Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Première journée de la désobéissance civile au Congo

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Première journée de la désobéissance civile au Congo

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le Congo est dans la tourmente. Comme on pouvait s'y attendre les populations opposées au projet fou de changement de constitution par référendum ont mis à exécution leur volonté de manifester leur mécontentement ce 20 Octobre 2015.

Très tôt ce matin, Brazzaville était sous les hués et les cris de « sassoufit » scandés par des femmes, enfants et hommes qui ont choisi de défendre la constitution du 20 Janvier 2002.

Comme, il ne serait d’ailleurs pas faux de dire que les populations de Sibiti, Zanaga et Komono hostiles au projet machiavélique de Sassou Nguesso, ont donné le top de la désobéissance civile dès le 19 octobre 2015 en occupant les édifices publics.

Les quartiers Sud de Brazzaville, en particulier Bacongo, Makélékélé et Mfilou ont donné le ton de la journée notamment à Brazzaville.

Les militants des trois arrondissements de Brazzaville ont érigés tôt le matin des barricades sur les grandes avenues, par exemple, l’avenue de L'OUA et MATSOUA bloquant toute circulation. Les pneus ont été également incendiés faisant quasiment de Brazzaville, une « ville morte ».

D'ailleurs, près de 90% des fonctionnaires n'ont pas effectué le déplacement pour vaguer normalement à leur occupation professionnelle. Toutes les administrations publiques étaient fermées, exceptées celles de l’armée, de la gendarmerie et de la police.

C'est un camouflet pour le gouvernement, par l’intermédiaire des ministres Firmin Ayessa, Raymond Zéphirin MBOULOU et du maire de Brazzaville, Hugues Ngouélondélé qui appelaient hier au calme et au civisme.


Les vives tensions ont été aussi observées à Pointe-Noire, capitale économique du Congo où les manifestants pour le NON au changement ont été accueillis par un excès de répression policière. Des sources concordantes font état de plusieurs blessés et de moins trois morts (bilan provisoire). Tout ceci reste bien entendu encore très flou, vu la situation incontrôlée régnant à Pointe-Noire.

Même son de cloche à Dolisie, Mossendjo, Nkayi, Mouyondzi, Madingou, Loudima, etc… où les affiches publicitaires du PCT invitant la population à voter pour le OUI ont été arrachées et brûlées. La ville de Lékana est tombée. Le maire et le sous-préfet ont fui la ville. La population occupe les bâtiments administratifs.

Si le pouvoir en place attendait une réaction de la population, on peut dire qu'il a été servi.

Cette première journée de désobéissance civile qui a commencé timidement, a été massivement suivie. Pourtant, le PCT a eu a improvisé une contre-manifestation avec des figurants qui faisaient triste mine. Seulement les observateurs ont pu remarquer que celle-ci manquait de ferveur et d'engagement. Comme si c’étaient des moutons condamnés à l'abattoir.

Les prochains jours nous réservent, sans doute, des situations encore plus explosives que celles connues ce jour avec l'entrée en scène des enfants terrible du Pool, Guy Parfait KOLELAS et Pasteur Frédéric B. NTUMI dont le ralliement pour cette cause ne fait plus aucun doute et ceux de Talangaï et Mikalou.

Il serait indécent de ne pas saluer la bravoure des combattants de la diaspora qui à l'unisson ont démontré leur attachement à la liberté et surtout à la démocratie en manifestant devant l’Ambassade du Congo à Paris. Une marche improvisée a accompagné les vaillants militants venus nombreux à Paris sur les champs Elysées et à l’Arc de triomphe.

Vive le Congo

Vie la démocratie

Vive l'IDC-FROCAD

***

Pointe-Noire : Massacre à ciel ouvert


Chers compatriotes, c'est avec beaucoup de tristesse et de colère qu'on vous donne la liste des personnes décédées ou blessées.

Ces personnes ont été enregistrées à l'hôpital Adolphe Cissé de Pointe Noire ce soir, des suites des événements de la journée. Il y a 19 personnes sont morts et 8 personnes blessées qui sont entre la vie et la mort.

1- Mitela nkouka 17 ans

2- Mouyouki merveil 24ans

3- Bazoueza flov 14ans

4- Nkoua komilembo 31 ans

5- Tonda kounda 16 ans

6- Matela berlin 20 ans

7- Bonde bonda belvee 29 ans

8- Mfoumbou welcom 21 ans

9- Kifoula michel jadelvie 12 ans

10- Batinga matonfo olivier 3 ans

11- Milandou kissalou 40 ans

12- Tsoumbakani nkouka 28 ans

13- nzabi fall 25 ans

14- Massamba nsiloulou 27 ans

15- Moussounda moukala grace 25 ans

16- Nkoumba d 27 ans

17- Kissala kaya giles 28 ans

18- Batchi pascal 44 ans

19- Mampouya perin 35 ans

Quelques images de Pointe-Noire, le 20 octobre 2015




 

Commentaires  

 
+1 #3 Javel 22-10-2015 09:30
On peux tuer un revolutionnaire aujourd'hui pour en créer dix autres demain. De surcroit, on ne tuera jamais la revolution. Bravos aux martyrs.
Citer
 
 
0 #2 Dali 21-10-2015 15:58
Je salue le courage des manifestants car ils ont osé se révolter.
Que ces personnes qui ont perdu la vie reposent en paix ,j'ai une pensée pour les familles.
La liberté un mot d'une grande valeur ,encore plus cher lorsqu'on en est privé.Je suis de tout coeur avec le peuple congolais .
Citer
 
 
+1 #1 Biwadi 21-10-2015 03:36
Nous savons aujourd'hui qui est le mal du Congo. Sassou est fou!
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir