Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : Denis Sassou Nguesso a promulgué sa nouvelle Constitution

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : Denis Sassou Nguesso a promulgué sa nouvelle Constitution

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Denis Sassou Nguesso promulgue sa nouvelle Constitution congolaise.

Nouvelle République des Nguesso : Denis Sassou NGuesso a promulgué le 6 novembre "sa nouvelle Constitution" soumise au référendum le 25 octobre dernier sur fond de contestation des partis politiques de l'opposition, de la société civile et une majorité de Congolais.

En vue de situer l’opinion nationale et internationale sur la nouvelle République qui a vu son jour dès la promulgation de cette Constitution, le ministre d’Etat, Garde des sceaux, ministre de la justice et des droits humains, Aimé Emmanuel Yoka, qui répondait aux questions de la presse, a précisé qu’une Loi fondamentale porte la date de sa promulgation et non celle du référendum.


« La Constitution qui va désormais régir notre pays est celle du 6 novembre 2015. Il ne faut pas que le peuple l’intitule la Constitution du 25 octobre parce que si le scrutin référendaire était entaché de plusieurs irrégularités, celui-ci pouvait être annulé et repris à une autre date. Une Loi fondamentale porte toujours la date de sa promulgation », a-t-il précisé.

Invité par les journalistes à se justifier sur le sort des institutions constitutionnelles actuelles, le ministre Aimé Emmanuel Yoka a précisé que l’article 244 de la Constitution est claire à ce sujet ; car il dispose que : « les institutions issues de la Constitution du 20 janvier 2002 fonctionnent jusqu’à la mise en place des nouvelles institutions sans pouvoir dépasser, pour les institutions pourvues par voie élective, l’expiration de leur mandat ».

Pour ce qui est du gouvernement, a-t-il dit, le chef de l’Etat peut le changer à tout moment ; parce que sa nomination relève de son pouvoir discrétionnaire.

Roger Ngombé /ADIAC


 

Commentaires  

 
0 #4 Biwadi 07-11-2015 15:07
Vous venez de montrer aux yeux du monde tout votre cynisme. Vous êtes des petites gens. J'ai mal à mon congo qui est conduit par une bande des racailles pourris
Citer
 
 
0 #3 Ubuntu 07-11-2015 07:18
Nouvelle constitution = institutions actuelles caduques + vacances du pouvoir. Le Congo n'a plus de chef d'état à ce jour. Et que fait l'opposition?
Citer
 
 
0 #2 Eric Konta 07-11-2015 02:05
SASSOU VIENT DE PROMULGUER SA CONSTITUTION ILLEGALE , DONT LES RESULTATS ILLEGAUX ,CAR PROVENANT D'UN VOTE ILLEGAL, ONT ETE VALIDE PAR UNE COUR CONSTITUTIONELL E ILLEGALE CAR OPERANT SANS MANDAT.
LA CONSTUTITON DE 2002 QUI PERMETTAIT A SASSOU DE DIRIGER LE CONGO N'EXISTANT PLUS, SASSOU N'EST DONC PLUS LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU CONGO.NOUS ATTENDONS DONC DE SA PART QU'IL LIBERE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DANS LES PLUS BREF DELAIS, CAR S'IL NE LE FAIT PAS, LE PEUPLE CONGOLAIS PRENDRA SES RESPONSABILTES ET L'ANCIEN PRESIDENT SASSOU NGUESSO SERA TRADUIT EN JUSTICE POUR HAUTE TRAHISON ET SERA ENSUITE TRANSFERE A LA COUR PENALE INTERNATIONALE POUR Y ETRE JUGE POUR CRIME CONTRE L'HUMANITE
Citer
 
 
0 #1 Samba Mbemba 07-11-2015 02:02
UN JOUR SOMBRE POUR LE CONGO.

VIVE LA RÉPUBLIQUETTE ETHNO-CLANIQUE ET GANGSTÉRISTE DES NGUESSO ET COMPAGNIE.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir