17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique COMMUNIQUE DU DAC SUITE A LA RÉCEPTION DU DICTATEUR SASSOU A L' ÉLYSÉE CE 29 OCTOBRE 2015

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

COMMUNIQUE DU DAC SUITE A LA RÉCEPTION DU DICTATEUR SASSOU A L' ÉLYSÉE CE 29 OCTOBRE 2015

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Nous venons d’apprendre avec stupéfaction la réception (bien qu’annoncée) à L'Élysée du meurtrier du peuple Congolais, le dictateur Denis Sassou Nguesso, ce 29/10/2015 par le Président François Hollande.

Bien que rien n’ait filtré de leur entretien,  mais de sources concordantes, il semblerait que le Président François HOLLANDE ait exigé le retrait du projet de constitution et  d’ouvrir le dialogue avec l’opposition dans un esprit d’apaisement, de rassemblement et d’unité. Ceci en vue de permettre l’entrée des membres de l’opposition dans un futur gouvernement d’union nationale.

Nous, membres du DAC, informons le peuple congolais et surtout nos amis résistants de la diaspora que les opposants qui seraient amenés à répondre favorablement à cette énième pirouette politique du dictateur SASSOU seront considérés comme des traîtres à la nation.

Au moment où nous pleurons encore nos martyrs tombés aux champs de bataille pour la restauration de la démocratie et la liberté, il serait inadmissible que certains membres de l’opposition foulent aux pieds leur mémoire. La mémoire de nos frères et sœurs tombés (plus de 50 personnes tués) ne doit pas être un tremplin sanguinolent pour assouvir vos ambitions égoïstes et perverses.

Mr SASSOU doit répondre de ses actes devant la justice congolaise indépendante et libérée de toute influence politique.

DAC se souvient des actes commis par Mr SASSOU NGUESSO durant 32 ans, actes ayant entrainé la mort des Présidents Marien NGOUABI et Alphonse MASSAMBA DEBAT du Cardinal Emile BIAYENDA et de beaucoup d’autres citoyens congolais comme ceux du 4 Mars 2012 (explosion du dépôt de munitions de Mpila à Brazzaville).

Par conséquent :

DAC ne reconnaît plus Mr SASSOU NGUESSO pour Président de la république du Congo et appelle au peuple de continuer d’observer la désobéissance civile pacifique jusqu'à la destitution de Mr Sassou Nguesso.

DAC rassure la France que les intérêts bilatéraux de nos deux pays respectifs seront sauvegardés selon les termes des accords liant les deux nations.

DAC exhorte le peuple Congolais à continuer le combat pour la libération intégrale du Congo des mains de cette oligarchie installée au pouvoir. Car un peuple debout n’est jamais vaincu.

Enfin,

DAC appelle au ressaisissement de nos forces armées congolaises de prendre part à la défense de la patrie devant cette pléiade de mercenaires qui bafouent, humilient et surtout tuent vos compatriotes. Il est temps que nos soldats prennent leurs responsabilités devant l’histoire.

Hommage à nos martyrs !

Vive le peuple congolais !

Nous vaincrons !


Jean-Claude BERI

Président du DAC


Commentaires  

 
0 #2 Luc MOUBIA 02-11-2015 14:25
C'est idiot de suggerer la protection des interets francais. c'est comme si le congo n'avait pas d'interets. qui protege les interets congolais? alors, ne parlez pas des choses que vou ne comprenez pas s.v.p.
Citer
 
 
0 #1 Ubuntu 30-10-2015 14:16
Effectivement, l'armée congolaise a été humiliée. Elle doit dès à présent nous prouver qu'elle sert à quelque chose. Que leurs salaires servent à quelque chose,...
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir