles. Le boycott sera un pain bénit, absolument inespéré pour Sassou. Une démarche visant à  empêcher   la tenue des élections et celle qui  incite au boycott de celles-ci, n’ont pas la même portée politique. Nuance !

Claudine MUNARI : Au regard de l’état catastrophique de l’économie congolaise, la bonne gestion et la paix qui seraient, selon elle, mises  au crédit de Sassou ne sont qu’une vue de l’esprit. Même par solidarité gouvernementale, il serait erroné de penser que Sassou aurait ramené une quelconque paix. La paix des armes n’étant pas viable.

En envisageant  d’aller prendre d’assaut le Ministère de l’intérieur, Tsaty MABIALA ne s’est-il pas trompé de cible, d’autant plus que la réalité du pouvoir se trouve  au Palais de Sassou ?

Cet examen rapide met en relief l’inquiétant désert programmatique de nos leaders de l’opposition, notamment sur la problématique relative au «  Sassou dégage ! ».

L’opposition caresse Sassou. Lui, la méprise royalement…

Comment comprendre la  « trêve » politique   nuitamment  négociée par les officines de certains  groupements politiques, reportant  l’organisation  du meeting prévu avant les « Jeux Africains » de Kintélé pour le 27 Septembre, alors qu’un tel évènement  international  aurait permis de créer le  rapport de force contre cette dictature ?

Savez-vous de quelle manière, Sassou a remercié ses adversaires politiques ?  Par une impudence dont il a le secret,  il a marqué son immense mépris à l’égard de l’opposition, et partant du peuple ; en annonçant  la tenue d’un référendum  les jours à venir,  sitôt les  lampions  des  jeux  éteints.

De même,  en dépit de l’impressionnant raz-de marée humain qui a dégouliné,  sans aguichage financier, au Boulevard Alfred Raoul pour exprimer son  exaspération à l’égard d’un système qui l’a humilié, grugé, appauvri ; infatué d’arrogance,  Sassou s’est tout bonnement empressé de mettre en place, le soir même une commission qui devrait plancher sur la nouvelle constitution ; commission  dirigée par  MOUDOUDOU, le juriste Pctiste  du « NZOBI » (1).

Il est illusoire de penser un seul instant que pour l’amour de la patrie, que seuls ses sbires lui reconnaissent, Sassou reculera. Il n’en sera rien. Il croit s’en sortir du chaos politique et sécuritaire qu’il organise. Pour preuve, il a eu l’outrecuidance de supprimer les visas entre notre pays et la RDC, aux seules fins de faire rentrer des milliers des ex-Zaïrois, qu’il utilisera pour ses futurs combats politiques. Le peuple,  qui a boudé les pseudos concert s organisés  à coups de millions de Fcfa, le jour du meeting et qui a mis en avant son orgueil  pour ne pas céder à l’opération de charme de Kiki Nguesso, avec sa ridicule trouvaille « des permis de conduire » ;  ce peuple, disais-je, ne se laissera plus abuser par ces vendeurs d’illusions.

Tout le monde a dû constater avec amertume que Sassou n’a jamais fait état des conclusions du « Dialogue alternatif de Diata », lesquelles concluions  lui étaient pourtant adressées pour prise en compte. Cette attitude hautaine et méprisante est le propre des dictateurs.

Le peuple,  à travers les partis politiques et la société civile, ne doit plus  dormir sur ses lauriers. Il doit capitaliser l’élan né ce dimanche, pour porter définitivement l’estocade au dictateur Dénis Sassou Nguesso.

Tel un automate destiné à la mort, Sassou déroule son programme suicidaire. On a une étrange impression qu’après s’être amusé avec les comptes de la Nation et posé des actes aux antipodes de ses engagements électoraux, son destin, comme celui de ceux qui continuent de l’accompagner dans sa folle cavalcade, est tout tracé.

Aucun système politique  n’est vacciné contre un soulèvement populaire, surtout si les autocrates foulent aux pieds  les règles  d’alternance politique inscrite  sur du marbre, dans  une constitution validée par tout un peuple,  donnant ainsi l’impression que   les libertés fondamentales  et  une qualité de vie décente ne seront jamais  une réalité. Les arcanes de l’histoire sont jonchés d’innombrables dictatures, même les plus féroces ont été finalement vaincues par la volonté populaire. A cet égard, aucune armée ne peut garantir à un dictateur quel qu’il soit, de ne pas subir le sort inéluctable qui est réservé à ses semblables, un jour prochain.

Djess dia Moungouansi «  La plume du Congo-Libre »

Ce Professeur agrégé de droit en « Nzobi » est rentré dans « le palmarès du ridicule »  en affirmant sans vergogne sur les antennes de RFI, que le Nzobi serait au-dessus du droit.

 

Commentaires  

 
0 #5 ClickMSG discount 30-03-2017 02:49
Randomization by organizational unit, in this instance churches,
wwas an especially strong experimental approach employed bby DiGuiseppi et all to investigate how social
marketing can increase recruitment and retention of older adults intto balance classes in order to rdduce fall-related injuries.
Citer
 
 
0 #4 Viddioze review demo 26-03-2017 10:13
Kate Supino is the Managing Editor of Fresh Content Stream, a
writing and marketing servicss company servinbg small,
medium and large businesses.
Citer
 
 
0 #3 Lawrence 13-02-2017 23:43
Why visitors still use to read news papers when in this technological globe all is existing on web?


Feel free to surf to my web site; Lawrence: http://Cellreon.com/new/?document_srl=795760
Citer
 
 
0 #2 togel 30-11-2015 23:58
If you're looking for a weekend getaway, going to the Island View Casino Resort is it.
Your money will be available to play almost immediately after the transactions are completed.
They hold a strong position on the London Stock Exchange and
constantly improve their business model.

Here is my web blog :: togel: http://www.pakarbola.com
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 02-10-2015 09:57
La presse n'est sous la dependence que des directeurs de journaux.Quant a ces derniers,ils sont pour la plupart sous la dependence des Rothschild,des etablissements financiers et de la franc-maconnerie ce qui est tout un dixit Nicole Guihaume.BNP Paris vous dit quelque chose(B=ben,N=Niel et P=pigasse,le frère de l'autre journaleux qui a trouve depuis 1997 une gamelle garnie de petrocfa aupres du Tsar d'Edou
Mon commentaire:Rie n de bien n'est venu hors de l'Afrique et tout ce qui est tire de l'afrique est aussitot modifie.Au moins dans sa conception et son objectivite la franc maconnerie creee biensur par notre ancestre Imhotep est differente de celle pratiquee a Rome ou ailleurs en Occident.Celle de l'Occident a pour but d'asservir d'avantage les noirs.Alors je crie tres fort abas tous ces faux franc macons(tous des grands pedes-nguires,abrutis et sacrificateurs des vies humaines au Congo),defroque s,corrompus,cri minels et destructeurs du Congo qui ecument le territoire national
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir