23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le plan avorté qui visait l'élimination du duo Okombi – Kolelas

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le plan avorté qui visait l'élimination du duo Okombi – Kolelas

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Nous tenons à révéler à l'opinion nationale et internationale, le plan machiavélique qui visait l'élimination physique du duo de choc Okombi - Kolelas.

Les démocrates Congolais mènent un combat farouche sur le terrain face à un vieil homme de 72 ans, un orge qui n'a d'humain que son apparence physique.

N'oublions jamais que ce vieux dictateur sanguinaire et corrompu est le "mal incarné". Il a commencé son adolescence par un crime ignoble en tuant son copain par noyade après une partie de pêche.

Le vendredi 18 mars 1977, il a assassiné son mentor, le Président Marien NGOUABI, en lui sectionnant la carotide, le mardi 22 mars 1977, c'était au tour du cardinal Emile BIAYENDA, l'archevêque de Brazzaville, d'être assassiné, il a été enterré vivant lors d'un rite occulte au cimetière de la Tsieme. Le vendredi 25 mars 1977, l’ancien président Alphonse MASSAMBA-DEBAT était également assassiné par les armes « au petit matin » avec ses compagnons.

Le Président MASSAMBA-DEBAT n'a jamais eu de tombe, car son corps n'a jamais été retrouvé depuis 38 ans. Allez demander au vieillard d'Edou ou est le corps de MASSAMBA-DEBAT ?

N'oublions pas aussi les propres collaborateurs du dictateur : ADOUA, AVOUKOU, MOTONDO assassinés par lui - même le "boucher d'Oyo".

La liste des victimes est trop longue depuis 46 ans pour les citer tous.

C'est ainsi que le plan pour tuer André OKOMBI SALISSA et Guy Brice Parfait KOLELAS nous a été révélé par ceux qui allaient l'exécuter et qui se sont rétractés à temps.

Le vieux dictateur sanguinaire (le tueur en série) avait préparé et armé un groupe constitué d'anciens Cobras, Ninjas, Nsiloulous, les amis de Mazaz (Willy MATSANGA).

Ces derniers devaient monter un Commando pour libérer les deux leaders de l'IDC. La police devait fuir, l'armée et les mercenaires devaient reculer.

Ce commando devait ensuite se diriger vers la Présidence, les foules de Bacongo et Makélékélé en liesse, OKOMBI et KOLELAS libérés seraient interviewés par RFI et les médias internationaux.

Après le simulacre de fuite des militaires et mercenaires, le régime allait lancer la contre-attaque fatale.

Les deux leaders de l'IDC, OKOMBI et KOLELAS, tués seraient alors présentés comme des terroristes.

Quant aux autres membres de l'opposition, de l'IDC-FROCAD, ils seraient également assassinés dans la foulée pour les uns, achetés ou nommés au Gouvernement d'union nationale pour les autres.

Le combat contre "l'empire du Mal" de Mpila doit continuer politiquement, patriotiquement jusqu'à la libération totale et définitive de notre pays des griffes de ce vieux démon qui n'arrêtera pas de tuer les Congolais tant qu'il ne sera pas vaincu pour toujours.

"Seule la lutte libère" disait Thomas SANKARA.

Bienvenu MABILEMONO

***


BRAZZAVILLE. La deuxième résidence du président du Mouvement Congo Uni - MCU, Mr Purenhence Etoula Pominoko, a été saccagée et brûlée ce Jeudi 5 Novembre 2015 à 9h30 par des miliciens de la police politique lourdement armes, conduits par Sabin Assima.

*

Pendant que les Démocrates Congolais ont montré leur patriotisme en appelant à l'apaisement citoyen, tout en défendant l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique pacifique, les extrémistes du régime poursuivent leurs enlèvements. Tôt ce matin, Mr Thibault KIWENE un membre de la CADD a échappé à un enlèvement de la Police politique.

Ayant manqué leur cible, les sbires ont arbitrairement emmené son oncle OKO Jean Paul et son fils OKO Junior, en toute illégalité. Nous dénonçons avec la plus grande énergie la prolifération des enlèvements, des persécutions

*

POINTE-NOIRE. Tentative d'enlèvement du Coordonnateur IDC Pointe-Noire, Jacques-Didier LOUNDOU

« Dans la nuit du 4 au 5 novembre à 3h du matin, j'ai échappé à un enlèvement à mon domicile sis quartier Mpita à Pointe-Noire. Depuis le meeting du 17 octobre 2015 (meeting opposition IDC-FROCAD), c'est la deuxième fois que je suis visité par des hommes armés à mon domicile et trois fois au sortir de mon boulot. Une plainte contre X est déposée au commissariat de police ». Témoignage de Jacques-Didier Loundou, Coordonnateur IDC-FROCAD, député suppléant.


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir