Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo : Sortie Officielle de l’ALLIANCE POUR LE BIEN COMMUN

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo : Sortie Officielle de l’ALLIANCE POUR LE BIEN COMMUN

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Société civile, Entrepreneurs et Politiques. Ensemble pour un Congo meilleur.

1 - INTRODUCTION

Après mûre réflexion, nous nous sommes rendus compte que notre pays court le risque d’une résurgence des crises passées. Et c’est fort de ce constat que nous avons décidé de créer une alliance stratégique entre des organisations de la société civile, des entrepreneurs et des politiques pour un Congo, notre bien commun, meilleur.

Cette alliance stratégique nous l’avons appelé ALLIANCE POUR LE BIEN COMMUN en sigle ABC.

2 - POURQUOI LE BIEN COMMUN


a) Signification et principales implications

De la dignité, de l'unité et de l'égalité de toutes les personnes découle avant tout le principe du bien commun, auquel tout aspect de la vie sociale doit se référer pour trouver une plénitude de sens. Selon une première et vaste acception, par bien commun on entend: cet ensemble de conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu'à chacun de leurs membres, d'atteindre leur perfection d'une façon plus totale et plus aisée.

Le bien commun ne consiste pas dans la simple somme des biens particuliers de chaque sujet du corps social. Étant à tous et à chacun, il est et demeure commun, car indivisible et parce qu'il n'est possible qu'ensemble de l'atteindre, de l'accroître et de le conserver, notamment en vue de l'avenir. Comme l'agir moral de l'individu se réalise en faisant le bien, de même l'agir social parvient à sa plénitude en accomplissant le bien commun. De fait, le bien commun peut être compris comme la dimension sociale et communautaire du bien moral.

Une société qui, à tous les niveaux, désire véritablement demeurer au service de l'être humain, est celle qui se fixe le bien commun pour objectif prioritaire, dans la mesure où c'est un bien appartenant à tous les hommes et à tout l'homme. La personne ne peut pas trouver sa propre réalisation uniquement en elle-même, c'est-à-dire indépendamment de son être « avec » et « pour » les autres. Cette vérité lui impose non pas une simple vie en commun aux différents niveaux de la vie sociale et relationnelle, mais la recherche sans trêve du bien sous forme pratique et pas seulement idéale, c'est-à-dire du sens et de la vérité qui se trouvent dans les formes de vie sociale existantes. Aucune forme d'expression de la socialité — de la famille au groupe social intermédiaire, en passant par l'association, l'entreprise à caractère économique, par la ville, la région et l'État, jusqu'à la communauté des peuples et des nations — ne peut éluder la question portant sur le bien commun, qui est constitutive de sa signification et la raison d'être authentique de sa subsistance même.

b) La responsabilité de tous à l'égard du bien commun

Les exigences du bien commun dérivent des conditions sociales de chaque époque et sont étroitement liées au respect et à la promotion intégrale de la personne et de ses droits fondamentaux. Ces exigences concernent avant tout l'engagement pour la paix, l'organisation des pouvoirs de l'État, un ordre juridique solide, la sauvegarde de l'environnement, la prestation des services essentiels aux personnes, et dont certains sont en même temps des droits de l'homme: alimentation, logement, travail, éducation et accès à la culture, transport, santé, libre circulation des informations et tutelle de la liberté religieuse. Il ne faut pas oublier l'apport que chaque nation est en devoir de fournir pour une véritable coopération internationale, en vue du bien commun de l'humanité tout entière, y compris pour les générations à venir.

Le bien commun engage tous les membres de la société: aucun n'est exempté de collaborer, selon ses propres capacités, à la réalisation et au développement de ce bien. Le bien commun exige d'être servi pleinement, non pas selon des visions réductrices subordonnées aux avantages partisans que l'on peut en retirer, mais à partir d'une logique visant à prendre les responsabilités aussi largement que possible. Le bien commun découle des inclinations les plus élevées de l'homme, mais c'est un bien difficile à atteindre, car il requiert la capacité de réaliser le bien des autres comme si c'était le sien et de le rechercher constamment.

Tous ont aussi le droit de bénéficier des conditions de vie sociale qui résultent de la recherche du bien commun. Il importe donc d'attribuer à chacun ce qui lui revient et de ramener aux exigences du bien commun ou aux normes de la justice sociale la distribution des ressources de ce monde, dont le flagrant contraste entre une poignée de riches et une multitude d'indigents atteste de nos jours, aux yeux de l'homme de cœur, les graves dérèglements.

c) Les devoirs de la communauté politique

La responsabilité de poursuivre le bien commun revient non seulement aux individus, mais aussi à l'État, car le bien commun est la raison d'être de l'autorité politique. À la société civile dont il est l'expression, l'État doit, en effet, garantir la cohésion, l'unité et l'organisation de sorte que le bien commun puisse être poursuivi avec la contribution de tous les citoyens. L'individu, la famille, les corps intermédiaires ne sont pas en mesure de parvenir par eux-mêmes à leur développement plénier; d'où la nécessité d'institutions politiques dont la finalité est de rendre accessibles aux personnes les biens nécessaires — matériels, culturels, moraux, spirituels — pour conduire une vie vraiment humaine. Le but de la vie sociale est le bien commun historiquement réalisable.

Pour garantir le bien commun, le gouvernement de chaque pays a pour tâche spécifique d'harmoniser avec justice les divers intérêts sectoriels. La juste conciliation des biens particuliers de groupes et d'individus est une des fonctions les plus délicates du pouvoir public. En outre, il ne faut pas oublier que dans l'État démocratique, où les décisions sont prises d'ordinaire à la majorité des représentants de la volonté populaire, ceux à qui revient la responsabilité du gouvernement sont tenus d'interpréter le bien commun de leur pays, non seulement selon les orientations de la majorité, mais dans la perspective du bien effectif de tous les membres de la communauté civile, y compris de ceux qui sont en position de minorité.

Le bien commun de la société n'est pas une fin en soi; il n'a de valeur qu'en référence à la poursuite des fins dernières de la personne et au bien commun universel de la création tout entière. Une vision purement historique et matérialiste finirait par transformer le bien commun en simple bien-être socio-économique, privé de toute finalisation transcendante, c'est-à-dire de sa raison d'être la plus profonde.

3 - LA DESTINATION UNIVERSELLE DES BIENS

a) Origine et signification

Parmi les multiples implications du bien commun, le principe de la destination universelle des biens revêt une importance immédiate: Dieu a destiné la terre et tout ce qu'elle contient à l'usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens de la création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité. Ce principe se base sur le fait que la première origine de tout bien est l'acte de Dieu lui-même qui a créé la terre et l'homme, et qui a donné la terre à l'homme pour qu'il la maîtrise par son travail et jouisse de ses fruits. Dieu a donné la terre à tout le genre humain pour qu'elle fasse vivre tous ses membres, sans exclure ni privilégier personne. C'est là l'origine de la destination universelle des biens de la terre. En raison de sa fécondité même et de ses possibilités de satisfaire les besoins de l'homme, la terre est le premier don de Dieu pour la subsistance humaine. En effet, la personne ne peut pas se passer des biens matériels qui répondent à ses besoins primaires et constituent les conditions de base de son existence; ces biens lui sont absolument indispensables pour se nourrir et croître, pour communiquer, pour s'associer et pour pouvoir réaliser les plus hautes finalités auxquelles elle est appelée.

Le principe de la destination universelle des biens de la terre est à la base du droit universel à l'usage des biens. Chaque homme doit avoir la possibilité de jouir du bien-être nécessaire à son plein développement: le principe de l'usage commun des biens est le premier principe de tout l'ordre éthico-social. Il s'agit avant tout d'un droit naturel, inscrit dans la nature de l'homme, et non pas simplement d'un droit positif, lié à la contingence historique; en outre, ce droit est « originaire ». Il est inhérent à l'individu, à chaque personne, et il est prioritaire par rapport à toute intervention humaine sur les biens, à tout ordre juridique de ceux-ci, à toute méthode et tout système économiques et sociaux: Tous les autres droits, quels qu'ils soient, y compris ceux de propriété et de libre commerce, y sont subordonnés. Ils n'en doivent donc pas entraver, mais bien au contraire faciliter la réalisation, et c'est un devoir social grave et urgent de les ramener à leur finalité première.

La mise en œuvre concrète du principe de la destination universelle des biens, selon les différents contextes culturels et sociaux, implique une définition précise des modes, des limites et des objets. Destination et usage universel ne signifient pas que tout soit à la disposition de chacun ou de tous, ni même que la même chose serve ou appartienne à chacun ou à tous. S'il est vrai que tous naissent avec le droit à l'usage des biens, il est tout aussi vrai que, pour en assurer un exercice équitable et ordonné, des interventions réglementées sont nécessaires, fruits d'accords nationaux et internationaux, ainsi qu'un ordre juridique qui détermine et spécifie cet exercice.

Le principe de la destination universelle des biens invite à cultiver une vision de l'économie inspirée des valeurs morales qui permettent de ne jamais perdre de vue ni l'origine, ni la finalité de ces biens, de façon à réaliser un monde juste et solidaire, où la formation de la richesse puisse revêtir une fonction positive. En effet, la richesse présente cette valeur dans la multiplicité des formes qui peuvent l'exprimer comme résultat d'un processus productif d'élaboration technique et économique des ressources disponibles, naturelles et dérivées, conduit par l'imagination, par la capacité de programmation, par le travail des hommes, et employé comme moyen utile pour promouvoir le bien-être des hommes et des peuples et pour s'opposer à leur exclusion et à leur exploitation.

La destination universelle des biens comporte un effort commun visant à obtenir pour chaque personne et pour tous les peuples les conditions nécessaires au développement intégral, de sorte que tous puissent contribuer à la promotion d'un monde plus humain, où chacun puisse donner et recevoir, et où le progrès des uns ne sera pas un obstacle au développement des autres, ni un prétexte à leur asservissement.

b) Destination universelle des biens et propriété privée

Par le travail, l'homme, utilisant son intelligence, parvient à dominer la terre et à en faire sa digne demeure: Il s'approprie ainsi une partie de la terre, celle qu'il s'est acquise par son travail. C'est là l'origine de la propriété individuelle ». La propriété privée et les autres formes de possession privée des biens assurent à chacun une zone indispensable d'autonomie personnelle et familiale; il faut les regarder comme un prolongement de la liberté humaine. Enfin, en stimulant l'exercice de la responsabilité, ils constituent l'une des conditions des libertés civiles. La propriété privée est un élément essentiel d'une politique économique authentiquement sociale et démocratique et la garantie d'un ordre social juste. Mais il y a une exigence que la propriété des biens soit équitablement accessible à tous, de sorte que tous en deviennent, au moins dans une certaine mesure, propriétaires, sans pour autant qu'ils puissent les posséder confusément.

Le droit à la propriété privée ne saurait être considérée comme absolu ni intouchable: Au contraire, il convient de l'entendre dans le contexte plus vaste du droit commun de tous à utiliser les biens de la création entière: le droit à la propriété privée est subordonné à celui de l'usage commun, à la destination universelle des biens. Le principe de la destination universelle des biens affirme à la fois la seigneurie pleine et entière de Dieu sur toute réalité et l'exigence que les biens de la création demeurent finalisés et destinés au développement de tout l'homme et de l'humanité tout entière. Ce principe ne s'oppose pas au droit de propriété, mais indique la nécessité de le réglementer. En effet, la propriété privée, quelles que soient les formes concrètes des régimes et des normes juridiques relatives à celle-ci, n'est par essence qu'un instrument pour le respect du principe de la destination universelle des biens et, par conséquent, en dernier ressort, non pas une fin mais un moyen.

Il faut reconnaître la fonction sociale de toute forme de possession privée, avec une référence claire aux exigences incontournables du bien commun. L'homme ne doit jamais tenir les choses qu'il possède légitimement comme n'appartenant qu'à lui, mais les regarder aussi comme communes: en ce sens qu'elles puissent profiter non seulement à lui, mais aussi aux autres. La destination universelle des biens comporte, pour leur usage, des obligations de la part de leurs propriétaires légitimes. L'individu ne peut pas agir sans tenir compte des effets de l'usage de ses ressources, mais il doit agir de façon à poursuivre aussi, au-delà de son avantage personnel et familial, le bien commun. Il s'ensuit un devoir de la part des propriétaires de ne pas laisser improductifs les biens possédés, mais de les destiner à l'activité productive, notamment en les confiant à ceux qui ont le désir et les capacités de les faire fructifier.

Une série d'avantages objectifs dérive de la propriété pour le sujet propriétaire, qu'il s'agisse d'un individu ou d'une communauté: conditions de vie meilleure, sécurité pour l'avenir, plus vastes opportunités de choix. Par ailleurs, une série de promesses illusoires et tentatrices peut aussi provenir de la propriété. L'homme ou la société qui arrivent au point de lui attribuer un rôle absolu finissent par faire l'expérience de l'esclavage le plus radical. Aucune possession, en effet, ne peut être considérée comme indifférente à cause de l'influence qu'elle a aussi bien sur les individus que sur les institutions: le propriétaire imprudent qui idolâtre ses biens vient à en être possédé et asservi plus que jamais. Ce n'est qu'en reconnaissant leur dépendance vis-à-vis du Dieu Créateur et en les finalisant par conséquent au bien commun qu'il est possible de conférer aux biens matériels la fonction d'instruments utiles à la croissance des hommes et des peuples.

c) Destination universelle des biens et option préférentielle pour les pauvres

Le principe de la destination universelle des biens requiert d'accorder une sollicitude particulière aux pauvres, à ceux qui se trouvent dans des situations de marginalité et, en tout cas, aux personnes dont les conditions de vie entravent une croissance appropriée. À ce propos il faut réaffirmer, dans toute sa force, l'option préférentielle pour les pauvres: C'est là une option, ou une forme spéciale de priorité qui s'applique à nos responsabilités sociales et donc à notre façon de vivre, aux décisions que nous avons à prendre de manière cohérente au sujet de la propriété et de l'usage des biens. Mais aujourd'hui, étant donné la dimension mondiale qu'a prise la question sociale, cet amour préférentiel, de même que les décisions qu'il nous inspire, ne peut pas ne pas embrasser les multitudes immenses des affamés, des mendiants, des sans-abri, des personnes sans assistance médicale et, par-dessus tout, sans espérance d'un avenir meilleur.

***


LISTES DES MEMBRES FONDATEURS :

1. Confédération Africaine des Travailleurs Croyants en sigle C.A.T.C

2. Cercle de Réflexion sur le Développement Intégral en sigle CRDI

3. Association Président Fulbert Youlou Tata Kiyounga en sigle APFYTK

4. Forces Républicaines et Démocratiques en sigle FRD, Groupement politique

5. Mouvement des Jeunes pour le Changement en sigle MJC

6. Union pour la Démocratie et le Socialisme en sigle UDS

7. Rassemblement du Peuple pour le Progrès en sigle RPP

***


BUREAU EXÉCUTIF DE L’ALLIANCE POUR LE BIEN COMMUN

A l’issue de la rencontre des membres fondateurs ce Lundi 12 octobre 2015 au siège de la CATC, le Bureau Exécutif de l’Alliance pour le Bien Commun se présente ainsi qu’il suit :

1. Président, Chargé de la coordination : LIMBONGO-NGOKA Anatole, Président de la CATC

2. 1er Vice-président, Chargé des Questions politiques : MAKAYA Paulin, Président des Forces Républicaines et Démocratiques (FRD)

3. 2er Vice-président, Chargé des Questions économiques : KOUKABA BAKANSI Tanguy, Président du RPP

4. Secrétaire chargé des Questions du genre : NGANDZIAMI Anne, Présidente des femmes de l’UPC

5. Secrétaire chargé de la Jeunesse : MAFOULA Dave Uphrem, Président du Mouvement des Jeunes pour le Changement (MJC)

6. Secrétaire Chargé de la Communication, Porte-parole de l’ABC : Fulbert Charles Sylvain YOULOU, Président de l’Association Président Fulbert Youlou Tata Kiyounga (APFYTK)

7. Secrétaire Chargé du Partenariat et des Relations Extérieures : BANIAKISSA Péguy, Cercle de Réflexion sur le Développement Intégral (CRDI)

8. Secrétaire Chargé des Affaires Juridiques : MOUYOYI Joël

Par Ferney Justel ANKOBEKE


 

Commentaires  

 
0 #12 Jessica 20-11-2016 10:51
It is perfect time to make some plans for the longer term and it's time to be happy.
I have learn this publish and if I may just I want to recommend you some fascinating things or
suggestions. Perhaps you could write subsequent articles
regarding this article. I desire to learn even more things about it!


My site - question avocat succession, Jessica: https://avocat-succession.omega-avocats.fr/,
Citer
 
 
0 #11 Delphia 19-11-2016 05:46
Whats up this is kind of of off topic but I was wanting to know if blogs use WYSIWYG editors or if you have to manually code
with HTML. I'm starting a blog soon but have no coding know-how
so I wanted to get guidance from someone with experience.

Any help would be enormously appreciated!
Citer
 
 
0 #10 Grazyna 19-11-2016 04:57
Hello to every body, it's my first pay a visit of this blog; this website carries remarkable and genuinely fine material in favor of
readers.
Citer
 
 
0 #9 Alysa 18-11-2016 20:29
Amazing! Its genuinely remarkable piece of writing,
I have got much clear idea on the topic of from this piece
of writing.

Here is my site ... avocat filiation legalement etablie
(Alysa: http://www.creacol.fr/avocat-filiation/avocat-adoption-simple-majeur/)
Citer
 
 
0 #8 Taylor 14-11-2016 04:40
Thanks for sharing your thoughts on ALLIANCE POUR LE
BIEN COMMUN. Regards

Check out my website avocat filiation légitime (Taylor: http://www.vlp-avocats.fr/category/avocat-filiation/)
Citer
 
 
0 #7 Dante 13-11-2016 14:13
Link exchange is nothing else except it is only placing the other person's web site link
on your page at appropriate place and other person will also do similar
in support of you.
Citer
 
 
0 #6 Karolin 13-11-2016 08:03
Good post! We will be linking to this great article on our website.
Keep up the good writing.

My web page avocat filiation contestation - Karolin: http://azoulay-avocat.fr -
Citer
 
 
0 #5 Hershel 12-11-2016 13:49
You have made some decent points there. I checked on the internet for more info about the issue and found most individuals will
go along with your views on this website.
Citer
 
 
0 #4 Eve 10-11-2016 19:16
Ahaa, its nice dialogue on the topic of this paragraph
here at this weblog, I have read all that, so at this time me also commenting here.
Citer
 
 
0 #3 www.showsite.org 09-11-2016 18:11
This is a topic that is close to my heart...
Cheers! Exactly where are your contact details though?
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir