29/06/2017

Dernière mise à jour09:55:28 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique L’IDC décide de remettre la pression sur le pouvoir de Brazzaville !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’IDC décide de remettre la pression sur le pouvoir de Brazzaville !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Devant un parterre de journalistes, à l’occasion de la conférence de presse qu’elle a animée hier à son siège de la rue Mboko à Moungali, l’IDC, l’initiative pour la démocratie au Congo, recommande à l’opinion nationale et à la diaspora, d’être prêtes à répondre aux appels que les leaders de l’opposition vont lancer sous peu pour la poursuite de la désobéissance civile.

A en croire André Okombi Salissa et Parfait Kolelas, l’IDC ne reconnait pas le référendum constitutionnel encore moins la constitution qui en est issue. Sa capacité à mobiliser reste intacte et cette fois-ci le Congo, du Nord au Sud, répondra à l’appel, et eux, ne seront plus jamais surpris par la police dans leurs domiciles.

A cet effet, une conférence de presse conjointe de l’IDC et du FROCAD se chargera de communiquer le programme des activités prochaines de l’opposition. « Si le pouvoir ne nous accorde pas les autorisations pour manifester, un jour on finira par le faire sans autorisation », a sous-entendu Parfait Kolelas.

Appréciant les résultats du référendum rendu public par le ministère de l’intérieur, André Okombi Salissa a soutenu : « je constate que nous n’avons vraiment pas changé nos méthodes de travail », sous-entendu celles du PCT. La salle a éclaté de rire.

Guy Milex MBONZI


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir