Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique ORDRE PRÉPARATOIRE POUR LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

ORDRE PRÉPARATOIRE POUR LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le référendum sera organisé selon les indiscrétions de la présidence de la république. Un conseil des ministres est prévu ce lundi 05/10/ pour valider la nouvelle constitution. Nous Appelons à la mobilisation générale pour bouter l'usurpateur du pouvoir du peuple. Peuple souverain, voici le moment tant attendu, levons-nous comme un seul homme et marchons sur Mpila pour chasser les fossoyeurs de la république...

ORDRE PRÉPARATOIRE POUR LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE

I. SITUATION GÉNÉRALE
Le Parti Congolais du Travail (P.C.T) veut que le Président SASSOU NGUESSO et sa famille ne quittent plus le pouvoir après son dernier mandat en 2016 .

II. SITUATION PARTICULIÈRE
Alors, pour rester éternellement au pouvoir, la famille NGUESSO et le P.C.T ont choisi de défier la loi et le peuple, d’imposer le silence et la peur par la terreur des armes.

III. RÉPONSE DU PEUPLE

Le peuple constate que Monsieur SASSOU NGUESSO abuse de son pouvoir. Le peuple lui fait observer qu’il n’est rien sans le complot des policiers, gendarmes et militaires traîtres, y compris les agents de la sécurité d’Etat. Le peuple reconnaît que les magistrats n’étant pas armés, sont, dans leur grande majorité, aussi terrorisés comme nous et obéissent hélas, pistolets sous la tempe, à des ordres manifestement illégaux. Vous bénéficiez des circonstances atténuantes et nous vous relaxons au bénéfice du doute.

Cependant, le peuple attaché à sa loi, débaptise les agents de la sécurité d’Etat, les policiers, les gendarmes et les militaires complices de la famille NGUESSO et du P.C.T.

Désormais, ils seront identifiés et reconnus comme « les bras armés de la famille NGUESSO » et non de l’Etat.

Ainsi donc :

a) En vue de préparer la désobéissance civile et pacifique en vertu des articles 10 de la Constitution du 20 Janvier 2002 et 26 de la Charte des droits et libertés du 29 Mai 1991, nous peuple souverain, opposés au changement de la constitution, avons commencé les opérations d’identification secrète des domiciles et familles des agents de la sécurité d’Etat, des policiers, gendarmes et militaires appelés "BRAS ARMES DES NGUESSO", dans tous les quartiers, arrondissements et villages de la République.

b) Le peuple souverain opposé au coup d’état constitutionnel et à l’éternité au pouvoir du Président SASSOU NGUESSO, entend s’attaquer aux familles des policiers, gendarmes et militaires qui réprimeraient avec violence incivique et illégale le peuple de la grande marche de la désobéissance civile.

c) Le peuple souverain confirme qu’aucune famille des policiers, gendarmes et militaires reconnus comme intègres et républicains ne sera inquiétée. Au contraire, elle bénéficiera d’une protection populaire.

d) Pour cela, chaque policier, gendarme et militaire attaché à la cause de la famille NGUESSO et du P.C.T est invité à héberger sa famille dans la caserne avant le jour dit de la marche.

e) La liberté du peuple et la survie de la démocratie sont à ce prix."C’est le temps de l’action".

L’identification des "bras armés DES NGUESSO ET DU P.C.T’’ prend effet dès la publication du présent ordre préparatoire à la désobéissance civile.

Fait en République du Congo au temps du passage à l’acte.

Le Peuple souverain

N.B : LIRE, FAIRE LIRE ET PASSER LE MESSAGE

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir