Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Sassou Nguesso n'est plus le président du Congo !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sassou Nguesso n'est plus le président du Congo !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Ce samedi 10 Octobre 2015, La communauté congolaise de Lyon, ville de la résistance était en ébullition. En effet, il s’est organisé un meeting de protestation par la nouvelle plateforme lyonnaise de résistance contre le changement de constitution.

Les congolais de Lyon et de ses environs n’ont pas dérogé à la règle traditionnelle en répondant positivement à cette invitation patriotique. Faut dire que la situation sur le terrain, au Congo, n’est pas très rassurante. Les partisans du OUI et NON au changement de constitution se croisent sur des meetings organisés par l’opposition d’une part et le pouvoir en place d’autre part.

Je tiens avant tout à faire remarquer que cette plateforme qui a appelé les congolais de Lyon à se soulever à l’unisson pour protester contre ce que nous appelons le viol constitutionnel regroupe, pour l’heure, les associations et représentants de partis politiques. Il s’agit de :  DAC, MRC3, SRAL , CAP, CE, UPRN… .

Cette plateforme associative est scellée sur la base d’un seul objectif : S’OPPOSER AU CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION.

Depuis le retour sanglant de Mr Sassou au pouvoir par un coup d’Etat, les vainqueurs de cette sordide guerre contre le peuple sont passés par deux abrogations de la loi fondamentale. Il y a eu d’abord, le viol de la constitution issue de la conférence Nationale Souveraine (15 mars 1992). Ensuite ils ont estimé que l’Acte fondamental du 24 octobre 1997 qui a donné les pleins pouvoirs à Mr Sassou n’était plus conforme à leur ambition.  Enfin,  le 20 Janvier 2002, Mr Sassou prêtait serment sur la 7e Constitution congolaise qu'il récuse aujourd'hui. De 2002 jusqu’en décembre 2014  aucune institution de la république n’a émise une quelconque remarque comme quoi, la constitution du 20 janvier 2002 souffrait des manquements graves. Sauf qu’a partir du deuxième semestre de l’année 2014 surgit le débat sur la révision des articles 57, 58 et 185, alinéa 3 de la Constitution du 20 janvier 2002 qui empêchent le président Denis SASSOU NGUESSO de briguer un troisième mandat.

Partant de là,  c’est simple à comprendre le changement de la Constitution en place, c'est pour permettre à M. Sassou N'Guesso de briguer un troisième mandat que les dispositions constitutionnelles ne le lui permettent plus.

Il apparaît très clairement que ce gouvernement est dans un brouillon perpétuel et incohérent justifiant le cafouillage, l’inconsistance, l’amateurisme constaté régulièrement. Il est exclu de faire confiance à ceux-là même qui nous ont précipités dans l’ornière pour nous en sortir ? En 32 ans d’exercice de pouvoir aucun des chapitres qui font le souci des congolais ne s’est réellement amélioré. Il ne nous reste plus qu’à nettoyer la république.

C’est ce que nous avions dénoncé ce 10 Octobre 2015 à Lyon. A compter du 20 octobre 2015, tous les patriotes congolais doivent observer notre seul mot d'ordre : " La désobéissance civile est le refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique ".

https://www.youtube.com/watch?v=x0WfEhh8tSo

Jean-Claude BERI


Commentaires  

 
0 #1 NGANGA 15-10-2015 17:25
Désireux de recevoir vos notifications, je vous prie de m'inscrire sur la liste de vos abonnés.

Je vous en remercie.

Pascal Edouard NGANGA
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir