Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique APPEL AU PEUPLE CONGOLAIS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

APPEL AU PEUPLE CONGOLAIS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Mes Chers Compatriotes, c’est notre devoir, en notre qualité de détenteurs du pouvoir souverain, de prendre les décisions qui s’imposent quand les circonstances l’exigent. Aujourd'hui, face à l'obstination de Monsieur Denis Sassou Nguesso à vouloir coûte que coûte changer la Constitution pour se maintenir au pouvoir à vie, c’est notre devoir de prendre notre destin en main, en renversant ce régime qui, alors qu'il aurait dû être, après la guerre de 1997, l'instrument de notre émancipation, a fini par devenir celui de notre servitude par un clan.

Mes Chers Compatriotes, nous connaissons nos attentes qui sont grandes, à juste titre. C'est le moment ou jamais de débarrasser notre pays de toute forme de dictature. Nous devons le faire pour nos enfants, nos petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Mes Chers Compatriotes, il ne s'agit pas d'être pour ou contre la personne de Denis Sassou Nguesso, il s'agit d'opposer un refus catégorique aux Présidents éternels, éternellement au pouvoir. Il s'agit d'opposer la démocratie et la liberté à toutes les formes de dictature dans notre pays. Il s'agit d'ouvrir une ère nouvelle dans nos relations avec les pays du monde. C'est pourquoi nous nous devons de ne faire prévaloir aucune autre considération que le souci de l’intérêt général.

Dans ces circonstances si troublées la nécessité du rassemblement de toutes Congolaises et tous les Congolais autour des forces politiques et sociales opposées au pseudo-référendum et au changement de la Constitution est plus nécessaire que jamais.

Mes Chers Compatriotes, en prenant, le lundi 5 octobre 2015, à 18h40, la décision de convoquer par décret en Conseil des Ministres le corps électoral - tout en faisant fi des recommandations de son propre "dialogue" de Sibiti sur l'amélioration de la gouvernance électorale, et avant même que la révision des listes électorales ne soit achevée -, afin qu’il se prononce le Dimanche 25 Octobre 2015 par la voie du référendum sur l’adoption du projet de loi portant loi constitutionnelle, Monsieur Denis Sassou Nguesso a commis une forfaiture et s'est surtout rendu coupable de haute trahison. Ainsi il a perdu toute légitimité pour exercer les fonctions de chef de l'Etat.

Mes Chers Compatriotes, aucun sacrifice ne doit être trop grand pour sauver la nation lorsqu'elle est en danger. Quand la nation est mise en péril, il n'y pas de place pour l'hésitation, les tergiversations ou les essais ratés. La peur n’a jamais permis de préparer l’avenir. À l’inverse le refus de voir les réalités en face exacerbe les tensions.

Mes Chers Compatriotes, il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Aussi, j’en appelle à toutes les forces républicaines, à descendre immédiatement et massivement dans la rue, dans tout le pays - comme nous l'avons fait le dimanche 27 septembre dernier au Boulevard Alfred RAOUL -, pour faire échec à ce coup d'Etat constitutionnel.

Mes chers Compatriotes, vous connaissez mes convictions, vous pouvez compter sur ma détermination et sur mon engagement sans faille.

Puisse Dieu bénir des Âmes si justes !

Vive la Démocratie au Congo !

Vive le Congo !

Le 06 octobre 2015

Bienvenu MABILEMONO

Ancien Enfant de Troupe (AET)


 

Commentaires  

 
0 #1 ngatse 08-10-2015 20:09
laisser les batiments publique tranquille svp cette idee est diabolique
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir