Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : le référendum sur la nouvelle Constitution prévu le 25 octobre

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : le référendum sur la nouvelle Constitution prévu le 25 octobre

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le calendrier est désormais fixé. Le référendum constitutionnel voulu par le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, se tiendra le 25 octobre. Vivement contesté par l’opposition, il pourrait déboucher sur un troisième mandat du chef de l’Etat sortant, âgé de 72 ans, dont une trentaine à la tête du pays.

L’annonce de cette consultation avait provoqué à la de fin septembre un rassemblement d’une ampleur inédite à Brazzaville. Aux cris de « Sassoufit ! », et « Sassou dégage ! », les protestataires dénonçaient un « coup d’Etat constitutionnel » du président.

La nouvelle Loi fondamentale, dont on connaît désormais les grandes lignes, prévoit de ramener de sept à cinq ans la durée du mandat présidentiel, qui serait « renouvelable deux fois ». Elle abaisserait également l’âge minimal pour être candidat à la magistrature suprême de 40 à 30 ans et supprimerait l’âge maximal, inscrit dans la Constitution de 2002.

Selon le gouvernement, le projet instituerait en outre un « exécutif bicéphale » en faisant du premier ministre « le chef du gouvernement, à la place du chef de l’Etat ». Une réforme présentée comme un « changement majeur ».

« Sassou se trompe d’époque »

A la tête du parti unique de 1979 à 1992, Denis Sassou-Nguesso est revenu au pouvoir en 1997 à l’issue d’une guerre civile. Il a été élu président en 2002 et de nouveau en 2009. La Constitution actuelle lui interdit à double titre de se présenter à la présidentielle prévue à la mi-2016, puisqu’elle limite à deux le nombre de mandats et interdit à toute personne âgée de plus de 70 ans de se présenter.

L’annonce de la date du référendum a ravivé mardi 6 octobre la colère de l’opposition. Pour Pascal Tsaty Mabiala, premier secrétaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), le président congolais « se trompe d’époque ». « Nous nous opposerons jusqu’au bout. [M. Sassou] compte sur la force brutale, qui est éphémère, et nous, nous comptons sur le soutien populaire », a-t-il ajouté.

« Le président est dans sa logique et tient coûte que coûte à réaliser son coup d’Etat constitutionnel », a dénoncé pour sa part Clément Miérassa, président du Parti social démocrate congolais (PSDC), autre formation membre du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad). « C’est à la fois triste et désolant pour la démocratie congolaise et africaine en général. Pour nous, la lutte sera menée jusqu’au bout pour s’opposer à son projet qui ne repose sur aucune base juridique. »

Par Le Monde.fr avec AFP


 

Commentaires  

 
0 #1 Ma femme a un amant 30-08-2016 14:42
On remarque vraiment que l’on a affaire a des passionnés du sujet, félicitation pour
ce post
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir